Aller au contenu principal

Trier ses bio-déchets, une obligation en 2024

Depuis le 1er janvier 2024, le tri des bio-déchets est obligatoire pour les particuliers comme les professionnels. Les collectivités ont obligation de mettre en place des solutions de tri pour les particuliers, solutions dont le déploiement est en cours et s'étalera sur plusieurs mois.

© Freepik

Votée en 2020, la loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire dite loi AGEC, prévoit l'obligation de tri des bio-déchets au 1er janvier 2024. Par bio-déchets, il faut entendre les déchets alimentaires (qui représentent de 25 à 30 % de notre poubelle) et les déchets verts. Par cette mesure, l'État entend réduire le bilan carbone du secteur déchets, l'objectif affiché étant de réduire de 15 % les déchets ménagers et de 5% les déchets des activités économiques d'ici 2030.
Actuellement, les seuls déchets alimentaires représentent près de 80kg par personne et par an, soit 5,4 millions de tonnes. Avec l'évolution des modes de vie et de consommation, la quantité de déchets générés par les ménages a doublé en 40 ans. En outre, les bio-déchets étant composés de 60% à 80% d'eau, leur incinération constitue une grosse perte d'énergie. L'enfouissement, qui génère du méthane au pouvoir réchauffant plus de 25 fois supérieur au Co2, n'est pas plus satisfaisant.
Un traitement indépendant de ces déchets permettrait de produire de l'énergie renouvelable sous la forme de biogaz qui pourrait être injecté dans le réseau de gaz ou encore servir à la production de biométhane, de chaleur ou d'électricité. Ils pourraient également être utilisés dans la production d'engrais organiques.
Pour relever ce défi, les collectivités sont donc appelées à fournir aux usagers des solutions de tri des bio-déchets. Elles peuvent soit mettre en place une collecte séparée ou encore mettre à disposition des ménages des composteurs de quartier/immeuble ou des composteurs individuels ainsi que des points de collecte. Ces solutions sont déjà en cours de mise en oeuvre depuis plusieurs années et se poursuivront dans les mois à venir. Ainsi, à la fin 2023, un tiers des français (environ 20 millions) bénéficiaient d'une solution de tri. L'objectif à atteindre à la fin 2024 est de 27 millions soit 40% de la population.
En Creuse et en Corrèze, la démarche est initiée depuis longtemps. Depuis 2009 des composteurs individuels sont disponibles à l'achat en Creuse et depuis 2011 des composteurs collectifs sont progressivement mis en place. Aujourd'hui, on en dénombre 77 dans le département.
En Corrèze, l'agglomération de Brive a lancé une collecte des biodéchets à domicile dès 2016 et met désormais en place des bornes de collecte. La collecte en porte-à-porte se déploie également à Malemort et à Saint-Pantaléon-de-Larche. Pour les communes plus rurales, le compostage individuel est de mise. Des points d'apport volontaires existent également sur près de 70 communes de Haute-Corrèze. Partout des aides à l'acquisition de composteur individuel voire des formations pour l'acquisition gratuite de composteurs sont mises en place.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière