Aller au contenu principal

L’acacia, l’arbre « à abattre » ?

Le robinier faux-acacia est au cœur de nombreux débats. Entre conservateurs de la nature, forestiers, apiculteurs et divergences de point de vue entre les États membres de l’UE, il est absent de la liste européenne d’espèces exotiques envahissantes mais il est dans de nombreuses listes régionales… Faisons le point !

Le robinier possède de nombreuses caractéristiques semblables aux espèces exotiques envahissantes. En effet, il a une large amplitude écologique, une croissance rapide, une stratégie de multiplication végétative dynamique ainsi que peu de prédateurs ou pathogènes. Cependant, au niveau réglementaire, le robinier n’est pas considéré comme une espèce exotique envahissante. Ce fait s’explique par un manque d’informations quant au réel impact de cette espèce sur l’environnement et la biodiversité locale. En effet, les études scientifiques montrent parfois des résultats contradictoires aussi bien en ce qui concerne l’homogénéisation de certaines formations forestières ou la richesse et/ou l’abondance des espèces de sous-bois comparées entre peuplements de robiniers et peuplements forestiers indigènes.

Un fort intérêt économique

Le robinier est, avec le teck, l’une des rares essences catégorisée en bois de classe 4 (bois imputrescible) en étant à l’état brut et sans aucun traitement chimique. C’est d’ailleurs le seul bois européen classifié ainsi ce qui en fait un concurrent direct des bois exotiques : un sérieux atout dans un contexte de changement climatique. Il a donc un fort intérêt économique dans divers domaines comme l’apiculture et la sylviculture, faisant de lui une essence très importante pour certains pays européens. Il est également utilisé pour le contrôle de l’érosion des sols, l’amélioration et la récupération de sites perturbés. Il a aussi un intérêt en arboriculture ornementale, et ses feuilles peuvent servir de fourrages pour les animaux.

Seulement 1 % de la surface forestière française

Il faut également tenir compte qu’en quatre siècles, et en dépit de plantations massives dans beaucoup de milieux, le robinier n’occupe à l’heure actuelle que 1 % de la surface forestière française. D’ailleurs, les peuplements de robinier actuels, sont majoritairement issus d’anciennes plantations vieilles de plusieurs décennies, et non pas d’une propagation involontaire comme on pourrait parfois le croire. Au même titre, il faut savoir qu’un peuplement mixte n’est pas forcément un peuplement envahi par le robinier. En effet, il peut aussi s’agir d’un ancien boisement de robinier dans lequel les espèces indigènes se sont réinstallées.

Compte tenu de la forte sensibilité du robinier au manque de lumière ou encore de son incapacité à lutter contre la concurrence d’autres espèces lorsque le milieu ne lui est pas favorable, le chêne ou d’autres essences locales peuvent se réintroduire petit à petit dans le milieu jusqu’à reprendre parfois le dessus après plusieurs décennies.

Existe-t-il une solution intermédiaire pour la gestion du robinier ?

Des chercheurs suggèrent de mener une gestion autorisant la plantation du robinier dans des zones où il ne serait pas une menace mais interdisant cette plantation dans les zones sensibles. D’après le centre de ressources des espèces exotiques envahissantes, cette approche permettrait de définir « où et quand » éliminer le robinier ou au contraire, planter et valoriser le robinier, ses fleurs et son bois. Cela limiterait les actions de gestion coûteuses, difficiles, et parfois contreproductives et inutiles tout en préservant à la fois l’environnement et les activités économiques liées à cette espèce.

Définition

Les espèces exotiques envahissantes sont des espèces introduites par l’homme, volontairement ou involontairement, sur un territoire hors de leur aire de répartition naturelle. Pour être considérées ainsi, ces espèces doivent pouvoir se reproduire et se développer sur ce territoire et avoir des impacts négatifs sur les écosystèmes, les habitats naturels ou les espèces locales.

Précautions à prendre pour limiter la propagation du robinier

Un article publié en 2019 dans la revue Sylva Belgica, donne des indications quant aux règles à respecter pour éviter la propagation du robinier dans des zones non désirées.

- Laisser une distance de 250 mètres entre la plantation de robinier et un milieu ouvert à haute valeur biologique comme les landes, les pelouses sèches et les affleurements rocheux. Idéalement, les plantations doivent être effectuées en cœur de massif et mélangées avec d’autres essences. Par mesure de précaution il est souhaitable de limiter les peuplements purs à de petites surfaces de +/- 0,5 hectare.

- Éviter des mises en lumière brutales, et donc les mises à blanc sur de grandes surfaces, ainsi que le travail du sol dans son voisinage.

- La gestion sylvicole la plus adaptée en périphérie d’un peuplement de robinier est la futaie irrégulière et mélangée qui assure un couvert continu apte à contenir sa dynamique de développement.

- En cas de sylviculture classique avec coupe rase dans les peuplements voisins, il est nécessaire de garder une sécurité constituée d’une bande boisée de 20 m.

 

 
Les facteurs de risques et les facteurs modérateurs dans la propagation du robinier faux-acacia
Les facteurs de risques et les facteurs modérateurs dans la propagation du robinier faux-acacia © ADAPIC

Côté biblio

Cano, 2013, Le Robinier en Picardie, essence d’avenir ou peste végétale ?

Jourez, 1998, Le robinier ou faux-acacia

Vitkova & Krumm, 2016, De la plante introduite à la plante envahissante

Dutarte 2017, Centre de ressources des espèces exotiques envahissantes

Les plus lus

Un cérificateur solaire pour récupérer la cire des vieux cadres

Le cérificateur solaire permet de récupérer la cire des cadres mais peut aussi servir à faire fondre la cire d’opercule.

Grâce au dynamisme croissant autour de l’agriculture biologique, paysanne et de la production locale, la culture de sarrasin reprend du terrain !
Le sarrasin reprend du terrain

Le sarrasin, Fagopyrum esculentum, appartient à la famille des polygonacées, comme sa cousine l’oseille. Fausse céréale mais…

Marquer ses cadres : un travail fastidieux mais nécessaire pour organiser la traçabilité sur son élevage.
Garantir la qualité de cire sur l'exploitation
Pour s'assurer de la qualité de cet intrant technique, certaines exploitations ont mis en place de nouvelles pratiques pour…
Carte de France de la production de miel : la région Occitanie passe de la deuxième à la quatrième région de production de miel
Production de miel en 2023 par région, ...
2023 : une bonne saison de production au nord, une énième saison compliquée au sud

La production nationale de miel en 2023 est estimée entre 30 400 tonnes et 37 400 tonnes, soit 10 % de plus que l’année 2022…

Schéma global du dispositif, selon si l’agriculteur est assuré ou non
Assurance récolte : ce qui change pour l’apiculture

Dans un contexte de changement climatique, les outils de gestion du risque climatique pour l’agriculture évoluent : la réforme…

Le laminoir chez Apiculture Remuaux permet de laminer la cire en feuille par passage entre deux cylindres.
Faire appel à un prestataire pour transformer sa cire

Rencontre avec deux professionnels qui proposent des prestations de transformation de cire.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 50€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Apiculture
Consultez la revue Réussir Apiculture au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière apiculture