Aller au contenu principal

Le groupe coopératif Arterris est de nouveau dans le rouge en 2022-2023

Après avoir retrouvé un résultat net positif en 2021-2022, le groupe coopératif agricole et agroalimentaire du Sud de la France a enregistré un déficit en 2022-2023, plus important qu’en 2020-2021.

 

Le groupe Arterris a donné rendez-vous, le 12 décembre à Castelnaudary, aux 99 délégués élus pour représenter les intérêts de leurs pairs lors de sa traditionnelle assemblée générale.
© Arterris

La campagne commerciale 2022-2023 d'Arterris a été, entre autres, marquée par « une baisse historique des productions de céréales et des semences due aux conditions climatiques et notamment à la sécheresse », indique le communiqué de presse du 12 décembre. La collecte de grains est passée de 850 000 t en 2021-2022 à 633 607 Mt en 2022-2023, en baisse par rapport au tonnage déjà catastrophique de 2020-2021 (690 000 t). 

Lire aussi : "Moisson 2023 - Arterris constate une hausse des volumes, mais une baisse des rendements"

Conséquence : le résultat d’exploitation d’Arterris s’établit à 587 M€ en 2022-2023 (contre 9 815 M€ en 2021-2022 et 588 M€ en 2020-2021), avec des charges et produits exceptionnels de -3 174 M€ (contre -1944 M€ et -462 M€), ce qui aboutit à un résultat net de -4 697 M€ (contre +5 992 M€ et -1860 M€). 

Lire aussi : "Arterris enregistre un résultat net négatif en 2020/2021"

Une diversification salvatrice

« Malgré les chocs externes, l’organisation d’Arterris lui a permis de sécuriser les approvisionnements et les débouchés pour ses adhérents », indique le communiqué de presse. Il est vrai que le chiffre d’affaires est quasiment stable d’une campagne sur l’autre, à 1,225 Md€ en 2022-2023, contre 1,203 Md€ en 2021-2022 et 1,003 Md€ en 2020-2021. Et ce, avec une répartition presque identique entre les trois pôles du groupe coopératif : 758 M€ pour l’activité Agriculture en 2022-2023 (contre 738 M€ en 2021-2022 et 576 M€ en 2020-2021), 411 M€ pour l’activité Agroalimentaire (contre 409 M€ et 367 M€) et 56 M€ pour l’activité Distribution (contre 56 M€ et 60 M€).

Lire aussi : "Coopérative - Arterris présente des « résultats chiffrés positifs » en 2021-2022"

Lutte contre la déprise agricole

« Face aux grands défis actuels tels que le changement climatique, le contexte inflationniste, la hausse des cours de l’énergie et des prix des matières premières ou encore les défis sanitaires, la réponse apportée doit être collective », affirme Jean-François Naudi, Président d’Arterris. Dans cet objectif la coopérative a présenté en septembre dernier sa toute nouvelle raison d’être : « cultiver chaque jour l’art de coopérer ». Cette feuille de route a pour objectif de poursuivre sa politique de diversification, de s’adapter au changement climatique et de lutter contre la déprise agricole. 

Lire aussi : "La coopérative Arterris dévoile sa nouvelle feuille de route"

Il faut dire que le nombre de producteurs a fondu comme neige au soleil ces dernières années avec 25 000 adhérents dénombrés en 2020-2021 et seulement 15 000 associés coopérateurs en 2022-2023. Parallèlement, le nombre de collaborateurs est en croissance, passant de 2 200 à 2 300 salariés en deux ans.

« Parmi les grandes ambitions de la coopérative, Arterris souhaite [de fait] pérenniser les productions agricoles locales, en quantité et en qualité, et favoriser une consommation locale », indique le groupe Arterris.

Lire aussi : "Javelot fait l’acquisition d’Agrisight pour optimiser la logistique et le commerce des grains"

Lire aussi : "Farine - Arterris Meunerie entend se développer sur la boulangerie artisanale"

 

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Céréales : quels sont les principaux désaccords entre analystes privés et l'USDA au sujet des bilans mondiaux ?

Le rapport de l'USDA du 12 juin s'est avéré plutôt baissier pour les prix mondiaux du blé et du maïs.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne