Aller au contenu principal

Politique agricole et alimentaire
[Coronavirus - Covid-19] La coopération agricole accuse le coup et propose un plan de relance

La pandémie de covid 19 a fait plonger le chiffre d’affaires des coopératives françaises de 28 % (enquête de la Coopération) qui demandent un plan de relance

© FelixMittermeier - Pixabay

Attendant une perte de chiffre d’affaires évaluée à 28 % au global, « 72 % des coopératives françaises estiment que la crise (du covid 19, ndlr) a engendré et engendrera des surcoûts au-delà des pertes de chiffres d’affaires », a annoncé Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, le 4 juin à l’occasion d’une visioconférence. Ces surcoûts, intervenus lors de la mise en place des dispositions sanitaires, sont estimés à 0,7% du CA. Avec pour conséquence un résultat d'exploitation qui pourrait être divisé par deux dans certaines coopératives. 

Une situation qui pousse la Coopération agricole à demander pour l’agriculture et l’agroalimentaire «un plan de relance pour s’inscrire dans la durée avec les objectifs de restauration de souveraineté alimentaire et de réponse aux attentes sociétales, notamment à travers la transition agroalimentaire», selon les termes du président de la Coopération agricole.

4 axes pour relancer les coopératives

Si la Coopération agricole ne dispose pas encore de chiffres précis concernant les activités métiers du grain et de leur transformation, les coopératives céréalières ne sont clairement pas celles qui ont été le plus touchées par la baisse de consommation liée au confinement. Ainsi, alors que les ventes en grande distribution sont restées globalement stables, les fermetures des espaces de restauration hors domicile et les restrictions des exportations ont sérieusement entamé les ventes de boissons alcoolisées, de viandes bovines et ovines, et de produits laitiers.

Pour répondre à cette difficile situation et se projeter vers l’avenir, Dominique Chargé a présenté un plan comportant 30 mesures autour de 4 axes.
Le premier consiste à « renforcer le modèle agroalimentaire pour renforcer la souveraineté alimentaire française et européenne » en « supprimant les distorsions de concurrence en Europe et en investissant pour adapter les modes de production ». Le deuxième axe consiste à « utiliser tous les atouts du modèle coopératif pour renforcer la structuration des filières et accélérer la transition agroécologique du champ à l’assiette ».

Le volet environnemental est abordé dans le troisième axe qui prévoit de « financer la décarbonation et les transitions agroécologiques du producteur au consommateur » notamment par la mise en place d’un fond de transition écologique. Ce dernier serait « abondé par des crédits publics et des opérateurs économiques qui permettraient de financer les filières agricoles qui investissent dans ces conversions écologiques et l’évolution des modèles de production », a précisé Dominique Chargé.

Enfin, le dernier axe vise à promouvoir la consommation du "produit en France" en « intensifiant l’approvisionnement produits français en RHF", en faisant « jouer un rôle actif à la Distribution », et en soutenant l’export de productions agricoles et alimentaires.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Vincent Jouan succède à Etienne Henriot à la présidence du Gie CRC

Administrateur de la coopérative Ynovae (née de la fusion en 2016 de Capserval et Cérépy et basée à Véron, dans l’Yonne),…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne