Aller au contenu principal

Amidonnerie
Brexit et fiscalité inquiètent les amidonniers

Face à la sortie du Royaume-Uni de l’UE et à une contrainte Carbone plus lourde dans la zone euro, l’Usipa s’inquiète pour les exportations des amidonniers français, qui représentent 75 % du chiffre d’affaires du secteur.

Les dix sites industriels des groupes ADM, Cargill, Roquette et Tereos, établis en France, sont en concurrence avec des pays qui bénéficient d’avantages concurrentiels importants du fait de matières premières abondantes et d’une énergie moins chère, de politiques publiques de soutien à la production, d’une fiscalité et d’une réglementation avantageuse, souvent renforcée par la parité des monnaies », a souligné l’Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés (Usipa), à l’occasion de la tenue de la première édition de l’Amidon en fête, le 27 novembre à Paris et en région. Ainsi, la disparition progressive en France du soutien à la cogénération à haut rendement (taxation à l’autoconsommation, fin des régimes de rachats à tarif préférentiel…) représente un facteur de concurrence déloyale.

« Au Danemark, c’est plus de 40 % de l’énergie qui est produite à l’aide de cogénérateurs à haut rendement, grâce à l’introduction d’un régime favorable », déplore Thomas Gauthier, délégué général de l’Usipa.

Lourd surcoût de la sortie du Royaume-Uni de l’UE

« Le surcoût d’un Hard Brexit serait de 211 M€ à l’amidonnerie européenne, simplement en remettant les droits de douane entre l’UE et le Royaume-Uni au niveau OMC pays tiers, explique Thomas Gauthier. La profession souligne donc la nécessité d’un accord de sortie, avec une période transitoire de deux ans au minimum, qui permettra la préparation des entreprises. » Plus globalement, d’autres accords de libre-échanges restent sous surveillance, comme ceux avec les pays du Mercosur, l’Indonésie et l’Australie-Nouvelle-Zélande.

L’industrie amidonnière française (3,2 Mt/an d’amidon produit, 6 Mt/an de blé, maïs, pomme de terre et pois transformés) exporte 75 % de sa production en valeur (3 Md€ de chiffre d’affaires en 2017), avec 71 % des expéditions vers l’UE hors Royaume-Uni (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Italie…), 8 % vers le Royaume-Uni (soit 25 % des imports du pays en produits amylacés), et 21 % hors de l’UE (États-Unis, Suisse, Norvège, Japon, Russie…). « Leader européen mais quatrième à l’échelle mondiale, l’amidonnerie française doit supporter la concurrence de la Chine (27-28 Mt/an d’amidon produit), des États-Unis (24 Mt) et du Brésil (4,5 Mt) », précise Yves Bélégaud, président de l’Usipa.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne