Aller au contenu principal

Négoce agricole
[Coronavirus Covid -19] Pendant la crise sanitaire, le business continue à Lepicard Agriculture

En dépit du coronavirus, le négociant agricole Lepicard Agriculture s'organise pour assurer la continuité de ses activités.

© Lepicard Agriculture

Lepicard Agriculture, négociant agricole à Yerville en Seine-Maritime (180 collaborateurs, plus de 2 500 agriculteurs clients, 36 centres de collecte, 24 dépôts et 300 000 t de capacité de stockage), a adapté ses activités aux exigences du confinement et à l’état d’urgence sanitaire pour répondre à cet enjeu économique majeur : l’activité comme un maillon essentiel de la chaîne alimentaire.

« La priorité de l’entreprise est le maintien des services essentiels à la chaîne alimentaire, tout en assurant la santé et la sécurité du personnel et des clients. Nous avons ainsi décidé de généraliser le télétravail pour la majorité des postes compatibles et pris des mesures spéciales pour les autres collaborateurs. Les gestes barrières sont appliqués sans relâche tout en servant nos clients de façon responsable », écrit Sylvain Lepicard, directeur général de l’entreprise, dans un communiqué en date du 2 avril.

Sur le terrain, l’activité « reste très soutenue et nous n’avons pas de problématique particulière en termes de logistique et de transport, hormis l’effet panique du 16, 17 et 18 mars ». La proximité des clients avec les 24 points de dépôt et les 36 centres de collecte, répartis sur l’ensemble du territoire normand, est bien évidemment un avantage décisif pour le négociant agricole et sa flotte de 15 camions (en partie en propriété, en partie en sous-traitance). « Je tire un coup de chapeau à nos chauffeurs, particulièrement exposés, mais qui font preuve d’une mobilisation extrême », précise Sylvain Lepicard.

Mise en place des mesures barrières

En ce qui concerne la réalisation des opérations de transport de marchandises précisément, les mesures d'hygiène et de distanciation sociale, dites barrières, définies par l’arrêté du 19 mars, sont observées par les conducteurs de véhicules de transport ainsi que par les personnels des lieux de chargement ou de déchargement : chaque véhicule est équipé d'une réserve d'eau et de savon ou de gel hydroalcoolique ; la remise et la signature des documents de transport sont réalisées sans contact entre les personnes ; dans le cas de livraisons à domicile, les chauffeurs, après communication avec le destinataire ou son représentant, laissent les colis devant la porte. « L’agriculteur signe son bon avec son propre stylo, se recule et le chauffeur signe à son tour avec son propre stylo avant de se reculer lui-même. Nous avons banni l’échange de stylo », assure encore le dirigeant de l’entreprise.

Investir pour préparer l’avenir

Lepicard Agriculture a décidé de maintenir les grandes orientations de son plan stratégique 2020-2025. Il comprend notamment un investissement de 2 M€ pour sa transformation digitale au service des clients, avec un nouveau système global d’informations qui sera mis œuvre en 2020, ainsi que pour des applications pour améliorer les performances en termes de logistique (délais de livraison, gestion des stocks et tournées de collectes). Le développement d’un site e-commerce est également planifié pour 2021.

Dans une approche toujours plus écoresponsable, l’entreprise augmente aussi, dans ses champs d’expérimentation, les essais sur de nouvelles solutions non chimiques (champignons, algues…), dont les résultats seront présentés normalement à ses clients agriculteurs à partir de juin 2020.

Enfin, il est prévu la création de nouvelles implantations (point de collecte, dépôt…) dans l’Orne, l’Eure et l’Eure & Loire, et le renforcement des équipes commerciales par des recrutements.

Lepicard Agriculture a réalisé un chiffre d’affaires de 200 M€ au 30 juin 2019, avec un volume de collecte de 700 000 t, une activité alimentation animale estimée à 90 000 t, celles concernant les engrais s’élevant à 150 000 t et les semences à 50 000 t.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Luzernes : Désialis absent du marché jusqu'à la fin septembre minimum
Face à une moindre production de luzerne sur les deux premières coupes, le déshydrateur est dans l’attente des résultats des deux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne