Aller au contenu principal

Eau et assainissement
Une eau qui coule à bon marché

l’Auvergne affiche toujours, malgré une récente hausse, le prix de l’eau le plus bas de France.

Une eau  tombe en abondance en Auvergne, mais cette richesse annoncée comme l'enjeu du 21e siècle doit savoir être préservée.
Une eau tombe en abondance en Auvergne, mais cette richesse annoncée comme l'enjeu du 21e siècle doit savoir être préservée.
© journal L'Union du Cantal
Le Massif central, “château d’eau de la France” est une affirmation, un brin erronée(1). Mais elle se double d’une constante : une eau peu onéreuse au regard des prix enregistrés en France. La dernière enquête du Service central des enquêtes et études statistiques (SCEES) du ministère de l’Agriculture, réalisé en lien avec l’Institut français de l’environnement en 2004 et publiée en 2007, atteste que l’Auvergne propose toujours le prix de l’eau le plus bas en France et ce, malgré l’augmentation de 11 % enregistrée entre 2001 et 2004 (une des quatre plus fortes hausses régionales). Le prix d’un m3 d’eau est ainsi facturé en moyenne 2,39 e au consommateur auvergnat contre 3,02 e en moyenne en France.L’assainissement fait chuter la facture
Une situation que l’Auvergne doit avant tout au moindre coût de l’assainissement de son eau potable. Dans cette moyenne régionale, le Cantal se démarque davantage encore avec  un prix TTC de l’eau, dans les communes avec assainissement collectif, enregistré à 2,16 euros le m3, mais avec 17 % de progression depuis 2001. Pour autant, la facture d’eau par abonné n’est pas la moins chère de France : à 151 e par personne en moyenne (en 2004), elle place l’Auvergne au quatrième rang des régions les moins chères, après la Franche-Comté, le Nord-Pas-de-Calais et le Limousin.
Cette facture d’eau domestique correspond à deux services rendus par les collectivités en charge de l’organisation du service d’eau : celui de l’eau potable et celui de l’assainissement collectif.  Sachant que c’est sur ce volet assainissement que l’écart de prix entre régions est le plus marqué. Pour une facture type établie à 120 m3, les Auvergnats paient ainsi 42 euros d’abonnement, soit deux fois et demi moins cher que les abonnés de Corse ou de Provence-Alpes-Côte d’Azur. S’ajoutent ensuite 38 e de redevance pollution collectée par l’Agence de l’eau. La part variable, proportionnelle à la consommation, représente, elle, 72 % de la facture dans la région (deux points de plus que sur le territoire national). L’usager auvergnat, contrairement à son homologue français moyen, paie plus cher la mise à disposition de l’eau potable (1,31 euros) que le service d’assainissement (1,08 euros).

L’Auvergne, gourmande en eau
Contrairement à ce que pourrait laisser penser sa caractéristique rurale, l’Auvergne se place au sixième rang des régions de métropole les plus gourmandes en eau. Une forte consommation encore plus effective dans le Cantal : avec
217 litres quotidiens d’eau par habitant, il se situe au neuvième rang des départements gros consommateurs, derrière les régions méditerranéennes où tourisme, arrosage et piscines constituent des facteurs multiplicateurs de la consommation. Un contexte qui n’explique pas la forte consommation cantalienne à chercher, au contraire, selon le SCEES, du côté du caractère rural du département et du mode de facturation en vigueur. En effet, en Auvergne, les deux tiers des bovins sont alimentés à partir de l’eau du réseau (contre 50 % seulement en moyenne en France). De plus, la totalité de l’eau utilisée dans le Cantal est facturée au tarif domestique, aucun professionnel ne disposant de tarification spéciale, d’où une majoration de la consommation moyenne par
habitant.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.
 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière