Aller au contenu principal

Commerce international
Export de céréales : J.F. Loiseau invite la filière à ne pas se reposer sur les lauriers chinois

Un rapport présenté par FranceAgriMer (FAM) explique que les exportations de blé et d'orge hexagonales ont bien résisté grâce à la Chine, malgré la pandémie de Covid-19.

Jean-François Loiseau, Président de la Commission Internationale de FranceAgriMer
© Kévin Cler, La Dépêche-Le Petit Meunier

« Soyons très vigilants : la Chine n’aime pas être trop dépendante (d’un fournisseur) », a alerté Jean-François Loiseau, intervenant en tant que Président de la Commission Internationale de FranceAgriMer (FAM), lors d’un webinaire le 17 mai. Ce dernier fait référence aux bonnes performances françaises 2020 de ventes de céréales à la Chine, en marge de la présentation d’un rapport de FAM sur les performances nationales 2020 à l’export des filières agricoles et agroalimentaires.

 

858 M€ de céréales sur la Chine en 2020 !

Selon le rapport, les exportations hexagonales de céréales et de ses produits transformés (farine, malt…) vers les pays-tiers s’élèvent à 3,7 Md€, en hausse de 11 % entre 2019 et 2020. Ceci en raison de la hausse des ventes de blé tendre (+ 324 %) et d’orges (+ 55 %) sur la Chine, portant la valeur totale des expéditions sur le marché chinois à 858 M€, en hausse de 147 % par rapport à 2019 !

La Chine a donc permis aux exportations françaises de céréales (et ses produits), tous pays confondus (UE à 27 et pays-tiers), de régresser de seulement 2 % par rapport à 2019, à 7,18 Md€, malgré la pandémie de Covid-19, qui a, entre autres, fortement pénaliser les expéditions de malt.

Mais ces chiffres ne doivent pas laisser penser que la Chine sera toujours là pour sauver le commerce de céréales françaises, selon Jean-François Loiseau. « ll y a une forte exigence sanitaire de ce pays, et il peut se retirer à tout moment. Lors de l’automne 2020, nous sommes passés à côté d’une sanction. Nous avions près de dix-neuf bateaux de céréales (blé, orge) en attente d’être réceptionnés ou refusés pour des raisons sanitaires », prévient-il.

Jean-François Loiseau en profite pour lancer un message politique : « je préférerais parler de semaine de sécurité alimentaire plutôt que de souveraineté (en référence à la semaine organisée du 13 au 24 mai par la profession agricole, en remplacement du salon de l’agriculture). […] La qualité sanitaire est le premier élément incontournable ». Pour cela, il réclame aux pouvoirs publics un maximum de moyens techniques et technologiques.

Lire aussi: En direct du grand débat national sur la souveraineté alimentaire

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
En 2022, plus faible production française de maïs du XXIe siècle, selon Agritel
La production de maïs hexagonale 2022 est attendue sous les 11 Mt, chiffre qui pourrait être de nouveau révisé à la baisse. Celle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne