Aller au contenu principal

Haies
"Plantons des haies" dans le Puy-de-Dôme !

Le projet "Plantons des haies" se poursuit dans le Puy-de-Dôme grâce aux 55 agriculteurs engagés dans la démarche : 30 km de haies seront plantés entre 2022 et 2024.

 

 

Dans le Puy-de-Dôme, 30 km de haie seront plantés d'ici 2024 dans le cadre de "Plantons des haies".
Dans le Puy-de-Dôme, 30 km de haie seront plantés d'ici 2024 dans le cadre de "Plantons des haies".
© LD

Le mercredi 11 janvier dernier, 41 agriculteurs puydômois, engagés dans le projet « Plantons des haies », se rassemblaient au GAEC du Pré du Puy, à Cébazat, pour récupérer les plants qui serviront à créer 12 nouveaux kilomètres de haies dans les exploitations du département. Cette journée était l’occasion pour la Mission haies et la Chambre d’agriculture de faire le point sur l’avancement du projet dans le département et de rappeler ses enjeux à la fois agronomiques, environnementaux et sociétaux.

12 km de haies plantés cet hiver

"Plantons des haies" est un appel à projet national lancé dans le cadre du plan France Relance. Dôté d'une enveloppe de 50 millions d'euros au niveau national, cette mesure ambitionne de planter 7 000 kilomètres de haies entre 2022 et 2024 sur l'ensemble du territoire. Le but : lutter contre l’impact des aléas climatiques sur les cultures, améliorer le bien-être animal et créer des couloirs de biodiversité. La région AuRA, qui bénéficie d'une enveloppe de 2,9 millions d'euros, a investi 275 500 € pour l'implantations de haies dans le Puy-de-Dôme. Le projet, porté par la Mission haies, AuRA, la FD des Chasseurs 63 et la Chambre d’Agriculture 63, implique 55 agriculteurs depuis son lancement en 2021. « L’enveloppe initiale ayant été entièrement consommée, une rallonge de 600 000 € a été attribuée à la région en 2022 » précisent les représentants de la Chambre.
Lors de la première année, 13 km de haies ont été plantés dans le Puy-de-Dôme ; 12 km seront plantés cet hiver. Le département espère atteindre les 30 km de haies plantés d’ici 2024.

Répondre aux besoins des agriculteurs

Face aux aléas climatiques, "l'objectif de ce projet est avant tout de répondre aux besoins des agriculteurs" assure Pierre Bordage, responsable de l'antenne sud Auvergne de la Mission haies AuRA.
En effet, « la haie est un moyen de répondre à diverses problématiques agricoles et se conçoit en fonction des besoins et motivations du planteur » : limiter les vents violents ; réduire le phénomène d'érosion ; favoriser l'infiltration de l'eau dans le sol ; lutter contre la sécheresse ; améliorer le confort du bétail ; réduire l'utilisation de produits phytosanitaires ; limiter la volatilité des produits utilisés sur les cultures ; attirer des prédateurs naturels ou des pollinisateurs ; etc... à chaque haie sa fonction !
« En Limagne par exemple, une problématique récurrente est celle de l'érosion éolienne » constate Pierre Bordage, « implanter une haie brise-vent est un moyen de limiter les vents violents et de maintenir le sol en place ».

Pérenniser l’action

Une fois les problématiques de chaque agriculteur identifiées, les experts de Mission haies se rendent sur place afin de cibler les essences locales les plus adaptées à la typologie de terrain ainsi que leur emplacement idéal. « L’idée est que ces haies durent : il faut qu'elles soient bien placées afin d'éviter leur abandon » explique Pierre Bordage.
Après avoir formé les exploitants à la plantation et à l’entretien des haies, la Mission distribue les plants, issus d’une pépinière locale (Végétal local), aux agriculteurs. Ces derniers devront poursuivre la mission de leur côté mais pourront contacter la structure s’ils en ressentent le besoin. Pour toucher les subventions, ils devront, à terme, justifier de 85% de réussite.
« En moyenne, un mètre de haie coûte entre trois et quatre euros » estime Pierre Bordage. Une fois le Plan de relance terminé, la Chambre d’agriculture 63 et le FEADER prévoient de mettre en place un accompagnement financier pour les agriculteurs qui souhaiteront investir dans les haies, afin de poursuivre leur réimplantation dans le territoire.   

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière