Aller au contenu principal

Amidonnerie
Brexit et fiscalité inquiètent les amidonniers

Face à la sortie du Royaume-Uni de l’UE et à une contrainte Carbone plus lourde dans la zone euro, l’Usipa s’inquiète pour les exportations des amidonniers français, qui représentent 75 % du chiffre d’affaires du secteur.

Les dix sites industriels des groupes ADM, Cargill, Roquette et Tereos, établis en France, sont en concurrence avec des pays qui bénéficient d’avantages concurrentiels importants du fait de matières premières abondantes et d’une énergie moins chère, de politiques publiques de soutien à la production, d’une fiscalité et d’une réglementation avantageuse, souvent renforcée par la parité des monnaies », a souligné l’Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés (Usipa), à l’occasion de la tenue de la première édition de l’Amidon en fête, le 27 novembre à Paris et en région. Ainsi, la disparition progressive en France du soutien à la cogénération à haut rendement (taxation à l’autoconsommation, fin des régimes de rachats à tarif préférentiel…) représente un facteur de concurrence déloyale.

« Au Danemark, c’est plus de 40 % de l’énergie qui est produite à l’aide de cogénérateurs à haut rendement, grâce à l’introduction d’un régime favorable », déplore Thomas Gauthier, délégué général de l’Usipa.

Lourd surcoût de la sortie du Royaume-Uni de l’UE

« Le surcoût d’un Hard Brexit serait de 211 M€ à l’amidonnerie européenne, simplement en remettant les droits de douane entre l’UE et le Royaume-Uni au niveau OMC pays tiers, explique Thomas Gauthier. La profession souligne donc la nécessité d’un accord de sortie, avec une période transitoire de deux ans au minimum, qui permettra la préparation des entreprises. » Plus globalement, d’autres accords de libre-échanges restent sous surveillance, comme ceux avec les pays du Mercosur, l’Indonésie et l’Australie-Nouvelle-Zélande.

L’industrie amidonnière française (3,2 Mt/an d’amidon produit, 6 Mt/an de blé, maïs, pomme de terre et pois transformés) exporte 75 % de sa production en valeur (3 Md€ de chiffre d’affaires en 2017), avec 71 % des expéditions vers l’UE hors Royaume-Uni (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Italie…), 8 % vers le Royaume-Uni (soit 25 % des imports du pays en produits amylacés), et 21 % hors de l’UE (États-Unis, Suisse, Norvège, Japon, Russie…). « Leader européen mais quatrième à l’échelle mondiale, l’amidonnerie française doit supporter la concurrence de la Chine (27-28 Mt/an d’amidon produit), des États-Unis (24 Mt) et du Brésil (4,5 Mt) », précise Yves Bélégaud, président de l’Usipa.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Bourse aux grains de Sète : un peu plus de 300 personnes sont attendues, les 16 et 17 septembre à La Canopée
La Bourse aux grains de Sète est de retour en 2021, après avoir été annulée en 2020 pour cause de Covid-19. Entretien avec…
Un marché mondial des protéines végétales à 162 Md$ en 2030
Une nouvelle étude estime que le marché mondial des protéines végétales sera multiplié par plus de cinq entre 2020 et 2030.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne