Aller au contenu principal

Tour de plaine
De bons potentiels de production en maïs, le retard de développement des cultures sous surveillance

Agreste s’attend, au 4 août, à une récolte française de maïs grains 2021 à 12,878 Mt, pour des rendements à 95,1 q/ha, contre 82,6 q/ha en 2020.

© aitoff-Pixabay

Si les potentiels de production de maïs hexagonal sont actuellement bons, certains opérateurs commencent à s’interroger sur le retard de développement des plantes. C’est le cas de Lionel Gibier, responsable de la collecte de la Scael, coopérative basée dans le Centre de la France, qui rappelle que pour se développer, les plants de maïs ont besoin d’accumuler des températures. Or, le mois de juillet et le début du mois d’août sont frais, retardant la croissance des plantes. « Personnellement, je n’ai jamais connu de situation où des plants de maïs n’ont pas fleuri au 14 juillet », alerte Lionel Gibier.

Crainte sur un potentiel retard de semis d’autres cultures

Si les mois d’août, puis de septembre et d’octobre ne s’avéraient pas très chaud, cela ne permettra pas de rattraper le retard accumulé, et pousser la récolte jusqu’à décembre, avec des risques de dégâts liés au froid, au gel… De plus, « cela retarderait les semis d’autres cultures, notamment le blé tendre, dans le cadre des rotations culturales », prévient Lionel Gibier. Sans oublier que la période de soudure de campagne française s’avère très tendu, avec très peu d’offre disponible. Or, un retard de la récolte pourrait accentuer et prolonger cette tension…

Arvalis-Institut du Végétal se veut rassurant

Néanmoins, Stéphane Jézequel, directeur scientifique d’Arvalis-Institut du Végétal, tient à tempérer les craintes quant au retard de développement du maïs. « La période importante de maturation a lieu en septembre. C’est ce mois qui décide de la courbe de dessication du grain. Il y a donc encore du temps, sachant que les températures peuvent vite remonter en août et septembre ».

Agreste est pour le moment optimiste. Au 4 août, ce dernier parie sur une récolte française 2021 de grains à 12,878 Mt, pour un rendement moyen de 95,1 q/ha, contre seulement 82,6 q/ha l’an dernier. Les volumes 2020 avaient atteint certes atteint 13,189 Mt, mais sur une surface plus élevée, à 1,610 Mha.

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Céréales : quels sont les principaux désaccords entre analystes privés et l'USDA au sujet des bilans mondiaux ?

Le rapport de l'USDA du 12 juin s'est avéré plutôt baissier pour les prix mondiaux du blé et du maïs.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne