Aller au contenu principal

Protéines végétales
D'autres protéines que le blé et le soja pour couvrir la demande

Si la progression du marché des protéines végétales ne faiblit ni au niveau mondial ni dans l’Hexagone, la question de la prédominance du blé et du soja a été posée, lors des JTIC.

Légumineuses variées.
© GEPV

Tout concourt aujourd’hui à un rééquilibrage alimentaire progressif entre protéine animale et protéine végétale, en faveur de cette dernière. Une transition qui se veut être, en priorité, une réponse aux enjeux de nutrition, de démographie et de diminution des intrants de synthèse en agriculture. Or, le recours aux légumineuses, aux algues ou aux oléoprotéagineux (de type colza ou tournesol pour le marché protéique) demeure très faible. Le blé et le soja dominent outrageusement. « À plus de 90 %, fait remarquer Marie-Benoît Martini, économiste à l’Inra et présente lors de la conférence sur le sujet aux JTIC. Rien qu’en France, près de 40 % des assolements en blé tendre opèrent des rythmes de rotation trop rapprochés. C’est soit de la monoculture, soit du blé sur blé. »

Au défi de la rentabilité

« Les organismes stockeurs qui traitent des gros volumes sont plus réticents à faire rentrer de nouvelles espèces car les rendements sont plus bas pour des prix à la tonne assez proches », observe Laurent Linossier, responsable R&D à Limagrain Céréales Ingrédients, la filiale transformation de la coopérative. Des industriels qui, en parallèle, font face à des challenges concernant le goût, la digestibilité mais aussi les risques de contamination croisée dans leurs ateliers de fabrication.

Une projection favorable

Près de 9,8 milliards, c’est ce que devrait atteindre le marché mondial des matières protéiques végétales (MPV) en 2018, soit +42 % par rapport à 2013, selon le cabinet Xerfi dans son étude parue en juin 2018. En France, le secteur de la Boulangerie-Viennoiserie-Pâtisserie est le premier secteur utilisateur en matières protéiques végétales, soit 40 %, d’après le Groupe d’étude et de promotion des protéines végétales (GEPV).

Les plus lus

Moisson 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Nutrition animale : vers une révision à la baisse des teneurs en mycotoxines

A l’occasion de sa journée annuelle de restitution, Oqualim s’est particulièrement concentré sur les mycotoxines pour…

Bourse de Sète : participation dynamique, marchés des grains moroses dans le Sud-Ouest

Des opérateurs français et du sud de l’Europe ont pu échanger sur l’actualité des marchés lors de la Bourse aux grains de Sète…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne