Aller au contenu principal

Irrigants
Un nouveau projet pour l’irrigation en Limagne Nord

Mardi 8 février, la Chambre d’agriculture, l’Adira* et le Syndicat des irrigants individuels ont convié tous les irrigants individuels du bassin versant de la Morge pour leur faire part d’un projet structurant pour leur secteur.

Les irrigants individuels à la recherche de solutions pour sécuriser la ressource.
Les irrigants individuels à la recherche de solutions pour sécuriser la ressource.
© H.N.

Si 2021 fait office d’exception, les années chaudes et sèches se répètent de plus en plus fréquemment et la tendance va clairement en ce sens.

Un constat sans appel

Le bassin versant de la Morge s’est souvent trouvé en situation très difficile notamment en 2019, comme les autres bassins versants mais plus tôt que les autres. Très tôt, il a fallu se restreindre et organiser des tours d’eau. Le constat du manque d’eau sur ces petits émissaires est sans appel. Le nouvel arrêté cadre sècheresse revoie le découpage des bassins versants, révise les seuils et ne permettra plus de s’organiser pour gérer la campagne d’irrigation. Une simulation de la situation en 2019 avec le nouvel arrêté cadre montre que sur ce secteur, les jours de restriction voire d’arrêt total auraient été bien plus nombreux.

Quelle solution pour ce secteur ?

Face à cet état de fait, la profession a travaillé à la recherche de solutions. Règlementairement, on peut transférer les prélèvements sur ces petits cours d’eau en situation fragile par des prélèvements sur l’Allier qui, elle, est réalimentée par le barrage de Naussac. Aussi, il est proposé aux irrigants de travailler tous ensemble sur un projet structurant pour le nord du département afin d’assurer le maintien de l’irrigation.
Tous les exploitants devront adhérer à ce projet fédérateur, il en va de la réussite globale. La participation financière sera elle aussi mutualisée.

Et concrètement

Il s’agirait de pomper l’eau en basse pression sur l’Allier puis de l’acheminer vers des surpresseurs afin de la redistribuer aux irrigants. Ces derniers pourront s’organiser pour réduire les coûts d’installation en partageant par exemple l’utilisation des surpresseurs.
Les exploitants présents ont validé la proposition tout en sachant que c’est à chacun maintenant de réfléchir aux possibilités localement, de s’organiser avec ses voisins, en fonction des infrastructures déjà présentes. Face à l’inévitable question du coût que cela peut représenter, les responsables répondent que les sècheresses à répétition ont un coût bien pire. De plus, des aides régionales devraient participer au financement. Les participants s’accordent à dire qu’il ne faut pas se mettre de frein car l’irrigation est la seule assurance récolte à sauver. Elle seule permettra de diversifier les cultures et d’installer de nouveaux exploitants. Sécuriser la ressource permettra également de mieux s’équiper avec des rampes, des pivots qui réduisent la consommation d’eau. La profession est force de propositions. Avant l’été, les structures reviendront vers les agriculteurs pour estimer les cubages, prendre le pouls de l’avancée des réflexions locales.
« Tout est à construire ensemble. Seule la volonté commune pourra faire avancer. N’attendons pas que l’eau arrive toute seule aux coins de nos parcelles ! » a conclu Baptiste Arnaud, Président du syndicat des irrigants individuels.

*Association de développement de l’irrigation en région Auvergne.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière