Aller au contenu principal

Problème de main d’oeuvre, un service et des solutions au cas par cas

Le Pôle Emploi Agricole de Haute-Loire vient d’éditer une plaquette destinée à informer et sensibiliser les agriculteurs aux solutions pour leurs problématiques de main d’oeuvre. Pour avoir les réponses à vos questions sur l'embauche de salarié, une aide ponctuelle, l'emploi d'un apprenti… un seul service à votre écoute.

La main d’oeuvre a toujours été un poste majeur dans une exploitation agricole. Mais elle devient au fil des années une préoccupation qui prend de l’importance pour un bon équilibre dans l’organisation du travail. Nombreux sont les exploitants qui sont confrontés à une situation ponctuelle ou récurrente de charge de travail trop importante. Ils ont donc besoin de main d’oeuvre de façon occasionnelle ou permanente, et parfois urgemment. Les responsables professionnels du département ont, depuis plusieurs années déjà, appréhendé cette notion de travail, et de surcroît de travail, et proposent donc aujourd’hui tout un panel de solutions adaptées à chaque situation. Et c’est le Pôle Emploi Agricole de Haute-Loire, avec ses partenaires (Service de Remplacement de Haute-Loire, Aide Agri 43, FDSEA43, Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire) qui centralise tout ce qui a trait à l’emploi. Une équipe est là pour répondre à vos questions et vous exposer les solutions possibles.

Informer et accompagner

Le Pôle Emploi Agricole c’est d’abord un accompagnement personnalisé pour aider les agriculteurs à définir leurs besoins en main d’oeuvre et trouver avec eux une solution temporaire ou permanente qui leur correspond le mieux. Pour cela Pôle Emploi Agricole pourra faire appel au Service de Remplacement pour mettre à disposition de l’agriculteur un agent qui le remplacera en cas de coup dur ou d’absence, à Aide Agri 43 pour lui apporter un complément de main d’oeuvre ponctuel, ou à une formule en Groupement d’employeurs pour l’embauche d’un salarié à plusieurs, ou encore proposer à l’agriculteur d’employer directement un apprenti ou un salarié… Pour chaque cas, une solution optimisée en terme de présence sur l’exploitation, de coût, de pérennité… Une fois la solution envisagée, Pôle Emploi Agricole et SR43 ne s’arrêtent pas là. Ils réalisent les formalités d’embauche et de suivi du salarié ou de l’apprenti, assurent les formalités administratives (contrats de travail, fiches de paies, aides sociales, déclarations fiscales…). Pôle Emploi organise également des formations dans différents domaines comme la gestion du personnel, l’organisation des relations entre exploitant agricole et salarié ou apprenti… Pour résumer tous les volets de son action, le Pôle Emploi Agricole de Haute-Loire vient d’éditer une fiche récapitulative qui fait le tour de ses activités et précise ses coordonnées exactes. N’hésitez plus. Contactez le Pôle Emploi Agricole.

3 Questions à…

Informer et accompagner

 

Pourquoi avoir édité une plaquette sur le Pôle Emploi Agricole de Haute-Loire, et pourquoi maintenant ?

Frédéric Pélisse, président du Service de Remplacement (SR43) : Le message est de montrer que derrière une seule entité, les agriculteurs peuvent trouver une solution à leur problème de main d’oeuvre. Le Pôle Emploi Agricole travaille en partenariat avec la FDSEA43 qui représente les employeurs dans les instances paritaires, les JA43 à l’initiative du Service, et le SR43 et Aide Agri 43 qui sont des fournisseurs de main d’oeuvre.

Christian Gouy président de Pôle Emploi Agricole 43 : Alors que les questions de main d’oeuvre se posent de plus en plus sur les exploitations, on se doit d’informer nos adhérents et tous les agriculteurs sur tout ce qui a trait à l’emploi. Cette plaquette a pour objectif d’informer et d’orienter les exploitants sur le service qui pourra le mieux répondre à leurs questions sur cette problématique. Nous avons sorti cette brochure maintenant, parce que c’est la période pendant laquelle les apprentis cherchent des maîtres de stage. Nous avons donc beaucoup de questions dans ce domaine.

Est-ce à dire que les exploitants sont pas, peu ou mal informés sur ces questions relatives à la main d’oeuvre ?

C.G. : Souvent les agriculteurs connaissent les solutions pour palier leurs problèmes de main d’oeuvre, mais ils ne sont pas assez au fait des engagements que cela suppose, des contraintes et des démarches que cela implique… Et trop souvent cette méconnaissance est un frein à l’embauche. Le Pôle Emploi Agricole est là pour faire sauter ce frein, pour expliquer, analyser chaque cas, proposer la meilleure solution, et accompagner l’agriculteur dans sa démarche.

Peut-on aujourd’hui répondre à toutes les demandes des agriculteurs face à leurs besoins en main d’oeuvre ?

F.P. : Aujourd’hui, on a tous les outils pour répondre aux problématiques de main d’oeuvre sur les exploitations. Mais notre souci est du côté des salariés. Nous n’avons pas toujours de candidats au salariat en agriculture.

C.G. : Le Pôle Emploi Agricole a aussi pour objectif de communiquer largement sur l’agriculture et ses métiers, et notamment auprès des demandeurs d’emploi. L’agriculture recrute et nous communiquons sur ce message, mais notre rôle de «recruteur» s’arrête là…

Alors quel est le message principal que vous souhaitez faire passer au travers de la diffusion de cette plaquette ?

C.G. : Deux messages. Tout d’abord, on ne peut pas se plaindre d’avoir trop de travail sur notre exploitation, et ne jamais réfléchir aux solutions qui s’offrent à nous. Et par ailleurs, avoir recours à de la main d’oeuvre est un investissement qui peut permettre d’améliorer ses résultats économiques, autant que l’achat de machines…

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière