Aller au contenu principal

Production
Le bio affiche une croissance record

Selon l’Agence bio, les surfaces en grandes cultures bio enregistrent un bond de 38 % en 2018 par rapport à l’année précédente. C’est l’une des filières bio les plus dynamiques.

Sur les 2 millions d’hectares cultivés en bio en 2018, plus d’un quart est implanté en grandes cultures : ce sont 513 783 ha, dont 112 000 ha de nouvelles terres converties l’an dernier en céréales et oléoprotéagineux. Un record historique avec 1 363 nouvelles exploitations céréalières en bio. « Cette dynamique est sans précédent, se réjouit Philippe Henri, nouveau président de l’Agence bio. Toutes les régions progressent. La répartition sur le territoire va plus s’équilibrer. » Si le Sud poursuit son essor, avec une poussée continue en Occitanie (surtout dans le Gers et l’Aveyron), les zones céréalières traditionnelles du Nord, de l’Est et du Centre font une percée. « Ces régions ne plafonnent pas les aides, ou peu, stimulant ainsi les conversions. Et les stockeurs, coopératives et privés, poussés par la demande des transformateurs et des consommateurs, organisent aussi des collectes. »

Déficit en voie de réduction

« Le soutien apporté aux créations de silos dédiés, notamment via le fonds Avenir bio de l’Agence bio doté de 8 M€/an, contribue à accélérer cette dynamique », rappelle Florent Guhl, directeur de l’Agence bio. Le financement des Agences de l’eau sur les zones de captages dégradés est incitatif. En Île-de-France, en retard, les grandes cultures décollent : elles concernent la majorité des conversions, et occupent près de 70 % des surfaces bio, soit 12 700 ha. Dans les régions où les aides ont été plafonnées, la mixité bio-conventionnelle persiste. Des collecteurs visent une conversion totale, quoique progressive. Par exemple, la Cocebi, coopérative historique entièrement bio en Bourgogne, impose sept ans à la ferme pour atteindre une activité bio totale. Pour le président Philippe Henri, producteur lorrain de grandes cultures et éleveur de pondeuses et de bovins allaitant, « cette croissance va réduire le déficit français en céréales et oléoprotéagineux bio, pour les filières en alimentation humaine et animale ». Si la France importe environ 30 % de ses besoins en grains, la forte demande en origine France fait chauffer les cours.

 

Les plus lus

Le bioéthanol pourrait représenter 1 % de la SAU française en 2035

Si la France compte 30 millions de voitures en 2035 dont 5 millions fonctionnant à l’E 85 à raison de 3,5 litres/100 km alors…

Météo en Russie : faut-il vraiment s’inquiéter des effets du gel sur le blé tendre ?

Les cours du blé tendre ont fortement progressé sur Euronext ces dernières semaines, compte tenu d’une météo jugée adverse en…

Prix des céréales - Nette progression des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 3 et le 6 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Net rebond des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 2 et le 3 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Repli des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme en récolte 2023 mais hausse en récolte 2024

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 1er et le 2 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Marché des engrais : tendance baissière en azote et phosphore

Malgré un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient engendrant la crainte de pressions sur les matières premières, le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne