Aller au contenu principal

Coopération agricole
InVivo Group devient une société à mission

Pour mieux coller aux évolutions sociétales, l’union de coopératives se transforme.

Pour mieux répondre à la demande en production alimentaire et aux contraintes sociétales et des consommateurs, InVivo change de statut en accord avec sa stratégie.
© InVivo

Le groupe InVivo vient d’annoncer l’évolution de ses statuts pour devenir une société à mission. Avec 5,2 Md€ de chiffre d’affaires et 5 500 collaborateurs, l’union nationale de coopératives agricoles françaises rassemble 201 coopératives représentant près de 300 000 agriculteurs et est, notamment, présent dans l’agriculture, la distribution alimentaire et le commerce international de céréales.

Pour faire court, on peut définir une entreprise à mission comme une entreprise qui peut « déclarer sa raison d'être à travers plusieurs objectifs sociaux et environnementaux » *. C’est la loi Pacte, du 22 mai 2019 et relative à la croissance et la transformation des entreprises, qui introduit cette notion.

Cette transformation « préparée de longue date » est « alignée avec le plan stratégique du groupe, à la fois projet d’entreprise et de société », précise InVivo dans un communiqué du 22 octobre. L’ambition est de « devenir la référence dans la mise en place de la transition agricole au service de la transition alimentaire ». InVivo précise que le changement de statut vaut aujourd’hui pour le groupe et « bientôt pour l’ensemble des filiales ». Par ailleurs, « dans ce cadre, rien ne change pour les coopératives et adhérents ».

Environnement, économie et société

Dans sa communication, InVivo explique que, face à une demande alimentaire mondiale croissante et à des « contraintes environnementales, économiques et sociétales de plus en plus nombreuses », on assiste à une profonde transformation du système alimentaire mondiale. La crise sanitaire liée à la Covid 19 renforce, voire accélère dans certains cas, ces mutations.

D’où l’idée d’une agriculture « plus équilibrée et durable » et la volonté « d’impulser la transition agricole et alimentaire vers un agrosystème résilient, en déployant des solutions et des produits innovants et responsables, en ligne avec les principes de l’agriculture régénératrice, au bénéfice des agriculteurs et des consommateurs ».

Dans le communiqué d’InVivo, Thierry Blandinières, directeur général, explique qu’il voit le statut de société à mission comme une opportunité « car nous y retrouvons toutes nos valeurs coopératives, associées à une définition de l’entreprise en cohérence avec les défis contemporains. Compte tenu des enjeux démographiques, environnementaux et alimentaires de demain, nous avons une réelle conscience de la mission qui est la nôtre : relever le défi de la transformation du monde agricole grâce à des solutions innovantes, responsables et durables, au bénéfice des coopératives, des agriculteurs et des consommateurs mondiaux ».

Pour accompagner cette évolution et pour en garantir la bonne exécution, un comité de mission a été créé. Il est composé de sept personnes. Outre quatre représentants de l’univers InVivo (InVivo Group, InVivo Retail, InVivo Wine et Bioline by InVivo), on y trouve Sébastien Abis (directeur du Club Demeter), Perrine Bismuth (cofondatrice du fonds de capital développement FrenchFood Capital) et Pierre Victoria (directeur du développement durable de Veolia).

* Pour en savoir plus sur les entreprises à mission : https://www.economie.gouv.fr/cedef/societe-mission (site du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
Transgrain France va arrêter son activité !
L'annonce a été faite le 24 novembre par l'intermédiaire d'un laconique communiqué.
[Covid-19] Les filières de la transformation des grains sereines sur les livraisons pendant le reconfinement
Si des inquiétudes sur l'impact économique de ce nouveau confinement se font sentir, les transformateurs de grains se veulent…
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne