Aller au contenu principal

Travail : faire concilier les attentes des salariés et des employeurs

La FNSEA a organisé, le 15 février, une journée de réflexion à Paris sur le thème de la « Politique de l’emploi en agriculture ». Au-delà des aspects sociaux, juridiques et techniques, il a été question d’attractivité du métier et de concilier les intérêts des employeurs et des salariés.

La FNSEA a organisé, le 15 février, une journée de réflexion à Paris sur le thème de la « Politique de l’emploi en agriculture ». Au-delà des aspects sociaux, juridiques et techniques, il a été question d’attractivité du métier et de concilier les intérêts des employeurs et des salariés.
La FNSEA a organisé, le 15 février, une journée de réflexion à Paris sur le thème de la « Politique de l’emploi en agriculture ». Au-delà des aspects sociaux, juridiques et techniques, il a été question d’attractivité du métier et de concilier les intérêts des employeurs et des salariés.
© JC Gutner

Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA en charge de l’emploi a bien résumé l’état d’esprit qui a gouverné cette journée d’échanges et de débats sur l’emploi et la formation : « À nous, chefs d’exploitation, de séduire et de prouver que nous sommes en capacité de faire venir des bras, des compétences et de l’intelligence dans nos fermes ». Car il faut assurer « la viabilité, la vivabilité et la visibilité de notre travail », a renchéri, par vidéo interposée, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.

Moins regardants
L’enjeu est d’importance, car à l’image de nombreux autres secteurs d’activité, l’agriculture peine aujourd’hui à recruter. « Il existe une réelle perte de centralité du travail », a indiqué Fabienne Gomant, directrice générale adjointe du pôle Opinion à l’institut de sondage Ifop. En une trentaine d’années, le travail n’est plus devenu l’un des critères fondamentaux d’épanouissement personnel et/ou collectif. S’il était « très important » pour réussir sa vie dans les années 1990 pour 60 % des sondés, ces derniers n’étaient plus que 21 % à le penser en 2022. Ils sont 48 % à considérer qu’ils ne gagnent pas grand-chose à travailler (35 % « équilibré » et 17 % « plutôt gagnant ») contre 25 % il y a trente ans. La motivation au travail tend également à s’amenuiser et les rôles sont maintenant inversés : « C’est au travail de s’adapter à soi et non à soi de s’adapter au travail », a déclaré Fabienne Gomant. Cependant « démotivation ne veut pas dire désimplication dans le travail », a précisé Romain Bendavid, directeur de l’expertise d’Ifop. Cette implication est d’ailleurs un critère primordial pour les employeurs qui la réclament majoritairement (65 % des sondés) auprès des personnes en CDI. L’exigence se traduit aussi sur le sens de l’initiative et de l’autonomie (46 %) et sur la maîtrise technique. « Mais devant la difficulté à recruter, les chefs d’exploitation sont moins regardants », a expliqué Romain Bendavid. Ils étaient 51 % en 2008. Il faut cependant tenter de concilier « l’attente de souplesse demandée par les jeunes » et « l’attitude de rigueur, voire de rigidité » exprimée par de nombreux employeurs qui deviennent parfois exigeants, a nuancé Fabienne Gomant.

Des bras et des têtes
Il n’en reste pas moins que les attentes des salariés ont changé en moins d’une génération. En 2008, 62 % des Français voulait gagner plus d’argent et 38 % seulement avoir plus de temps libre. Quatorze ans plus tard, les chiffres sont presque inversés. S’ils ont le choix, 61 % des Français préfèrent gagner moins d’argent et avoir plus de temps libre. Ils sont 39 % à vouloir gagner plus. Ils souhaitent aussi plus de bien-être au travail, c’est-à-dire avoir un bon équilibre entre vie professionnelle et personnelle (38 % en tête des demandes) mais aussi avoir le sentiment de faire un travail utile (22 %, deuxième demande). Ils sont aussi en quête de reconnaissance dans leur travail et regrettent le peu d’évolution professionnelle offertes dans leur entreprise (51 %). Les employeurs de main d’œuvre que sont les chefs d’exploitation doivent intégrer ces nouvelles contraintes. En un mot, il leur faut optimiser leur recrutement étant entendu que le coût de la main d’œuvre en France, tous secteurs confondus, est l’un des plus élevés en Europe. « Il est 8,8 € de l’heure supérieur à la moyenne européenne », a expliqué Antoine Foucher, président de Quintet Conseil. Ce coût atteint en moyenne 37,9 €/h en augmentation de 3,3 €/h sur les cinq dernières années. Seuls la Belgique (41,6 €/h) et les Pays-Bas (38,3 €/h) dépassent la France. « On est surtout le cinquième pays le plus cher sur les bas-salaires », a remarqué Antoine Foucher qui a précisé : « Même si on supprimait toutes les charges patronales restantes, nous serions toujours plus chers que les pays de l’Europe du Sud, Espagne, Italie et Portugal ». Ce coût du travail pèse naturellement sur la compétitivité de la Ferme France. Ce qui suppose, selon le président de Quintet Conseil de changer de modèle pour « avoir des bras et des têtes pour nos assiettes », selon l’expression du sociologue François Purseigle. Il reste maintenant à déterminer lequel.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière