Aller au contenu principal

Politique agricole et alimentaire
[Coronavirus - Covid-19] La coopération agricole accuse le coup et propose un plan de relance

La pandémie de covid 19 a fait plonger le chiffre d’affaires des coopératives françaises de 28 % (enquête de la Coopération) qui demandent un plan de relance

© FelixMittermeier - Pixabay

Attendant une perte de chiffre d’affaires évaluée à 28 % au global, « 72 % des coopératives françaises estiment que la crise (du covid 19, ndlr) a engendré et engendrera des surcoûts au-delà des pertes de chiffres d’affaires », a annoncé Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, le 4 juin à l’occasion d’une visioconférence. Ces surcoûts, intervenus lors de la mise en place des dispositions sanitaires, sont estimés à 0,7% du CA. Avec pour conséquence un résultat d'exploitation qui pourrait être divisé par deux dans certaines coopératives. 

Une situation qui pousse la Coopération agricole à demander pour l’agriculture et l’agroalimentaire «un plan de relance pour s’inscrire dans la durée avec les objectifs de restauration de souveraineté alimentaire et de réponse aux attentes sociétales, notamment à travers la transition agroalimentaire», selon les termes du président de la Coopération agricole.

4 axes pour relancer les coopératives

Si la Coopération agricole ne dispose pas encore de chiffres précis concernant les activités métiers du grain et de leur transformation, les coopératives céréalières ne sont clairement pas celles qui ont été le plus touchées par la baisse de consommation liée au confinement. Ainsi, alors que les ventes en grande distribution sont restées globalement stables, les fermetures des espaces de restauration hors domicile et les restrictions des exportations ont sérieusement entamé les ventes de boissons alcoolisées, de viandes bovines et ovines, et de produits laitiers.

Pour répondre à cette difficile situation et se projeter vers l’avenir, Dominique Chargé a présenté un plan comportant 30 mesures autour de 4 axes.
Le premier consiste à « renforcer le modèle agroalimentaire pour renforcer la souveraineté alimentaire française et européenne » en « supprimant les distorsions de concurrence en Europe et en investissant pour adapter les modes de production ». Le deuxième axe consiste à « utiliser tous les atouts du modèle coopératif pour renforcer la structuration des filières et accélérer la transition agroécologique du champ à l’assiette ».

Le volet environnemental est abordé dans le troisième axe qui prévoit de « financer la décarbonation et les transitions agroécologiques du producteur au consommateur » notamment par la mise en place d’un fond de transition écologique. Ce dernier serait « abondé par des crédits publics et des opérateurs économiques qui permettraient de financer les filières agricoles qui investissent dans ces conversions écologiques et l’évolution des modèles de production », a précisé Dominique Chargé.

Enfin, le dernier axe vise à promouvoir la consommation du "produit en France" en « intensifiant l’approvisionnement produits français en RHF", en faisant « jouer un rôle actif à la Distribution », et en soutenant l’export de productions agricoles et alimentaires.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Axereal espère des gains de compétitivité de 30 millions d’euros
La coopérative Axereal investira davantage dans le digital et l'innovation agronomique.
Regain d'optimisme au sujet des exportations françaises de blé tendre, selon FranceAgriMer
Les experts de FranceAgriMer (Fam) confirment que l'ouverture du cahier des charges algérien aux blé tendre d'origine mer Noire…
Cotations Céréales/Oléagineux/ Produits animaux : revue mensuelle de juillet à septembre 2020

Vous trouverez ci-après (cliquez sur le lien ci-dessous), pour les principaux produits, la moyenne mensuelle des cours relevés…

Blé tendre : l’Algérie accepte des lots d'origine mer Noire à 0,5% de dégâts d’insecte dans son appel d’offres du 11 octobre
Des traders jugent que le nouveau cahier des charges algérien reste favorable aux origines hexagonales.
Tendance Céréales/Oléagineux du 16 octobre : la météo fait monter les cours du blé, le colza s'apprécie à l'image du canola canadien

Vendredi 16 octobre, les cours du blé cotés à Chicago et sur Euronext ont continué de progresser. Le contrat blé sur le CBOT a…

Seulement 850 000 ha de colza en France ?
L’analyste Stratégie Grains voit un certain potentiel de hausse des prix du colza européen et français.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne