Aller au contenu principal

Commerce international
[Covid-19] La Commission européenne met en place des droits à l'importation de 5,27 €/t en maïs, sorgho et seigle

Cette décision devrait permettre aux producteurs européens de ne pas être désavantagés dans les conditions actuelles du marché.

© Bishnu Sarangi/Pixabay

« Compte tenu de l'abondance de l'offre et de la faiblesse des prix du maïs dans le monde, le mécanisme automatique de calcul des droits à l'importation a été déclenché, fixant à partir d'aujourd'hui [le 27 avril] le droit à l'importation du maïs, du sorgho et du seigle à 5,27 €/t », indique un communiqué de la Commission européenne. Ces droits à l'importation s'appliqueront jusqu'à ce que le calcul automatique débouche sur un nouveau chiffre. Les contingents tarifaires individuels ne sont pas concernés par cette mesure.

Bruxelles rappelle que le tarif révisé, publié le 27 avril au Journal officiel, est calculé conformément au règlement de l'UE 642/2010. Il explique que le droit à l'importation pour les trois céréales est basé sur la différence entre un prix de référence européen et le prix de référence mondial du maïs, soit le prix états-unien du maïs, calculé en Caf (coût, assurance et fret inclus) au port de Rotterdam.

Cette décision a été prise parce que « le prix du maïs états-unien est en forte baisse en raison de l'effondrement des prix du pétrole, qui a entraîné une diminution de la demande de bioéthanol carburant aux États-Unis (le maïs étant la principale matière première pour la production d'éthanol). Parallèlement, une récolte de maïs record est attendue en 2020/2021 au niveau mondial. Les coûts de fret ont également diminué en raison de la baisse des prix de l'énergie », explique la Commission européenne. En raison de la combinaison de ces effets, les prix Caf du maïs états-unien sur le marché au port de Rotterdam ont chuté et se sont établis à « 149,84 €/t, contre 162,24 €/t il y a un an ».

Les derniers droits à l'importation pour le maïs, le sorgho et le seigle ont été en vigueur entre août 2017 et mars 2018 (entre 5 et 10 euros par tonne), rappelle le communiqué. Depuis le 3 mars 2018 et jusqu'à aujourd'hui, le droit a été fixé à 0 € la tonne.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
Luzernes : Désialis absent du marché jusqu'à la fin septembre minimum
Face à une moindre production de luzerne sur les deux premières coupes, le déshydrateur est dans l’attente des résultats des deux…
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Du biofioul durable français d’origine agricole à l’horizon 2022
Un ensemble de partenaires met en place une filière pour un fioul domestique issu principalement de l’estérification de colza.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne