Aller au contenu principal

Hausse des profits de Louis Dreyfus Company, suite à la flambée des prix des céréales

 Le négociant international Louis Dreyfus Company (LDC) explique s’être adapté à la guerre en Ukraine, et a réduit ses activités en Ukraine et en Russie.

© alfvanbeem-Pixabay

Le négociant international Louis Dreyfus Company (LDC) rapporte une hausse de son chiffre d’affaires et de ses profits lors du premier semestre 2022, compte tenu, entre autres, de la flambée des prix des grains.

Le chiffre d’affaires du groupe grimpe à 30,3 milliards de dollars (Md$) entre le 1er janvier et le 30 juin 2022, contre 24 Md$ sur la même période en 2021. L’EBIDTA passe de 778 millions de dollars (M$) à 1 170 M$. Le résultat net double de son côté, passant de 336 M$ à 662 M$.

Le négociant rappelle que les prix des céréales et des oléagineux ont fortement progressé suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février dernier, générant une forte tension sur les marchés.

LDC, qui exportait des céréales depuis ces deux pays, y a nettement réduit ses activités, pour se tourner vers d’autres pays fournisseurs, afin de s’adapter à la situation.

Parmi les 300 salariés que LDC compte en Ukraine dans ses activités de négoce (blé, orge, maïs), aucun n’a été tué. Du blé appartenant au groupe, stocké dans un silo d’un prestataire, a été détruit, précise-t-il. Concernant la Russie, la société a repris ses activités « dans la mesure permise par les engagements commerciaux et les sanctions », indique-t-il.

Quid du projet de construction du terminal portuaire de Taman?

LDC rappelle qu’il dispose de silos en Russie ainsi qu’un terminal portuaire céréalier à Azov. Le groupe est également engagé dans une joint-venture pour le développement et la construction d’un terminal portuaire dans la péninsule de Taman. « La crise russo-ukrainienne ajoute des incertitudes quant au calendrier du projet et aux projections financières, qui dépendent fortement des conditions commerciales dans la région », explique le rapport financier de LDC.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF fait le point sur la hausse des coûts de production de la farine (blé, énergie, papier, carton…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne