Aller au contenu principal

Nutrition animale
Fefac : une position européenne qui convient aux industriels, quoique…

Le projet de développement des productions européennes de protéines de la Commission européenne satisfait la Fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux (Fefac). Mais son président demande l’harmonisation de règles.

Nick Major, président de la Fédération européenne des fabricants d'aliments pour animaux (Fefac).
© Yanne Boloh

Pour la Fefac (Fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux), il est pertinent de lancer un grand plan pour les protéines. Toutefois, l’Union européenne restera toujours dépendante des importations et il ne faudrait donc pas négliger de travailler sur la durabilité des productions internationales. « La qualité des protéines végétales européennes constitue la clé d’entrée sur le marché de la nutrition animale », a expliqué Nick Major, président de la Fefac, lors du symposium de Vienne (Autriche) le 22 novembre. Autre point souligné par la Fefac, l’hétérogénéité dans les mentions valorisantes. « Le premium “non OGM” peut aider sur des niches, mais nous avons besoin d’une harmonisation urgente des spécificités des animaux “nourris sans OGM” qui diffèrent d’un pays à l’autre. Pour le bio, qui est encore plus restrictif, la question de l’interdiction d’usage des acides aminés synthétiques aboutit au blocage de la flexibilité des formulations, ce qui peut aboutir à un excès de protéines et, donc, à l’augmentation des excrétions de nitrates. »

Enfin, la Fefac pointe la diversité des apports protéiques déjà valorisés par les industriels et le taux d’autosuffisance des pays européens qui varie selon les matières premières. Ainsi, les céréales, dont les pays de l’UE sont autosuffisants à plus de 90 %, contribuent à hauteur de 40 % des besoins protéiques des animaux. La situation est très différente pour les tourteaux de soja : l’UE est effectivement dépendante à près de 95 % des importations, mais ces tourteaux contribuent de moins en moins à la couverture protéique (29 %). Pour le tourteau de colza qui couvre 9 % des apports protéiques, l’UE en est à 85 % d’autosuffisance. Pour le tourteau de tournesol dont les versions High Pro montent en puissance (5 % de la part protéique), l’autosuffisance européenne atteint 47 %. L’UE est autosuffisante en graines oléagineuses et en légumineuses, même si leur contribution à la couverture protéique est faible. Pour les autres coproduits des industries agroalimentaires et du bioéthanol, qui apportent plus de 11 % des besoins en protéines, l’UE est autosuffisante à 85 %. Enfin, pour les matières premières d’origine animale réservées à certaines catégories d’animaux (produits laitiers notamment mais aussi insectes en aquaculture), l’UE est autosuffisante à plus de 95 % et elles contribuent à hauteur de 1 à 2 % des protéines incorporées dans les formules d’aliments.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne