Aller au contenu principal

Trente-trois écoles du Cantal sur une liste noire

Demain, les écoles seront occupées et une manifestation est prévue.

Les parents d’élèves de Saint-Christophe-les-Gorges, très inquiets sachant leur école menacée. Elle fait partie d’une liste de 33 établissements “en situation de fragilité”, dont disposent les syndicats.
Les parents d’élèves de Saint-Christophe-les-Gorges, très inquiets sachant leur école menacée. Elle fait partie d’une liste de 33 établissements “en situation de fragilité”, dont disposent les syndicats.
© RSA

“Ici, école à sauver” ; “SOS école” ; “un poste en moins, école menacée”... Partout dans les territoires du Cantal fleurissent des banderoles avec l’objectif de sensibiliser l’opinion à la crainte de voir disparaître tôt ou tard les écoles communales. Ce jeudi 14 avril, de nombreuses écoles seront fermées, occupées par du personnel gréviste le matin. L’après-midi, un rassemblement départemental est annoncé à Aurillac. Selon les syndicats d’enseignants, 33 écoles sont sur la sellette. C’est parmi ces “écoles en situation de fragilité” que seront retirés les 15 postes d’enseignants que le département doit “rendre” à l’administration. À en croire la FSU, les cinq écoles à classe unique sont les premières visées. Quel que soit leur effectif (de neuf à 16 élèves). “Les écoles rurales seront les plus touchées”, résume Émeric Burnouf pour l’intersyndicale FSU, CGT et Sud.

Polminhac, Saint-Christophe, et les autres...

 

Alors les écoles se battent. Les enseignants, les parents d’élèves et les élus. C’est le cas, par exemple à Polminhac (canton de Vic-sur-Cère) : une première manifestation le 4 mars, une rencontre avec l’inspecteur de l’Éducation nationale (sans succès), le 31 mars ; une lettre des parents d’élèves adressée à l’inspecteur d’académie le 3 avril ; le maire alerte à son tour l’inspecteur le 5 avril ; le 6 avril, occupation des locaux par les parents ; le 7 avril, blocage des accès à l’école... Depuis, barrage filtrant sur la RN 122 et participation, demain jeudi, à la manifestation départementale. Autre exemple dans le canton de Pleaux. L’école à deux classes de Saint-Christophe-les-Gorges, qui accueille aussi les enfants des communes de Saint-Martin-Cantalès et Loupiac, est menacée. Les parents ont tenu une réunion lundi soir, avant une rencontre avec l’inspecteur de l’Éducation nationale chargé de ce secteur, en présence des élus, le lendemain. Ils sont très inquiets. Pour le temps de trajet si leurs enfants devaient être scolarisés à Pleaux ; pour la qualité de l’enseignement si le taux d’encadrement est moins bon ; pour la vie du village aussi...

 

Solidaires

 

“Non seulement nous perdrions nos deux instituteurs, mais aussi deux emplois avec l’Atsem et la cantinière. Et le commerce qui livre quotidiennement la cantine serait lui aussi fragilisé”, argumentent les quatre parents délégués. “Je ne sais pas si je resterais ici”, avoue une mère de famille qui avait fait le choix de s’installer à Saint-Christophe, précisément pour profiter d’un service éducatif de proximité. “C’est une des seules choses qui reste. Et là, on accélère la désertification”, avoue un enseignant en retraite, solidaire. Les enfants aussi sont inquiets. Sans aucune consigne, ils ont spontanément réalisé des panneaux. L’un représente une école barrée d’une croix et un enfant qui pleure.

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière