Aller au contenu principal

Interview
« Face au record de trafic de grains en 2019/2020, la campagne 2020/2021 va nous faire l’effet d’une douche froide »

Alain Charvillat, directeur Céréales Export de Sénalia, fait le bilan de l’activité à ce jour de ce prestataire rouennais, au service de l’exportation céréalière française, et se projette.

© Sénalia.com

La Dépêche – Le Petit Meunier : Comment se présente cette seconde partie de campagne en termes de chargements ?

Alain Charvillat : Nous enregistrons un gros mois de mars en termes de chargement, le plus important depuis le début de la campagne 2020/2021. Nous envisageons d’exporter 450 000 t de grains ce mois-ci, contre 651 000 t en mars 2020, qui était également le mois le plus actif de la campagne dernière. De fait, nous voyons arriver une accalmie de l’activité à partir de la fin du mois en cours, en raison de la limitation des disponibilités logistiquement parlant. Les flux à l’entrée de nos silos se contractent, en lien avec la faiblesse de la récolte céréalière en 2020 sur l’hinterland du port de Rouen.

LD – LPM : Quel tonnage de céréales projetez-vous d’exporter sur la campagne 2020/2021 ?

A. C. : Concernant les prévisions globales pour l’exercice commercial actuel, les tonnages exportés seront faibles. Si, pour les vendeurs, la baisse de volume expédié sur le port de Rouen sera compensée par la hausse des prix des grains, à l’échelle du terminal céréalier, on se dirige globalement vers une petite année s’agissant des chargements maritimes. Face au record de trafic de 2019/2020, c’est la douche froide, avec un prévisionnel de baisse de 2 Mt à 2,5 Mt par rapport à cette campagne historique, soit une baisse de 40 % des flux d’un exercice sur l’autre. Dans le détail, nous projetons d’exporter seulement 3 Mt de grains sur la campagne 2020/2021, contre 5,285 Mt en 2019/2020 et 4 Mt en 2018/2019.

En termes de destinations, nous enregistrons actuellement une reprise importante des exportations sur la Maroc. Mais le fait marquant de la campagne reste la prédominance de la Chine, qui représente plus de 50 % de nos flux, toutes céréales confondues ! Il s’agit d’orge de brasserie, ce qui est habituel, d’orge fourragère, ce qu’il l’est moins, et du blé tendre, ce qui est beaucoup plus exceptionnel au départ du port de Rouen. Depuis le début de la campagne 2020/2021, nous avons expédiés sur la Chine 1,039 Mt de grains [contre 670 000 t sur l’ensemble de la campagne 2019/2020], dont 400 000 t prévues sur le seul mois de mars.

LD – LPM : Quelles sont vos perspectives d’activité pour la prochaine campagne ?

A. C. : Quant aux perspectives pour la campagne 2021/2022, il est trop tôt pour se prononcer s’agissant de nos projections d’exportations céréalières. Ce que nous pouvons dire, à l’instant t, c’est que les potentiels de production en place semblent corrects. Le volume d’orge à venir est important mais l’appétence de la demande pour cette céréale sur le mois de juillet devrait éviter un engorgement de nos silos portuaires en début de campagne.

Reste qu’avec le changement climatique, nous nous attendons à enregistrer d’importants écarts de disponibilités d’une récolte sur l’autre, par rapport aux capacités de production de notre hinterland.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF (association nationale de la meunerie française) fait le point sur la hausse des coûts de…
Marché mondial des céréales - Sebastien Abis : « Le danger, c’est l’interdépendance sans coopération ni solidarité »
Spécialiste de la sécurité alimentaire mondiale et prospectiviste, Sébastien Abis répond à nos questions dans le contexte de…
La nutrition animale recherche plus de sobriété énergétique
La nutrition animale, consommatrice d’électricité mais aussi de gaz pour la granulation, cherche des solutions pour une plus…
Le groupe Avril lève 1,18 milliard d'euros
Le groupe Avril espère accélérer son développement et "devenir le leader des solutions végétales". Les fonds levés auprès des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne