Aller au contenu principal

Sécheresse : la majorité de la Creuse en alerte

Le territoire creusois est désormais géré en fonction des bassins versants.

3 bassins versants sur 5 sont passés en alerte le 13 juin.
3 bassins versants sur 5 sont passés en alerte le 13 juin.
© HC

Madame Anne Frackowiak-Jacobs, préfète de la Creuse, a présidé le comité « ressources en eau » le mercredi 7 juin 2023. Réunis pour la quatrième fois de l’année, les membres du comité ont échangé sur la situation hydrologique du département et sur les nouvelles procédures de gestion de la sécheresse issues des directives nationales mises en place pour mieux anticiper les difficultés liées au manque de ressources en eau.

Le nord du département sévèrement impacté
Le déficit pluviométrique du mois de mai (-13 %) qui a suivi la tendance d’avril (-33 %) a bien mis en évidence que tout le territoire n’était pas logé à la même enseigne.
Ainsi, la partie nord du département, en particulier un grand quart nord-ouest, est sévèrement impactée avec un déficit cumulé par rapport à la normale atteignant les 30 %, alors que le sud, le sud-est notamment, bénéficie d’excédents pluviométriques.
C’est notamment l’examen de ces contrastes, observables aussi sur les débits des cours d’eau, les niveaux des eaux souterraines et l’état de la sécheresse des sols qui conduit dorénavant à gérer la sécheresse non plus à l’échelle départementale mais dorénavant dans une logique de bassin versant qui suit la logique de la circulation des cours d’eau.

Un nouveau cadre départemental pour mieux gérer les ressources en eau
La Creuse se divise en cinq bassins versants : Creuse amont, Creuse aval, Cher, Vienne et Dordogne. La situation des bassins de la Vienne et de la Dordogne sera examinée dorénavant dans un cadre interdépartemental, avec les départements limitrophes concernés par les limites territoriales des bassins en question.
L’ensemble des indicateurs a été présenté et analysé par le comité ressources en eau. Ainsi, au regard de la baisse du niveau des cours d’eau qui s’observe en l’absence de pluies significatives, de la fragilité des ressources souterraines, de la faible marge de sécurisation observée en matière d’alimentation en eau potable notamment sur la communauté d’agglomération du Grand Guéret, la Préfète de la Creuse a décidé, en concertation avec les membres du comité, de passer à compter du 13 juin 2023 les bassins versants de la Creuse amont, Creuse aval et du Cher en alerte imposant des restrictions. Les bassins de la Vienne et de la Dordogne sont maintenus à ce stade en vigilance, en cohérence avec les orientations prises à l’échelle de ces bassins.

Des mesures préfectorales adaptées à la réalité des bassins versants
Madame la Préfète rappelle qu’un suivi permanent est opéré par les services de l’État pour l’ensemble des indicateurs de façon à adapter le niveau de restrictions au plus près de la situation de chaque bassin versant. Elle rappelle à cette occasion toute l’importance de la remontée des bilans hebdomadaires de production et de consommation d’eau potable en provenance des unités de gestion de l’eau.
Les épisodes orageux récemment vécus et qui devraient perdurer quelques jours ne doivent pas faire penser que les ressources sont suffisantes, et démobiliser les initiatives de chacun à faire preuve au quotidien de civisme et de sobriété vis à vis des usages personnels, collectifs et professionnels de la ressource eau qui fait aujourd’hui l’objet d’un enjeu prioritaire national, notamment au travers du Plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau, annoncée par le Président de la République le 30 mars dernier. Il s’agit qu’au delà des restrictions que la situation impose de mettre en place, de mettre aussi en oeuvre des solutions pour adopter une utilisation plus sobre et rationnelle de l’eau.

Conséquences du passage en alerte
Pour les agriculteurs, il n’y a pas de restriction à l’irrigation des cultures par système localisé (goutte à goutte). Il n’y a pas de restriction non plus pour l’abreuvement des animaux, mais il est conseillé de trouver des solutions alternatives.
En ICPE, les opérations exceptionnelles consommatrices d’eau et génératrices d’eaux polluées sont reportées (exemple d’opération de nettoyage grande eau) sauf impératif sanitaire ou lié à la sécurité publique.
L’irrigation des cultures par aspersion est interdite entre 8 h et 20 h.
Pour les particuliers, l’arrosage des jardins potagers, des espaces arborés, pelouses et massifs fleuris est interdit de 8 h à 20 h.
Le remplissage des piscines (de plus de 1 m³) est interdit sauf remise à niveau. Il existe des dérogations selon la date de début de chantier.
Le lavage des véhicules est interdit en dehors des stations de lavages équipées en matériel haute-pression ou avec un système de recyclage de l’eau.
Le nettoyage des façades, toitures, trottoirs est interdit sauf si réalisé par une collectivité ou une entreprise professionnelle.

RESTRICTIONS À L’USAGE DE L’EAU DANS LES ZONES D’ALERTE

Usages Restrictions en Alerte
Arrosage des jardins potagers Interdit entre 8h et 20h.
Arrosage des espaces arborés,pelouses, massifs fleuris Interdit entre 8h et 20h
Jardineries (activité professionnelle commerciale) Interdit de 13h à 20h.
Remplissage et vidange de piscines non collectives (de plus de 1m3) Remplissage interdit sauf remise à niveau et 1er remplissage si le chantier avait débuté avant la prise du 1er arrêté de vigilance le 9 mars 2023
Remplissage et vidange des piscines à usage collectif 1 Pas de restriction
Alimentation en eau potable des populations Pas de limitation sauf arrêté municipal spécifique
Lavage de véhicules Interdit en dehors des stations de lavage équipées avec du matériel haute pression ou avec un système de recyclage de l’eau
Nettoyage des façades, toitures, trottoirs et autres surfaces imperméabilisées Interdit sauf si réalisé par une collectivité ou une entreprise de
nettoyage professionnel
Alimentation des fontaines publiques et privées en circuit ouvert Interdit sauf impossibilité technique
Arrosage des terrains de sport Interdit entre 8h et 20h
Arrosage des golfs Interdit entre 8h et 20h
Exploitation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) Les opérations exceptionnelles consommatrices d’eau et génératrices d’eaux polluées sont reportées (exemple d’opération de nettoyage grande eau) sauf impératif sanitaire ou lié à la sécurité publique.
Irrigation par aspersion des cultures Interdit entre 8h et 20h
Irrigation des cultures par système d’irrigation localisée Pas de restriction
Abreuvement des animaux Pas de restriction à l’abreuvement direct ou indirect à partir d’un cours d’eau, des eaux souterraines ou du réseau d’eau potable, mais il est conseillé de trouver une solution alternative à ces ressources.
Remplissage / vidange des plans d’eaux Remplissages interdits.
Vidanges totales interdites hors vidange partielle avec abaissement lent effectuée par un pisciculteur professionnel pour une pêche au filet.
Obligation stricte de restitution à l’aval au minimum du débit entrant.
Travaux en cours d’eau Limitation au maximum des risques de perturbation des milieux aquatiques
Autres prélèvements dans le milieu naturel (cours d’eau) Interdit
Systèmes d’assainissement (réseau et station d’épuration) Surveillance accrue du bon fonctionnement des ouvrages d'assainissement (station d'épuration et ouvrages sur réseau) – au moins 2 fois par semaine.
Interdiction de réaliser des travaux particuliers de nature à détériorer la nature du rejet (nettoyage, modification des ouvrages…) sauf accord du service de police de l'eau.
Tout constat de dysfonctionnement devra être immédiatement signalé au service de police de l'eau.
Pêches scientifiques Pas de restriction
1. Piscines à usage collectif (usage défini à l’article D. 1332-1 du code de la santé publique) : piscines publiques et privées, ouvertes à tous ou à un groupe défini de personnes et qui ne sont pas destinées à être utilisées dans un cadre familial, par le propriétaire ou locataire, sa famille et les personnes qu'il invite, et dont l'eau du bassin n'est pas vidangée entre chaque baigneur. Les piscines à usage collectif font l’objet d’une déclaration auprès de l’ARS via la mairie.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière