Aller au contenu principal

Filière colza
Le Phosmet de toutes les discordes

Ce produit phytosanitaire est à l’examen au niveau de la Commission européenne pour une ré-autorisation d’utilisation.

Tout comme pour le plan en faveur des pollinisateurs, Terres Inovia, l’institut technique représentant la filière des professionnels des huiles et protéines végétales et de ceux du chanvre, et Terres Univia, l'interprofession des huiles et des protéines végétales, s’interrogent sur l’attitude du gouvernement quant à sa position possible sur la ré-autorisation de l’insecticide organophosphoré Phosmet (employé en fin d’automne sur les colzas), en cours d’examen au niveau de la Commission européenne. Ce questionnement intervient aussi sur fond de lancement tout récent du plan Protéines végétales, doté de 100 M€, pour donner une plus grande autonomie alimentaire à la France.

Pour l’institut technique, on est typiquement confronté, avec l’interdiction de ce produit, à la problématique des impasses techniques : ce produit a été interdit sans que d’autres solutions alternatives n’existent. Or, à plusieurs reprises cette année, le gouvernement a rappelé qu’il ne laisserait pas les agriculteurs « dans une impasse technique ou économique », lorsque les alternatives non chimiques font défaut.

Miel, importations et conséquences sociales

Terres Inovia est rejoint sur ce sujet par la Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux (Fop). Cette dernière rappelle « qu’il n’existe pas, en dépit des nombreux travaux actuellement conduits, de solution alternative au Phosmet qui soit efficace et crédible contre les ravageurs d’automne ». Reprenant à son compte les chiffres avancés par Terres Inovia, la Fop estime que « la suppression de ce produit entraînerait une baisse des surfaces de colza de près de 300 000 ha » en France. Rappelons que la sole nationale est déjà passée d’une moyenne de  1,5 Mha pendant la période 2014-2018 à 1,1 Mha en 2020 (- 26,6 %).

De plus, cette baisse aboutira à 1 million de tonnes de graines de colza produites en moins dans le pays et ce manque devra « être compensé par des importations notamment OGM » en provenance d’Amérique du Sud ou du Canada. Terres Univia rappelle aussi que 300 000 ha de colza correspondent à̀ l’activité d’une usine de trituration française et attire, enfin, l’attention des pouvoirs publics sur le fait que les abeilles apprécient particulièrement les fleurs de colza, contribuant à la production de miel par ricochet.

Pour mémoire, la filière des huiles et protéines végétales rassemble 110 000 producteurs d’oléoprotéagineux en France. En comptant les emplois indirects et induits, elle fédère 20 000 emplois et plus de 500 coopératives et négoces agricoles qui collectent et transportent ces graines.

Terres Inovia, Terres Univia et la Fop demandent au gouvernement de se positionner favorablement sur cette ré-autorisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

InVivo et Groupe Soufflet ont signé un accord de rachat
Plusieurs autorités de concurrence se pencheront sur l’opération. Cette dernière pourrait être finalisée avant la fin de l’année.
« Il n’est pas impossible que la sole française de colza (pour la récolte 2021) tombe sous les 900 000 ha »  
Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes cultures de FranceAgriMer, et Catherine Cauchard, chef de projet Céré’…
Paulic Meunerie : capacités de production et innovation pour l'élevage d'insectes
Fort de la progression de son chiffre d’affaires en 2020, du développement de son outil industriel et de son procédé Oxygreen, le…
Prix des Céréales le 4 mai : hausse généralisée des cours du blé tendre, de l’orge fourragère et du maïs

Les prix du blé tendre et du maïs sur le marché physique français ont progressé entre les 3 et 4 mai, à l’image des marchés à…

Prix du blé/maïs : comment expliquer une telle volatilité  ?
Divers experts ont livré leur analyse sur les causes pouvant expliquer la forte hausse et la volatilité accrue des prix des…
Protéine d'insecte : Cargill et InnovaFeed étendent leur partenariat à l’alimentation pour les porcs
Travaillant ensemble depuis plus de trois ans, les deux structures vont intensifier l’utilisation des insectes comme base en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne