Aller au contenu principal

Écotaxe
Suspension sur tout le territoire

Depuis quelques semaines déjà la tension est montée du côté des opposants à l'écotaxe. Jean-Marc Ayrault a annoncé sa suspension le 29 octobre. Les réactions ne se sont pas faites attendre.

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault entouré de Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, et de Guillaume Garot, minsitre délégué à l'agroalimentaire.
Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault entouré de Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, et de Guillaume Garot, minsitre délégué à l'agroalimentaire.
© Actuagri

Au-delà des agriculteurs, l'écotaxe suscite beaucoup de rejet dans un climat national où la pression fiscale est désapprouvée par la population. Devant le perron de Matignon, le 29 octobre, c'est la majorité de la presse française qui s'était réunie pour l'occasion. C'est donc après plus d'une heure trente de réunion avec les élus bretons et les ministres concernés (dont Guillaume Garot et Stéphane Le Foll) que le Premier ministre a annoncé la suspension de l'écotaxe sur tout le territoire. « Suspension mais pas suppression », a-t-il nuancé. Pour mettre en oeuvre cette taxe poids lourds, Jean-Marc Ayrault souhaite « un dialogue sincère aux niveaux national et régional ». « Ce dialogue aura pour objectif d'améliorer les dispositions propres à la filière agricole et agroalimentaire », a-t-il explicité. Aucune précision n'a été apportée quant à la durée de la suspension de cette écotaxe mais le Premier ministre a spécifié que la taxe poids lourds doit « être corrigée » car elle reste « utile aux financements des infrastructures de transports, routières ou ferroviaires ». « L'impératif, c'est de dis-cu-ter », a martelé Guillaume Garot, le ministre délégué à l'Agroalimentaire en écho aux propos du Premier ministre. Stéphane Le Foll, qui n'était pas prompt à répondre aux médias à la sortie de la réunion, a tout de même ajouté qu' « un geste avait été fait ». Désormais, c'est à « chacun de prendre ses responsabilités ». Pour lui, cette décision « doit permettre de débloquer la situation », mais celle-ci engendrera « un coût de 800 millions d'euros ». À noter que les élus UMP n'étaient pas présents à la réunion. Seuls les députés socialistes, écologistes ainsi qu'un député de l'UDI avaient fait le déplacement.
Bretagne
À propos de la situation économique et notamment des licenciements dans les abattoirs Doux et Gad, Jean-Marc Ayrault a tenu à rappeler que « l'écotaxe n'est pas la cause de l'agroalimentaire et de sa crise », car elle n'est pas encore entrée en vigueur. Le Premier ministre en appelle désormais à tous les responsables politiques, économiques et sociaux à venir discuter de l'écotaxe mais aussi du plan Bretagne, de plan agroalimentaire et du pacte d'avenir. Les préfets de région et les ministres concernés seront mobilisés « dès demain ». Pour la ministre bretonne de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, cette suspension est un « geste extrêmement courageux ». Les manifestations du week-end du 25 et 26 octobre ont échauffé les esprits et les « bonnets rouges », finistériens - en référence à la révolution antifiscale du XVIIe siècle - ont fait beaucoup parler d'eux dans la presse. « La confrontation doit céder la place au dialogue, et je le dis dans l'intérêt de la Bretagne et du pays tout entier », a répondu Jean-Marc Ayrault. Mais il ne semble pas qu'il ait été entendu car les fameux bonnets rouges ont annoncé sur leur compte Twitter que la manifestation à Quimper prévue le 2 novembre sera maintenue. De son côté, la FNSEA s'engage à participer au dialogue proposé par le Premier ministre mais « refuse et refusera toujours une application qui fragilise l'agriculture et l'agroalimentaire et pénalise les territoires ruraux ». Le syndicat majoritaire n'est pas « contre le principe mais contre l'application de l'écotaxe telle qu'elle était définie jusqu'à présent ».

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière