Aller au contenu principal

Un plan régional pour toutes les filières, dont 6 millions d'euros aux bovins viande

Investir, améliorer l'appui technique, mieux communiquer... Voilà des actions que soutient la Région, essentiellement auprès des éleveurs, mais aussi de l'abattage et la mise en marché.

Signature officielle à 1 300 m d'altitude, en présence de nombreux conseillers régionaux, du Draaf, des syndicats agricoles, d'éleveurs (dont ceux engagés dans la démarche locale AVP qui engraissent des génisses croisées (comme celle présente sur la photo).
Signature officielle à 1 300 m d'altitude, en présence de nombreux conseillers régionaux, du Draaf, des syndicats agricoles, d'éleveurs (dont ceux engagés dans la démarche locale AVP qui engraissent des génisses croisées (comme celle présente sur la photo).
© R. S.-A.

En soutien à son agriculture, la Région Auvergne-Rhône-Alpes apporte 17 millions d'euros sur l'ensemble des filières, pour la période 2023-2027. Aux côtés des châtaignes ou du maraîchage, la partie animale est - de loin - celle qui bénéficie de la plus grosse part. Pour la seule partie bovins allaitants, 6 MEUR de crédits sont réservés. C'est dans des terres d'estives du Cantal, que le vice-président en charge des Affaires agricoles, Fabrice Pannekoucke, est venu signer ce plan de soutien, le 31 août.

Le cadre
Rendez-vous était pris au Gaec du Chaussedier, chez Pierre et Luc Mathieu au Vaulmier(1). Exploitation de 65 mères sur 108 hectares - 65 % à plus de 1 300 m tout à l'herbe, sans culture - qui produit de la salers label rouge, des génisses pour Carrefour via la démarche locale AVP (Association la viande au pays), des boeufs pour sa ferme auberge au buron et, depuis peu, s'est aussi lancée dans l'apiculture. Un cadre idyllique qui fait réagir Fabrice Pannekoucke : "Voilà la réalité de notre agriculture, loin des conneries qui circulent sur les réseaux sociaux, alimentées par des associations comme L214 et les préjugés de la Cour des comptes."
Des propos appréciés par François Garrivier, éleveur dans la Loire, président du Comité de filière Aura, qui s'insurge également contre ces points de vue mais se félicite, au contraire, de la reconduction d'un plan de soutien auquel il était directement associé : "Dans la continuité du précédent, s'y ajoutent des éléments pour répondre à de nouvelles attentes." (voir par ailleurs). Les éleveurs Bruno Dufayet et Victorien Leybros, ainsi que le responsable du magasin Carrefour de Mauriac, Anthony Corbeau, ont présenté la démarche AVP, en place depuis 20 ans, qui répond exactement aux espoirs portés par la Région : engraissement, abattage local, circuits courts et rémunération contractuelle (révisée deux fois par an), prenant en compte le coût de production et la rémunération de l'éleveur.

Le bon exemple
"C'est le principe d'Egalim qui permet de bâtir des projets", convient le président de la Chambre d'agriculture, Patrick Escure. "Un contrat ne rend pas le métier plus facile, mais s'avère indispensable pour donner de la lisibilité", confirme Fabrice Pannekoucke. "Des sujets qui nous animent également", certifie le directeur régional de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt (Draaf), également présent.    

(1) Les enfants de Chantal et d'Alain Mathieu, ancien président de la FDSEA et membre actif de la FNB, à une époque où Patrick Escure, actuel président de la Chambre d'agriculture, présidait le CDJA du Cantal.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière