Aller au contenu principal

« Sans bras, notre souveraineté alimentaire est menacée »

Alors que la main d’œuvre fait cruellement défaut mettant en péril la pérennité de certaines filières, le comité d’orientation de la production agricole et des territoires pour l’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes a présenté, vendredi dernier, à l’ensemble de ses partenaires un plan de bataille ambitieux.

De gauche à droite : Christine Besnard Collin, Pascal Servier et Jean-Claude Darlet, représentant des Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes.
De gauche à droite : Christine Besnard Collin, Pascal Servier et Jean-Claude Darlet, représentant des Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes.
© © SC

C’est un éleveur de volailles qui fait appel régulièrement à des salariés pour charger ses poulets, et qui depuis des mois ne trouvent plus assez d’attrapeurs pour remplir la mission, malgré la constitution d’un groupement d’employeurs. Ce sont des arboriculteurs, qui faute de bras suffisants pour cueillir leurs fruits, vont assister, impuissants, au pourrissement d’une partie de leur récolte sur l’arbre. Ce sont des contrats de castration de maïs qui ne pourront pas se concrétiser par manque de jeunes et de moins jeunes pour réaliser ces opérations… C’est un recrutement pour des postes en maraîchage envoyé à 2 000 candidats qui se soldent par seulement

34 candidatures dont seulement

7 iront au bout. Nous pourrions noircir des cahiers entiers de ces exemples qui se multiplient aux quatre coins de notre pays, n’épargnant aucun secteur… Le monde agricole assiste à la fuite de ses bras, de ses cerveaux, depuis quelques années déjà. La crise du Covid semble avoir amplifier le phénomène qu’ont tenté de décrypter les acteurs du secteur réunis depuis 2019 autour du comité d’orientation de la production agricole et des territoires pour l’emploi en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette structure qui s’appuie sur une représentation paritaire entre employeurs et salariés (Commission paritaire régionale de l’emploi : CPRE) et associe la Région, l’État, la direction régionale de l’emploi, la Draaf à travers le service formation et développement, s’est depuis un an mis en ordre de marche pour coconstruire un projet clair et efficace pour stopper l’hémorragie (voir par ailleurs).

Gagner en lisibilité

« Jusqu’à présent, il ne se faisait pas rien autour de l’emploi en agriculture. Mais force est de constater, que malgré la multiplicité des dispositifs, le résultat est très décevant », résume Pascal Servier, éleveur laitier dans le Puy-de-Dôme et représentant des employeurs au sein de la CPRE. Cette dispersion a motivé l’écriture d’un projet collectif autour de l’emploi et de la formation. « Nous avons besoin de gagner en efficience afin d’offrir plus de lisibilités aux employeurs, au public cible et aux partenaires », explique Didier Moguelet, président du syndicat CFTC agriculture de la région et nouvellement élu à la tête de la CPRE. Et il y a urgence à actionner des leviers efficaces en jouant groupé, sous peine d’hypothéquer la souveraineté alimentaire de notre pays, comme le rappelle Léa Lauzier, jeune agricultrice installée dans la Drôme où elle produit des plantes aromatiques et médicinales, présidente de Terres d’Aura, organisme de formation. « Il faut à la fois agir sur l’installation et sur le salariat en offrant des perspectives aux jeunes, qu’ils puissent s’insérer dans leur territoire, bénéficier d’écoles, de services publics, de logement… et d’un univers socioculturel à leur portée géographiquement ». La question de la pénibilité de certains travaux et de la rémunération est aussi à prendre en compte selon elle au même titre d’ailleurs que l’image que véhicule l’agriculture.

Communiquer positivement

« L’idéalisation du métier se heurte souvent à la réalité. Mais ce qui reste le plus dommageable c’est la vision catastrophique porté régulièrement par le monde agricole. Ses plaintes récurrentes ne sont pas de nature à susciter les vocations. Sachons dire qu’il y a matière à s’épanouir au sein de l’agriculture même s’il existe des difficultés. Quel métier n’en a pas ! », suggère Christine Besnard Collin, ex salariée agricole, membre du collège salarié au sein de la CPRE. Mais encore une fois, tout est question d’équilibre… Consciente que c’est grâce à des chemins multiples et des publics variés que l’emploi agricole retrouvera ses lettres de noblesse, Emilie Faucher, salariée du service de remplacement du Puy-de-Dôme estime qu’il est une valeur essentielle sur laquelle on ne communique pas suffisamment : l’accueil. « Sur toutes les fermes où j’interviens, la journée démarre par un café, un échange bref certes mais, la somme de ces petites attentions nous fait nous sentir un peu comme un membre de la famille ». La jeune femme passionnée par le travail auprès des animaux, sait aussi que grâce à son intervention, elle va offrir un peu de répit à des exploitants qui en ont souvent bien besoin. Henri Jouve, président de la MSA Ardèche-Drôme-Loire confirme que ces moments de respiration sont de plus en plus demandés par les chefs d’exploitation… mais faute de main d’œuvre, ils ne peuvent pas toujours être assouvis. « On a même du mal à remplacer tous les congés maternité et paternité », témoigne l’élu, qui s’inquiète aussi des dégâts psychologiques que peuvent avoir sur les exploitants, la non-récolte de leur production. « Cela contribue aussi au mal-être, c’est certain ». Et du côté de la formation, n’y aurait-il pas des cartes à jouer. Chez les employeurs, par une sensibilisation accrue à la gestion des ressources humaines, pan assez délaissé jusqu’à présent dans le parcours scolaire classique. Chez les salariés, par la promotion des valeurs et des perspectives de carrière qu’offre le secteur. « Aujourd’hui, les jeunes zappent. Il faut arriver à capter leur attention », constate Nathalie Prudon-Desgouttes, cheffe du service régional de la formation et du développement à la DRAAF Aura.

 


 

Promotion, formation, sécurisation : trois piliers pour avancer

Pour attirer, former, fidéliser des profils pour sécuriser l’économie agricole de demain, le projet porté par le Copat a identifié des axes de travaux clairs. D’abord sur la forme, le projet se veut collectif et paritaire, « ce qui garantit un recentrage des financements pour une action plus forte et une meilleure synergie entre les acteurs », estime Didier Moguelet. Enfin sur le fond, trois thématiques majeures vont être travaillées durant trois ans : la promotion des formations et des métiers ; la formation comme outil central pour capter et pérenniser l’engagement des nouveaux entrants dans les professions ; et enfin la sécurisation des parcours et la structuration des pratiques dans l’accueil d’un public saisonnier. « Ces orientations opérationnelles sont complétées par des enjeux transversaux : l’implication des professionnels et la coordination des acteurs », résume Pascal Servier.

SC

 

 

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière