Aller au contenu principal

Contractualisation
Le député LREM Grégory Besson-Moreau présente un projet de loi pour pallier les faiblesses de la loi Egalim

La filière Grains avait été écartée de certaines obligations issues de la première loi dite Egalim, mais elle pourrait y être de nouveau confrontée.

© Geralt (Pixabay)

La première mouture de la loi « Équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » (Egalim) étant jugée insuffisante, une proposition de projet de loi (PPL) a été présentée par Grégory Besson-Moreau (LREM) et envoyée en cosignature à ses collègues députés le 15 avril.

Contrats pluriannuels et renégociation de prix

La loi « visant à protéger la rémunération des agriculteurs », prévoit dans son premier article d’imposer des « contrats écrits et pluriannuels, en matière de contrats de vente de produits agricoles entre un producteur et son premier acheteur ». D’une durée de trois ans minimum, « les contrats prévoient une formule de révision automatique des prix appuyée sur les catégories d’indicateurs », s’« ils sont conclus à prix fixe ». « Les parties restent libres de définir la formule de révision du prix et les indicateurs utilisés », et certains secteurs pourront déroger à l’obligation de contrat écrit par accord interprofessionnel étendu ou décret.

La première mouture de la loi issue des Egalim - " Équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous " - mentionnait déjà l'usage d'indicateurs de prix, à définir par les opérateurs. La filière céréalière avait à l'époque opté pour la référence aux contrats Euronext pour le Blé et le Maïs ou les cours de FranceAgriMer et du CNCMA.
 

L’article 2 de la PPL « accroît la transparence du coût d’achat de la matière première agricole par l’industriel et en consacre le caractère non négociable ». « Les matières premières agricoles utilisées et leur prix d’achat » figureront dans les conditions générales de vente et « la convention écrite conclue à l’issue de la négociation commerciale entre le fournisseur de produits alimentaires et son acheteur » devra comporter « les informations relatives au prix des matières premières agricoles entrant dans la composition du produit ». Ces éléments seront « exclus de la négociation commerciale ».

Une clause de révision de prix est intégrée selon laquelle « les parties restent libres de déterminer les modalités de détermination de cette révision, en tenant compte des indicateurs de prix » évoqués plus haut.
Enfin, un comité de règlement des différends commerciaux agricoles sera créé par la loi, et sera « compétent pour connaître des litiges pour lesquels la médiation devant le médiateur des relations commerciales agricoles s’est soldée par un échec », précise la PPL.

Lire aussi : PPL Egalim 2 : Antoine Pissier (FNA) juge le texte "trop généraliste" et "non applicable en l'état" pour la filière du Commerce des grains

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Prix des céréales le 19 août : Après la hausse, la baisse pour les céréales

Les cours des principaux contrats sur le blé et le maïs ont vivement reculé ce jeudi 19 août 2021 à Chicago. Sur Euronext, la…

Prix des Céréales le 20 août : recul des cours du blé à Chicago, très légère hausse sur le marché européen

Les principaux cours du blé et du maïs ont nettement reculé vendredi 20 août à Chicago. Sur Euronext, ceux-ci…

Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne