Aller au contenu principal

Suppression du TO/DE, la réforme qui ne passe pas

Rencontre et démonstration chez Nathalie Binda, productrice de tomates à Andiran (47).
Rencontre et démonstration chez Nathalie Binda, productrice de tomates à Andiran (47).
© P. Dumont

Une disposition du projet de loi de finances prévoit la suppression, au 1er janvier 2019, de l’exonération des charges sociales sur les travailleurs saisonniers, le TO/DE1. Son abandon, qui pourrait être fatal à de nombreuses productions de la région, inquiète la FNSEA Nouvelle-Aquitaine. Philippe Moinard, président de la FNSEA NA, Arnaud Tachon, président de la commission régionale emploi-formation et Jacques Chapolard, président de la FDSEA du Lot-et-Garonne, département très impacté par la mesure, ont estimé les pertes potentielles.

Depuis plusieurs mois, la FNSEA s’oppose à l’abandon du TO/DE. Que permet ce dispositif à l’heure actuelle ?
Arnaud Tachon : Pour un saisonnier embauché en CDD, à temps plein et au SMIC, le TO/DE offre une réduction de charges sociales de 33 %. De plus, cet allégement peut être cumulé avec d’autres mesures de CICE2 qui est aussi amené à disparaître à la fin de l’année. De manière indirecte, il a aussi permis d’éradiquer le travail au noir. Il est très utilisé, particulièrement en production maraîchère, arboriculture, viticulture mais pas uniquement.

Quelles seraient les conséquences de l’abandon du TO/DE ?
AT : Avec la remise à plat des dispositifs envisagée par l’État, la perte serait de l’ordre de 189 euros mensuels par saisonnier employé. C’est une perte de compétitivité pour l’agriculture qui souffre déjà d’un coût du travail bien supérieur en France par rapport à d’autres pays d’Europe. Nous avons besoin d’un dispositif spécifique pour les saisonniers agricoles pour maintenir l’emploi et gommer les distorsions de concurrence qui existent entre les pays européens sur le coût de la main d’œuvre. Sans ça, il n’y aura plus de production locale.
Philippe Moinard : La perte serait énorme pour notre région qui rassemble 20 % des emplois liés à la production agricole en France. Elle pourrait s’élever à 34 millions d’euros pour la Nouvelle-Aquitaine. À 189 euros par mois et par saisonnier, l’addition grimpe vite... Ce qui est en jeu, c’est l’emploi sur les territoires et le développement des productions à forte valeur ajoutée. La production bio mais aussi celle sous signes officiels de qualité nécessitent beaucoup de main d’œuvre. Elles seront donc particulièrement touchées. Augmenter les charges, c’est remettre en cause l’avenir de nombreuses productions alors que, dans le même temps, on nous promet une meilleure répartition de la valeur ajoutée grâce à la Loi Alimentation. C’est complètement illogique !

À l’échelle d’un département, le Lot-et-Garonne, à combien estimez-vous les pertes ?
Jacques Chapolard : Sur notre département, les 3/4 des exploitants pourraient être touchés. Il s’agit principalement des producteurs de fruits et légumes mais aussi de maïs semence par exemple. La perte engendrée par l’abandon du dispositif TO/DE serait de 4 millions d’euros. Sans cet allégement de charges, les emplois saisonniers seront moins nombreux. 25 000 emplois seraient menacés. Comment les compenser ? La mécanisation ne réglera pas tout. Il faut aussi se demander ce que vont faire les personnes qui ne seront plus employées. La France a déjà perdu 40 % de sa production de fraises au profit de l’Allemagne. Même si les exploitations tentent de s’adapter, on ne peut continuer ainsi, ce n’est pas tenable. Nous voulons bien payer nos salariés mais il faut que les salaires soient équivalents en Europe.

1. TO/DE : travailleur occasionnel/demandeur d’emploi [retour]

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière