Aller au contenu principal

Récolte française 2018
L’AGPB mise sur la qualité du blé pour gagner des marchés à l’export

La production céréalière hexagonale 2018 ne restera pas dans les annales, quelle que soit la production. La moisson de blé dur est la plus décevante.

© Jean-Charles Gutner

« On visait 40 millions de tonnes comme en 2015, […], 2018 sera un petit cru », a regretté Philippe Pinta, président de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), qui tenait son point récolte à Paris le 26 juillet. La production de blé tendre, estimée à 35 Mt environ par le syndicat céréalier, présente toutefois une bonne qualité globalement « qui devrait permettre d’accéder relativement facilement aux marchés intérieurs et internationaux », a souligné le président de l’AGPB. En orges et en blé dur, qualité et rendements seraient en retrait.

Contexte porteur pour « regagner des parts de marché dans l’UE »

Selon l’enquête présentée par l’institut Arvalis, la récolte de blé tendre hexagonale tournerait autour de 35 Mt, affichant « un rendement moyen de 70-73 q/ha sauf dans le Sud très affecté, un taux de protéines bon à très bon entre 11,5 et 12 % et des poids spécifiques bons dans l’ensemble supérieurs à 77 kg/hl ». Une qualité qui conduit l’AGPB à considérer que « la France pourrait continuer à regagner des parts de marché sur ses clients historiques, notamment auprès des pays de l’UE » à condition « d’intervenir dès le début de campagne sur les marchés ». « Le blé se vend avant la moisson et pas seulement après », a précisé Philippe Pinta. Et malgré la faiblesse attendue des volumes cette année, le marché pourra compter sur un stock de report de 3 Mt environ. L’AGPB note que le contexte, baisse des volumes en Europe et en Russie, pourrait bénéficier à la France.

En orge, si les rendements ont pu décevoir, la qualité est suffisante. La récolte de production d’hiver, qui vient de s’achever, devrait se situer autour de 9-10 Mt selon Arvalis avec un rendement moyen de 67 q/ha, un taux de protéines dans la fourchette brassicole entre 10 et 11 %, un PS moyen à faible autour de 65 kg/hl et un calibrage bon à très bon globalement. Les variétés de printemps, actuellement moissonnées, afficheraient, elles, des rendements bons à très bons, des taux de protéines entre 9,5 et 10,8 % et des calibrages bons à très bons.

Avec une situation très contrastée, les rendements allant de plus de 70 q/ha dans le Centre à moins de 40 q/ha dans le sud du pays, la plus grosse déception concerne le blé dur. La récolte chuterait de 20 % dans le sud de la France, notamment dans le Sud-Ouest où les taux de mitadinage et de moucheture sont élevés.

 

Les plus lus

Le bioéthanol pourrait représenter 1 % de la SAU française en 2035

Si la France compte 30 millions de voitures en 2035 dont 5 millions fonctionnant à l’E 85 à raison de 3,5 litres/100 km alors…

Prix des céréales - Nette progression des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 3 et le 6 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Net rebond des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 2 et le 3 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Repli des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme en récolte 2023 mais hausse en récolte 2024

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 1er et le 2 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Marché des engrais : tendance baissière en azote et phosphore

Malgré un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient engendrant la crainte de pressions sur les matières premières, le…

Tour de plaine en France : des surfaces de tournesol attendues stables entre 2023 et 2024, voire en légère baisse

Les pluies ont perturbé les semis de tournesol en France, qui se profilent sans grande évolution d'un an sur l'autre. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne