Aller au contenu principal

Marché des grains
FranceAgriMer : stock de report 2021/2022 alourdi en blé tendre, sans impact sur le marché à ce stade

Les stocks finaux de blé tendre et de maïs français ont été corrigés à la hausse par le Conseil spécialisé Grandes Cultures de FranceAgriMer. Peu de changements en orge.

© RObin (Pixabay)

Pour la campagne 2021/2022 qui s’achève, les exportations de blé tendre hexagonale reculeraient de près de 300 000 t à 17 368 (17,677 Mt en avril) dont 9,25 Mt (9,5 Mt en avril) vers les pays tiers (9,7 Mt en mars), et 7,998 Mt (8,057 Mt en avril) vers l'UE, selon le dernier conseil spécialisé Grandes cultures de FranceAgriMer, réuni à Paris le 11 mai. La production de blé tendre 2021 demeure sur un niveau équivalent au mois dernier, à 35 457 (35,46 Mt en avril).

En conséquence, les consommations intérieures n'évoluant qu’à la marge, le stock final 2021-2022 attendu progresserait légèrement, selon FranceAgriMer, à 3,220 Mt contre 2,996 Mt le mois dernier. Un volume assez confortable finalement. Mais qui ne serait pas en mesure de provoquer à ce stade un retournement de marché du blé qui affiche des prix records depuis le début de la guerre en Ukraine. « L’incertitude et la tension (liées à la guerre en Ukraine notamment, ndlr) devraient encore perdurer dans les prochaines semaines. Tant que nous n’avons pas plus d’élement sur les prochaines récoltes aux Etats-Unis et dans l’Hémisphère Sud, difficile de se prononcer. Mais le risque d’un retournement de marché existe », estime Marc Zribi, chef de l'unité grains et sucre de FranceAgriMer, confiant également qu’« aucun opérateur n’a évoqué cet élément lors du Conseil spécialisé Grandes Cultures ce matin ».
De son côté, Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes Cultures de FranceAgriMer considère que «l'incidence du stock français sur les prix est marginale.» Il s'inquiète toutefois de «l'effet ciseau très douloureux»pour les producteurs si les prix du blé venaient à reculer et ceux des engrais azotés à se maintenir sur les hauts niveaux actuels.

L’utilisation du blé tendre par l'industrie française pour 2021/2022 a peu évolué, à 14,831 Mt contre 14,771 Mt en avril. La nutrition animale hexagonale consommerait 4,5 Mt (4,450 Mt en avril). En Panification et Amidonnerie/Glutennerie, les besoins sont attendus à respectivement 2,830 Mt (2,840 Mt en avril) et 2,760 Mt (inchangé).

Baisse de la consommation de maïs par la Nutrition animale.

Le stock final de maïs 2021-2022 est de nouveau revu à la hausse à 2,183 Mt (2,015 Mt en avril) compte tenu notamment du retrait de la consommation de la nutrition animale à 3,050 Mt (3,150 Mt en avril). Une baisse qui s’inscrit dans le contexte d’épidémie de grippe aviaire qui fait logiquement reculer la production d’aliment du bétail et donc les besoins en maïs par l’industrie.

En orge, le stock final 2021-2022 évolue peu à 1 274 Mt (1,265 Mt en avril) FranceAgriMer, avec des exportations pour cette campagne évaluées à 6,122 Mt (6,136 Mt en avril), dont 3,4 Mt (3,300 Mt le mois dernier) destinées aux pays tiers, et 2 705 Mt (2,689 Mt en avril) pour le marché de l'UE.

Enfin, concernant le blé dur, le stock final recule passant de 178 000 t à 167 000 t pour la campagne 2021-2022 selon FranceAgriMer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne