Aller au contenu principal

Manifestation
Revaloriser le prix du lait au plus vite pour pérenniser la filière laitière

Le 4 août, la section laitière de la FDSEA de Haute-Loire et le groupe lait JA organisaient une action syndicale devant la compagnie des fromages Richesmonts à Brioude.

Une centaine de producteurs se sont mobilisés devant l'usine de la compagnie des fromages RichesMonts.
© HLP

Jeudi 4 août au matin et jusqu'en milieu d'après-midi, une centaine de producteurs de lait excédés par des prix du lait jugés insuffisants, a bloqué l'accès de l'usine de la compagnie des fromages Richesmonts (CF&R) à Brioude, un site à la fois exploité par la coopérative Sodiaal et le groupe Savencia.

Barrage devant l'usine

Devant l'entrée principale de l'usine, des monticules de pneus usagers et de terres empêchaient d'entrer et de sortir. Les camions de collecte de lait sont restés à l'arrêt. Une manière pour les producteurs de manifester leur colère et de tenter de se faire entendre par les entreprises qui achètent leur lait. "Nous sommes là pour dénoncer un prix du lait français qui est beaucoup trop bas par rapport aux autres pays européens ; il y a presque 100€/1000L d'écart avec certains d'entre eux... Nous dénonçons également les pratiques de construction du prix du lait par la coopérative Sodiaal qui, depuis juillet, s'affranchit totalement de la loi Egalim 2. Elle n'utilise plus les indicateurs de coût de production qui avaient été choisis en interprofession, ce qui crée des écarts de prix entre entreprises. Ainsi le lait d'un producteur Savencia est payé 450€ les 1000L contre 403€ chez Sodiaal en juillet ; des écarts de prix qui impactent les chiffres d'affaires de nos exploitations !" indique Éric Richard président de la section laitière FDSEA. "Sodiaal avait une formule de prix qui reprenait en partie les coûts de production et à ce titre elle respectait en partie la loi Egalim 2. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui" ajoute Julien Duplomb responsable du groupe lait aux JA. Et que ce soit "en lait conventionnel comme en lait bio, le compte n'y est pas !" signalaient les manifestants au moyen de pancartes très explicites !

Les conséquences de ce prix du lait bien trop bas sont d'autant plus lourdes dans cette période d'explosion des charges et de sécheresse persistante. "Sur 1 an nous avons subi une augmentation de 47% de nos charges alors que le prix du lait a augmenté de 15 à 20%. De plus, les agriculteurs subissent une sécheresse terrible qui risque de conduire à une décapitalisation importante dans nos fermes " expliquent les deux responsables.

La filière laitière est en danger

"On sait que lors des dernières négociations commerciales avec la grande distribution, des hausses de prix ont été passées par Sodiaal sur tous les produits transformés vendus en centrale d'achat (à hauteur de +15% environ). Or les prix du lait annoncés pour août et septembre ne tiennent pas compte de ces hausses de prix..." note Éric Richard. L'insuffisance de ces prix du lait pèse sur les exploitations et sur la filière. "Ces prix amplifient le phénomène général de l'inflation et pour les jeunes c'est très difficile de porter un projet d'installation dans ces conditions. Mais à long terme, c'est toute la filière laitière qui risque de disparaître et tout l'emploi qu'elle induit. à Brioude, cette usine emploie près de 300 personnes. C'est pourquoi, on espère que des euros redescendront très rapidement sur les exploitations. Si ce n'est pas le cas, cela risque d'être catastrophique pour la filière laitière" signalent-ils.

Sollicitée par ses producteurs depuis des mois, la coopérative Sodiaal explique que sa décision est consécutive à l'augmentation exponentielle des charges et à leur difficulté à les répercuter sur la grande distribution.

En fin de matinée, une délégation de producteurs a été reçue par des responsables de l'usine ; une occasion pour les responsables FDSEA et JA de réclamer une revalorisation rapide (une augmentation de l'ordre de 20 € par 1000 litres sur le 3ème trimestre) du prix du lait.

Cette mobilisation syndicale s'inscrivait dans une mobilisation plus large puisque d'autres actions étaient conduites en même temps par des producteurs du Puy-de-Dôme et du Cantal sur d'autres sites.

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière