Aller au contenu principal

Remplacement : Adhérez au Service de Remplacement, une sécurité et une solution main d’oeuvre

Le président du Service de Remplacement de Haute-Loire rappelle les misisions et le fonctionnement de cette organisation essentielle pour les agriculteurs.

Frédéric Pélisse est président du Service de Remplacement de Haute-Loire.
Frédéric Pélisse est président du Service de Remplacement de Haute-Loire.
© HLP

Janvier est arrivé et avec lui, le temps de l’adhésion au Service de Remplacement que vous présidez. Pouvez-vous nous rappeler les missions du SR43 ?
Frédéric Pélisse, président du SR43 : Le Service est une association déployée sur la Haute-Loire pour venir en aide à toutes les exploitations adhérentes, pour toutes les productions. Nos 88 agents de remplacement interviennent pour tous les motifs (accident, maladie, décès, formation, congés, congés maternité et paternité, action de développement, complément de main-d’œuvre). Ils sont opérationnels rapidement, et sont autonomes sur de nombreuses tâches comme traite, conduite des engins agricoles, soins aux animaux, prises de responsabilités…).

Comment adhérer au service ?
F.P. : L’adhésion simple au service est au nom de l’exploitation. Elle coûtait en 2014, 52 €, et le conseil d’administration a décidé de ne pas augmenter ce tarif pour 2015.
L’adhésion est validée sur le début de l’année. Les exploitations qui sont déjà adhérentes vont recevoir (ou ont peut-être déjà reçu) leurs factures avec un bulletin d’adhésion à retourner complété et signé.
Les exploitants qui ne sont pas adhérents, peuvent appeler au bureau pour avoir les renseignements, ou demander que Andrée Coffy, la directrice, ou Jéremy Laurent, notre agent de développement, vienne sur leur exploitation pour donner toute explication de l’utilisation du service. Le bulletin d’adhésion est obligatoire, c’est un document qui juridiquement nous autorise à intervenir sur vos exploitations.

Pourquoi ne peut-on pas adhérer au service en milieu d’année ?
F.P. : Pour deux choses : la première, nous n’avons pas de bulletin d’adhésion antérieur à la demande de remplacement et il est interdit d’antidater ce bulletin et je vous disais que juridiquement nous en avons  besoin pour intervenir. La deuxième, c’est par respect des agriculteurs qui adhèrent depuis des années, il serait injuste voire incompréhensible, d’envoyer un agent en plein mois de juillet sur une exploitation qui vient d’adhérer depuis 2 jours, et dire non à un exploitant qui, lui, est adhérent depuis de nombreuses années.

Certains agriculteurs ont des aides sur les factures ? Est-ce vrai ?
F.P. : Oui, bien-sûr que c’est vrai. Il existe plusieurs aides, car nous avons des partenaires qui sont engagés avec nous pour améliorer les conditions de vie au sein des exploitations. Ainsi avec la MSA Auvergne, le Conseil Général, Groupama, le Ministère de l’Agriculture avec la Chambre d’Agriculture, les banques… les adhérents peuvent bénéficier d’avantages très intéressants.

Comment voyez-vous l’année 2015 ?
F.P. : Depuis des années, le Service de Remplacement a toute son importance sur le département de la Haute-Loire, Je souhaite, ainsi que le Conseil d’Administration, que le Service apporte un travail de qualité, que le Service soit un vrai partenaire pour nos exploitations. Le contexte est difficile et sûrement que l’année 2015 ne sera pas simple, mais il ne faut pas hésiter à appeler le Service pour avoir un conseil, une solution. L’équipe administrative est là pour répondre aux interrogations.
Nous savons que nos agriculteurs adhèrent au Service «au cas où», mais on peut aussi adhérer pour avoir  de vraies solutions. Exemple : sur les exploitations où il manque de la main d’œuvre, le service peut aider à embaucher un salarié spécifiquement pour l’exploitation en question, on peut également acheter des tickets de main-d’œuvre par avance, une réduction est faite sur le coût de journée et un prélèvement mois par mois est fait pour minimiser les sorties financières, le service peut être l’investigateur dans la mise en place d’un contrat d’apprentissage spécifiquement pour une exploitation.
Notre relation étroite avec le groupement d’employeurs AIDE AGRI 43, apporte une vraie solution pour le complément de main-d’œuvre (exemple : aide sur les ateliers de transformation avec des salariés formés en tant que fromagers, désosseurs, bouchers…).
Voilà, vous avez des soucis, des interrogations, des projets, de temps en temps il faut se poser et plutôt que d’investir dans un gros matériel, l’investissement dans la main d’œuvre peut apporter un autre confort, surtout qu’au Service, on s’occupe de tout. N’hésitez plus, appelez le 04 71 05 95 96.


Propos recueillis par A. Coffy

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière