Aller au contenu principal

Nutrition animale
Fefac : une position européenne qui convient aux industriels, quoique…

Le projet de développement des productions européennes de protéines de la Commission européenne satisfait la Fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux (Fefac). Mais son président demande l’harmonisation de règles.

Nick Major, président de la Fédération européenne des fabricants d'aliments pour animaux (Fefac).
© Yanne Boloh

Pour la Fefac (Fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux), il est pertinent de lancer un grand plan pour les protéines. Toutefois, l’Union européenne restera toujours dépendante des importations et il ne faudrait donc pas négliger de travailler sur la durabilité des productions internationales. « La qualité des protéines végétales européennes constitue la clé d’entrée sur le marché de la nutrition animale », a expliqué Nick Major, président de la Fefac, lors du symposium de Vienne (Autriche) le 22 novembre. Autre point souligné par la Fefac, l’hétérogénéité dans les mentions valorisantes. « Le premium “non OGM” peut aider sur des niches, mais nous avons besoin d’une harmonisation urgente des spécificités des animaux “nourris sans OGM” qui diffèrent d’un pays à l’autre. Pour le bio, qui est encore plus restrictif, la question de l’interdiction d’usage des acides aminés synthétiques aboutit au blocage de la flexibilité des formulations, ce qui peut aboutir à un excès de protéines et, donc, à l’augmentation des excrétions de nitrates. »

Enfin, la Fefac pointe la diversité des apports protéiques déjà valorisés par les industriels et le taux d’autosuffisance des pays européens qui varie selon les matières premières. Ainsi, les céréales, dont les pays de l’UE sont autosuffisants à plus de 90 %, contribuent à hauteur de 40 % des besoins protéiques des animaux. La situation est très différente pour les tourteaux de soja : l’UE est effectivement dépendante à près de 95 % des importations, mais ces tourteaux contribuent de moins en moins à la couverture protéique (29 %). Pour le tourteau de colza qui couvre 9 % des apports protéiques, l’UE en est à 85 % d’autosuffisance. Pour le tourteau de tournesol dont les versions High Pro montent en puissance (5 % de la part protéique), l’autosuffisance européenne atteint 47 %. L’UE est autosuffisante en graines oléagineuses et en légumineuses, même si leur contribution à la couverture protéique est faible. Pour les autres coproduits des industries agroalimentaires et du bioéthanol, qui apportent plus de 11 % des besoins en protéines, l’UE est autosuffisante à 85 %. Enfin, pour les matières premières d’origine animale réservées à certaines catégories d’animaux (produits laitiers notamment mais aussi insectes en aquaculture), l’UE est autosuffisante à plus de 95 % et elles contribuent à hauteur de 1 à 2 % des protéines incorporées dans les formules d’aliments.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Bourse aux grains de Sète : un peu plus de 300 personnes sont attendues, les 16 et 17 septembre à La Canopée
La Bourse aux grains de Sète est de retour en 2021, après avoir été annulée en 2020 pour cause de Covid-19. Entretien avec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne