Aller au contenu principal

Viande bovine
Pourquoi l'élevage n'est pas le problème mais la solution à bien des maux ?

Après une période marquée par des attaques répétées envers l’élevage y compris au niveau de l’Etat, Patrick Bénézit, président de la Fédération nationale bovine et vice-président de la FNSEA, appelle les pouvoirs publics à se ressaisir.

Patrick Bénézit est éleveur dans le Cantal. Il préside depuis cette année la Fédération nationale bovine.
Patrick Bénézit est éleveur dans le Cantal. Il préside depuis cette année la Fédération nationale bovine.
© SG

Depuis plus d’un an l’inflation est une réalité. En quoi est-ce dangereux de braquer les projecteurs quasiment exclusivement sur les produits alimentaires ?
Patrick Bénézit : Depuis plusieurs mois, le ministre de l’Economie en personne cible en effet les produits alimentaires alors qu’il pourrait s’attaquer à l’énergie, à des biens manufacturés dont les prix se sont envolés. Cette attitude est assez inacceptable puisque nous ne pouvons pas avoir un responsable politique censé faire respecter la loi Ega, qui par ailleurs laisse le champ libre à ceux qui veulent la contourner. Ne nous y trompons pas, si baisse de prix il y a, elle sera au détriment des producteurs et le consommateur continuera à payer plein pot alors que la grande distribution est loin d’être à l’agonie. Il nous semblait qu’avec la loi Ega, le respect des coûts de production était inscrit dans le marbre. Ce n’est à priori pas encore le cas, il faudra se remobiliser très vite et très fort sur le sujet. Les dérives actuelles sont extrêmement dangereuses pour les agriculteurs.


Les éleveurs vivent aussi l’inflation, sur l’alimentation animale, l’énergie…
P.B. : La manœuvre des pouvoirs publics est d’autant plus insidieuse qu’au moment même où ils plaident pour une baisse des prix alimentaires, ils s’attaquent à l’exonération des agriculteurs sur le GNR. Une charge supplémentaire estimée à 4 000 euros en moyenne par exploitation…Par ailleurs, nous venons de recevoir l’actualisation des coûts de production de la loi Ega : ils ne baissent pas, bien au contraire. En viande bovine, ils dépassent les 4 euros/kg pour les broutards et les 6 euros/kg pour les vaches, et c’est le cas pour l’ensemble des productions : lait, etc…
Au-delà des attaques sur la valeur de l’alimentation, le secteur de l’élevage est également mis sur la sellette par des institutions telles que la Cour des Comptes…

Comment analyser-vous ces prises de positions assez curieuses ?
P.B. : L’élevage est attaqué, mais pas par la société. Nos concitoyens respectent profondément les éleveurs. Certaines associations environnementales et anti-viande poursuivent leur lobbying mais pas plus que d’habitude. Ce qui est nouveau et très inquiétant, c’est que ces attaques émanent de nos gouvernants et de nos institutions. D’abord, Bruno Lemaire en ardent défenseur de la fausse viande de la société Happyvore, puis les recommandations de la Cour des Comptes d’une baisse de 30% du cheptel, ensuite l’ambition de la stratégie bas-carbone de l’Etat, qui aurait pu conduire à une baisse du cheptel, enfin la position de la France sur la directive émissions industrielles (IED) qui poursuit un objectif : faire entrer un maximum d’éleveurs en augmentant les seuils. Sur ce dossier stratégique, grâce à notre travail, le Parlement européen a voté pour le statu quo. Mais l’affaire n’est pas finie… Nous avons de quoi être en colère. Il faut que le ministre de l’Agriculture soit écouté au sein du Gouvernement. Vu le poids de l’élevage dans notre pays, nous devons être soutenus.


Qu’attendez-vous du Gouvernement ?
P.B. : Qu’il fasse respecter la loi Ega en actant les coûts de production, qu’il ne nous impose pas de charges supplémentaires, qu’il se batte pour empêcher l’entrée sur notre territoire de produits qui ne respectent pas notre règlementation (Australie, Amérique du Sud…) et qu’il défende enfin les aménités positives de notre élevage exceptionnellement moderne et unique au monde. L’élevage n’est pas le problème, il est la solution à bien des égards, pour assurer notre souveraineté alimentaire mais pas seulement. Les treize millions d’hectares de prairies stockent tous les ans des millions de tonnes de carbone. Grâce à l’effet albédo (fraction de l'énergie solaire qui est réfléchie par une surface vers l'espace), elles atténuent fortement le réchauffement climatique. Ensuite, la matière organique issue des déjections animales constitue un engrais naturel qui évite la fabrication d’engrais chimique, fortement générateur de CO². Sans élevage de nombreux territoires seraient voués à l’embroussaillement, à l’érosion, aux crues et aux incendies. Sans compter que l’humus est essentiel pour la structuration des sols qu’il rend plus fertile, plus riche en micro-organismes. Par ailleurs, la prairie filtre naturellement l’eau contribuant ainsi à améliorer sa qualité. Enfin, par leurs pratiques de polyculture-élevage, qui méritent d’être encouragées afin d’améliorer notre autonomie fourragère, les éleveurs s’inscrivent dans un cercle vertueux en recourant moins aux achats extérieurs. Là aussi, il y a une double réponse aux défis économiques et écologiques.

 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière