Aller au contenu principal

Bourse de Sète : participation dynamique, marchés des grains moroses dans le Sud-Ouest

Des opérateurs français et du sud de l’Europe ont pu échanger sur l’actualité des marchés lors de la Bourse aux grains de Sète, organisée par l’association Cobesud.

Des participants à la Bourse aux grains de Sète, le 17 mai 2024 au Môle.
© Blandine Pavageau

La Bourse aux grains de Sète, qui s’est déroulée le 16 mai au soir et le 17 mai dans la journée, a accueilli environ 400 participants en cette édition 2024. « Il s’agit d’un chiffre à peu près stable par rapport à l’an dernier, et correspond à notre rythme de croisière », se réjouit le tout nouveau président de l’association Cobesud, qui organise ladite Bourse, Rémi Pujol, également gérant du cabinet de courtage Cévennes courtage, basé à Sommières (Gard). Si les organisateurs se félicitent de la participation à l’évènement, ils s’inquiètent de l’état des marchés des grains dans le Sud-Ouest de l’Hexagone.

Lire aussi : "Céréales - « Les opérateurs reviennent vers les courtiers », déclare Xavier Durand Viel, président de la FFSCM"

Un peu plus en détail, « 320 à 350 participants se sont retrouvés dans la soirée, qui s’est tenue (comme l’an dernier) au restaurant de plage La Canopée. Le lendemain, 350 à 400 personnes étaient présentes sur le Môle de Sète. (…) Nous sommes satisfaits du niveau de participation, sachant, qu’encore une fois, il y avait beaucoup d’étrangers : Espagnols, Italiens, Allemands, Belges, Hongrois. Et ce alors que nous nous intercalons entre la Bourse de Barcelone et la Bourse de Milan », détaille le président de la Bourse aux grains de Sète.

« Il y avait beaucoup d’étrangers présents à la Bourse de Sète : Espagnols, Italiens, Allemands, Belges, Hongrois », précise Rémi Pujol, nouveau président de la Bourse aux grains de Sète.

Baisse attendue des surfaces de soja dans le Sud-Ouest

L’évènement était bien entendu l’occasion pour les opérateurs de discuter de l’actualité des marchés des grains. Et de ce côté, l’ambiance était beaucoup moins joviale : « la forte volatilité des prix des marchés des céréales n’aide pas à y voir claire », témoigne Rémi Pujol. Ajoutons à cela une météo particulièrement capricieuse en France en 2024, incluant le Sud-Ouest. « Les pluies incessantes ont dégradé les parcelles. Et les semis des cultures d’été sont perturbés. Nous devrions connaître une baisse des assolements de soja, une stabilisation de ceux de maïs et de tournesol, et une hausse de ceux de sorgho dans notre secteur », alerte-t-il. Si la sole de soja est attendue en baisse, « c’est parce que les agriculteurs ont été découragés par les mauvais rendements ces dernières années ».

Autre source de préoccupation : la situation du marché espagnol. « La récolte devrait être bien meilleure que l’an dernier. Ainsi, les besoins en céréales françaises devraient être moindres entre 2023-2024 et 2024-2025. Ensuite, la concurrence d’Europe de l’Est reste très forte sur le port de Tarragone », signale Rémi Pujol. 

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Céréales : quels sont les principaux désaccords entre analystes privés et l'USDA au sujet des bilans mondiaux ?

Le rapport de l'USDA du 12 juin s'est avéré plutôt baissier pour les prix mondiaux du blé et du maïs.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne