Aller au contenu principal

Conjoncture économique
[Covid 19] Croissance en berne et dépenses de consommation aussi, sauf pour l’alimentaire

Comme attendu, avec une croissance en baisse, les dépenses des ménages le sont aussi. Détails.

© Pixabay

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié, jeudi 30 avril, un chiffre de croissance économique (PIB) à -5,8 % pour le premier trimestre 2020. Il s’agit de la « baisse la plus forte sur l’historique de la série trimestrielle, depuis 1949. En particulier, elle est plus forte que celles enregistrées lors du premier trimestre 2009 (-1,6 %) ou au deuxième trimestre 1968 (-5,3 %). L’évolution négative du PIB au premier trimestre 2020 est principalement liée à l’arrêt des activités « non essentielles » dans le contexte de la mise en place du confinement à partir de la mi-mars », a indiqué l’Insee. La veille, le bureau de l’analyse économique du ministère du Commerce aux Etats-Unis avait publié un chiffre de -4,8 % pour le PIB du pays pour ce même trimestre. De son côté, Eurostat, l'office des statistiques de l'UE, a annoncé un recul de 3,8 % du PIB dans la zone euro pour ce premier trimestre 2020

Dans ce cadre, il n’est pas surprenant de voir que les chiffres concernant la consommation des ménages ont chuté au mois de mars 2020. Toujours selon l’Insee, les dépenses de consommation des ménages en biens chutent de 17,9 % en volume sur ce mois de mars. « Il s’agit de la plus forte baisse jamais enregistrée sur un mois depuis le début de la série en 1980 », commente l’Insee. Mais quand la consommation de biens fabriqués a chuté de 42,3 % et celle des dépenses en énergie de 11,4 %, celle de la consommation alimentaire augmente de 7,8 %. Hors tabac, les dépenses de consommation en biens alimentaires progressent même de 9,4 % sur le mois. Bien évidemment, « la chute de la consommation des ménages en mars 2020 est essentiellement liée à la mise en place des mesures de confinement à partir de la mi-mars ». Sur l'ensemble du premier trimestre 2020, la consommation des ménages en biens, tous confondus, baisse de 7,3 %.

Si l’on se concentre sur le chiffre d’affaires en biens alimentaires dans les grandes surfaces, l’Insee constate une hausse de 1,8 % pour l’ensemble de ces acteurs. Le chiffre d’affaires des produits alimentaires stricto sensu progresse de 10,9 % en mars par rapport à février, alors que celui des produits non alimentaires recule (-0,1 %) et celui des carburants chute (-34,4 %).

Côté prix (estimation provisoire), l’Insee fait état d’une hausse des prix à la consommation de 0,4 % en avril 2020 (+0,7 % en mars). Mais les prix à la consommation de l’alimentation eux ont progressé de 3,7 % (contre +1,9 % en mars) et l’inflation s’accentue pour les produits frais : +18,1 % en avril contre +4,7 % en mars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Axereal espère des gains de compétitivité de 30 millions d’euros
La coopérative Axereal investira davantage dans le digital et l'innovation agronomique.
Regain d'optimisme au sujet des exportations françaises de blé tendre, selon FranceAgriMer
Les experts de FranceAgriMer (Fam) confirment que l'ouverture du cahier des charges algérien aux blé tendre d'origine mer Noire…
Cotations Céréales/Oléagineux/ Produits animaux : revue mensuelle de juillet à septembre 2020

Vous trouverez ci-après (cliquez sur le lien ci-dessous), pour les principaux produits, la moyenne mensuelle des cours relevés…

Blé tendre : l’Algérie accepte des lots d'origine mer Noire à 0,5% de dégâts d’insecte dans son appel d’offres du 11 octobre
Des traders jugent que le nouveau cahier des charges algérien reste favorable aux origines hexagonales.
Seulement 850 000 ha de colza en France ?
L’analyste Stratégie Grains voit un certain potentiel de hausse des prix du colza européen et français.
Tendance Céréales/Oléagineux du 16 octobre : la météo fait monter les cours du blé, le colza s'apprécie à l'image du canola canadien

Vendredi 16 octobre, les cours du blé cotés à Chicago et sur Euronext ont continué de progresser. Le contrat blé sur le CBOT a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne