Aller au contenu principal

Analyse/Marché
Guerre en Ukraine : les semis de printemps ukrainiens ne baisseraient pas tant que ça

Des analystes publics et privés ont annoncé un repli des assolements de printemps en Ukraine entre 2021 et 2022 de 25 % à 30 %, voire plus, en raison des combats qui se déroulent sur son sol. Le cabinet Ukragroconsult est moins pessimiste.

A ce jour, aucune information ne fait référence à une potentielle limitation des exportations du maïs ukrainien.
© PublicDomainPictures

Comment les ukrainiens vont-ils pouvoir semer leur maïs et leur tournesol au printemps 2022 ? Et sur quelle surface ? Telles sont les interrogations des opérateurs actuellement, dans un contexte de guerre en Ukraine. Serguey Feofilov, dirigeant du cabinet d'analyse Ukragroconsult, se veut rassurant. Dans un tweet du 17 mars, ce dernier explique que seulement « 10 à 15 % des semis de printemps ne pourront être achevés, contre 25-30% selon divers analystes », entre les campagnes commerciales 2021/2022 et 2022/2023.

Le ministère de l'Agriculture ukrainien déclarait le 15 mars que « 30 % environ des cultures de printemps ne pourront être semées. Nous sommes en revanche confiants sur le fait que 50 % seront effectivement emblavées, et que 20 % le seront mais avec du retard ».

Le même jour, l'analyste Ukrainien APK Inform se montrait encore plus pessimiste, tablant sur un recul de la sole nationale de printemps de 39 % entre 2021 et 2022.

Serguey Feofilov reconnaît la difficulté d'établir des prévisions fiables concernant les semis ukrainien de printemps, mais également la production en général (incluant les récoltes d'hiver) et les exportations ukrainiennes lors de la campagne 2022/2023, dans ce contexte extrêmement volatil. L'analyste appelle à la prudence. « D'autres incertitudes sont les prévisions de récolte avec un faible accès des producteurs aux intrants. Les revenus des agriculteurs sont un autre paramètre à considérer, pouvant influer sur les récoltes en 2023. [...] Selon les rumeurs, les exportations de blé pourraient être limitées, mais aucune restriction aux exportations de maïs n'est annoncée », indique-t-il.

 

Les plus lus

Baisse de la TVA sur l'alimentation animale en 2023
Au 1er janvier 2023, le taux de TVA applicable aux ventes d’aliments pour les animaux producteurs de denrées alimentaires et aux…
Four à pain dans une boulangerie
Flambée des prix de l’énergie : quelles aides pour les boulangers ?
Face à l’explosion de leurs factures énergétiques, le gouvernement a réuni les représentants des boulangers ce jour pour évoquer…
Intact Regenerative et Axéréal lancent une filière protéine végétale dans le Loiret
Le projet doit démarrer en 2023 et être opérationnel pour la moisson 2024
Algama lève 13 M€ pour remplacer les œufs par des solutions à base d’algues
  Une levée de fonds qui servira notamment à lancer un site industriel en Belgique. Le procédé peut intervenir en boulangerie…
InVivo présente la stratégie d'Episens, nouveau pôle Blé du groupe coopératif
Regroupant les activités Meunerie, Ingrédients et filière BVP, d'InVivo, Episens est la nouvelle entité d'InVivo, présentée au…
Prix des céréales - Nouveau retrait des cours du blé et du maïs sur Euronext, en l'absence de marché aux Etats-Unis
L’évolution des cotations des céréales françaises (blé, orge, maïs) entre le 13 et le 16 janvier, expliquée par La Dépêche Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne