Aller au contenu principal

Marché/Analyse/Géopolitique
Guerre en Ukraine : « Des niveaux de prix des céréales et une volatilité jamais vus ! »

Le marché des céréales est suspendu aux évolutions de la guerre en Ukraine, qui dure plus longtemps que les Russes ne l'avaient prévu. D'un côté, certains pays restreignent leurs exportations, et de l'autre, des importateurs veulent acheter en panique.

Silos portuaires en eaux peu profondes de Rostov-sur-le-Don en Russie.
© Eduard Zernin - Rusgrain Union

« Nous observons un niveau des prix des grains et une volatilité jamais vus sur les marchés », s'est exprimé Edward-Hugues de Saint-Denis, courtier au sein du cabinet Plantureux et Associés. Des variations journalières de 20 à 30 €/t avaient déjà été constatées lors de la sécheresse de 2010, « mais pas sur autant de jours consécutifs...». A titre illustratif, les prix du blé tendre sur Euronext (cours de clôture, échéance mai, faisant figure de référence en ancienne récolte pour le marché physique) sont passés de 278,75 €/t le 21 février en clôture à 406,75 €/t à 13h45 le 4 mars !

 

Cette amplitude et ces niveaux de prix record des grains sont la conséquence de la guerre entre Russie et Ukraine, deux des plus gros exportateurs mondiaux de céréales, qui empêche les expéditions portuaires. « Au départ, on ne pensait pas à une invasion totale. Puis, le scénario d’une incursion russe limitée a été envisagé, avec pour seule prise par la Russie de régions de l’Est, comme le Donbass. Mais là aussi, ce scénario a été balayé, d’où la panique et la flambée actuelle des cours », explique Damien Vercambre, courtier au sein du cabinet Intercourtage.

Rappelons que les ports ukrainiens sont actuellement à l’arrêt. Ceux en Russie « sont officiellement ouverts, mais les importateurs ne veulent guère prendre le risque d’acheter des céréales russes, sachant que l’impossibilité d’utiliser le système de paiement international SWIFT complique les achats », rapporte M. Vercambre.

Des exportateurs de céréales qui souhaitent juguler l’inflation alimentaire

L’explosion des cours, générant de l’inflation alimentaire dans divers pays, incite des nations exportatrices à faire de la rétention de céréales sur leur marché intérieur. « L’Argentine et la Bulgarie veulent contrôler les prix. Il se murmure que la Roumanie veut faire de même, sachant qu’il y a deux ans, en plein Covid, le pays avait décidé un embargo sur ses exportations », indique l’expert d’Intercourtage. « La Moldavie a bloqué ses exportations de produits agricoles pendant un mois à partir du 1er mars », soulève Edward-Hugues de Saint-Denis.

Des importateurs qui achètent en panique !

De leur côté, les importateurs veulent à tout prix sécuriser leurs approvisionnements, et se précipitent aux achats, participant au contexte haussier. « C’est le cas de l’Irak, qui a lancé récemment un appel d’offres pour 2 Mt de blé. L’Algérie veut revenir se sourcer auprès de la France. Mais avons-nous les stocks et la qualité suffisants ? », alerte Damien Vercambre.

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne