Aller au contenu principal

Plan protéines
Plan protéines : Une stratégie nationale qui ratisse large

Julien Denormandie a présenté la stratégie nationale sur les protéines végétales, dotée de 100 M€ du plan
de relance sur deux ans, avec des moyens financiers orientés vers l’amont et l’aval de la filière, jusqu’au consommateur.

Protéines
Pour introduire des légumineuses fourragères, il faut jouer sur la diversité des espèces et des variétés.

Le plan protéines est pensé comme " une brique importante " à «l’édifice» pour gagner en souveraineté agroalimentaire, a déclaré le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, en conférence de presse le 1er décembre dernier. Aujourd’hui, la France affiche une dépendance vis-à-vis des importations de protéines végétales pour l’alimentation du bétail, d’environ 50 %. Une amélioration de la souveraineté protéique, de dix points, est recherchée en dix ans. Cela passe par un doublement des surfaces de plantes riches en protéines (soja, pois, légumes secs, luzerne, légumineuses fourragères, etc.) pour atteindre 8 % de la SAU en 2030. Couvrant actuellement environ
1 Mha, elles doivent augmenter de 40 % en trois ans, selon une charte sur laquelle se sont engagées les filières de grandes cultures. " On dit “réintroduire les légumineuses”, très bien, il faut aussi assurer et accroître les rendements, et leur régularité ", notamment en développant des solutions de protection, a souligné lors de la conférence de presse Cécile Détang-Dessendre, directrice scientifique adjointe à l’Inrae.
Jusque-là, " la faible taille des marchés n’a pas favorisé le développement par le privé ", a-t-elle remarqué. Des recherches doivent en parallèle être conduites sur des " rotations innovantes, peu consommatrices d’azote exogène ", selon elle.


Structuration des filières
Cinquante millions d’euros sont destinés à la structuration des filières légumineuses. L’un des freins identifiés dans la production légumineuse vient du manque d’organisation et d’investissements de la part de l’aval de la filière : manque de débouchés rémunérateurs, absence de silos pour stocker les récoltes…
Des soutiens financeront les outils de production, stockage et distribution. Cet effort portera sur les investissements dans les capacités de séchage des légumineuses fourragères (luzerne), les capacités logistiques et de transformation des graines riches en protéines et des aides à la structuration de filières, au travers de projets collectifs.
Le plan pourra aussi contribuer à financer l’acquisition de matériel servant au transport des bennes aux graines. Tout cela doit permettre de réduire la dépendance aux importations de matières riches en protéines, notamment le soja importé de pays tiers. " L’organisation des filières et la reconnexion, dans les territoires, des productions végétales et animales devraient favoriser le transfert entre prairies et terres arables " mais aussi " la production d’animaux nourris localement ", d’où une réduction de la dépendance au soja importé, a souligné Cécile Détang-Dessendre.
 

Investissements chez les agriculteurs
Vingt millions d’euros sont prévus pour améliorer l’autonomie alimentaire des élevages. L’enveloppe est répartie pour moitié en faveur de l’investissement matériel, l’autre dans l’achat de semences. Ce soutien, à hauteur de 40 % de l’acquisition de semences, doit permettre d’améliorer les prairies existantes. Au moins 100 000 hectares pourront ainsi être enrichis en espèces de légumineuses fourragères, d’après le ministère. L’herbe constitue " la principale source de protéines " des ruminants, a insisté Marc Pagès, directeur général d’Interbev (interprofession du bétail et des viandes). Pour introduire des légumineuses fourragères, il faut "jouer sur la diversité des espèces, des variétés ", les utiliser " pures ou associées ", a-t-il expliqué, en citant la luzerne, le trèfle violet. " Le développement des prairies et des fourrages à haute teneur en protéines est une priorité pour nos élevages de ruminants ", à ses yeux.
Le plan accompagne également les agriculteurs dans leurs investissements en matériel spécifique à la production de légumineuses à graine et fourragères et à leur valorisation à la ferme (récolte, tri, stockage, séchage, transformation de graines…).
Exemple, certaines fermes améliorent déjà leurs pratiques agricoles en utilisant un toaster. Cette machine grille les graines pour l’alimentation des bovins, ce qui les rend plus digestes et permet une meilleure assimilation des acides aminés constitutifs des protéines. Elle peut coûter jusqu’à plus de 120 000 € dans le cas des toasters mobiles, un investissement éligible aux aides du plan protéines.
Vingt millions d’euros visent des mesures de recherche, développement et innovation. Il s’agit d’assurer la compétitivité des légumineuses par rapport à d’autres productions. Plusieurs projets d’intérêt collectif sont en ligne de mire : compléter l’évaluation des variétés pour aider l’agriculteur à un choix optimal en fonction de son contexte ; mettre en place un réseau d’expérimentation " soja bio robuste " ; déployer plus de 300 fermes de démonstration sur l’autonomie fourragère en élevage de ruminants ; concevoir un observatoire sur les productions et usages de matières premières végétales riches en protéines.

Innovation dans les entreprises
Sept millions d’euros sont par ailleurs dédiés à l’innovation en matière d’obtention variétale et de développement de nouvelles formes de protéines. Concernant les entreprises de sélection, l’idée est de pallier leur désintérêt pour les légumineuses, lié à une faible demande. Elles bénéficieront d’un soutien à la recherche sur de nouvelles variétés de légumineuses. Le plan de relance accompagnera aussi l’innovation pour développer les protéines végétales et alternatives (insectes, microalgues…) dans l’alimentation animale au travers d’un partenariat avec BPI-france.
Toute start-up impliquée dans le développement de produits, de technologies ou de services innovants pourra bénéficier d’un accompagnement par la banque publique d’investissement. Des conseils personnalisés et de l’assistance réglementaire feront partie de l’aide fournie. De plus, le ministère de l’Agriculture va se munir d’une entité chargée de suivre ces entreprises.
Enfin, trois millions d’euros doivent assurer la promotion de la consommation de légumes secs (lentilles, pois chiche, etc...) dans l’alimentation humaine. Des conventions seront signées entre FranceAgriMer et les interprofessions pour mener des campagnes encourageant une plus grosse part de protéines végétales dans le régime alimentaire des Français, particulièrement des enfants, en ligne avec les recommandations du Programme national nutrition santé.
 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière