Aller au contenu principal

“Personne n’a voulu porter le dossier Acajou !”

Acajou des volcans a cessé toute activité et vient d’entamer une procédure de liquidation judiciaire. Un scénario qui aurait peut-être pu être évité, estime le président.

Jean-Marc Pouget reconnaît qu’il y a bien eu un défaut de gestion et un manque de cohésion au sein du conseil d’administration, tout en déplorant le manque de soutien des élus locaux.
Jean-Marc Pouget reconnaît qu’il y a bien eu un défaut de gestion et un manque de cohésion au sein du conseil d’administration, tout en déplorant le manque de soutien des élus locaux.
© APAP

“Où est-ce que je peux trouver de la viande salers maintenant ?” Les clients d’Acajou des volcans, spécialisée dans la viande 100 % salers, sont désemparés : ils appellent à la mairie de Riom-ès-Montagnes, passent à la boutique du champ de foire, et repartent bredouilles. Depuis un mois et demi, la coopérative a fermé ses portes. Elle a tout arrêté : les ventes en magasin, la préparation des produits dans son atelier de découpe, les livraisons sur Paris et dans le Sud, l’approvisionnement des restaurateurs du Puy-de-Dôme et du Cantal. Et maintenant ? “C’est cela qui me désole le plus : il n’y a rien de prévu suite à la liquidation judiciaire, s’emporte Jean-Marc Pouget, le président de la structure. On aurait pu rebondir, repartir avec une nouvelle équipe, mais là, plus on attend et moins on a de chances de remonter quelque chose !”

Difficultés financières

Le courrier au tribunal de grande instance d’Aurillac est parti­­ le 11 juin 2015, mais cela faisait des mois que l’éleveur tirait la sonnette d’alarme pour redresser la structure, en difficulté financière depuis 2013. “Fin 2013, on a changé de cabinet comptable et demandé un prévisionnel qui nous a donné la voie à suivre pour redresser la situation”, raconte l’éleveur. La solution préconisée ? Augmenter les volumes en passant de 88 tonnes à 110 tonnes de viande commercialisées par an pour améliorer la productivité de l’atelier, et se lancer dans la diversification(1) afin d’atteindre un chiffre d’affaires de un million d’euros, contre 650 000 euros actuellement. “Ce scénario, j’y croyais, mais on n’a pas réussi à se mettre d’accord au sein du conseil d’administration, poursuit-il. C’est vrai que nous sommes tous bénévoles, il fallait absorber le surplus d’activité, investir dans la mise aux normes de l’atelier…” Le président ne s’en cache pas : il a sa part de responsabilité dans ce fiasco. “La structure est peut-être devenue trop grosse pour nous, je n’ai pas su gérer, ni le personnel, ni le conseil d’administration… Et puis surtout, il nous manquait un directeur commercial compétent.”

Trop tard pour rebondir

En 2014, en déficit de 39 000 euros, la coopérative alerte les élus locaux. Pour financer une étude de restructuration et un poste de commercial, la coopérative dit avoir obtenu dès septembre 2014 une enveloppe du Parc des volcans d’Auvergne de 10 000 € et une aide de 2 000 € de la communauté de communes Sumène-Artense, tout en espérant logiquement une participation du pays Gentiane. En vain, selon elle. “Personne n’a voulu porter le dossier Acajou !, accuse Jean-Marc Pouget. Notre projet aurait été sur un autre territoire, il aurait été soutenu ! Il nous manquait 2 à 3 000 € pour nous aider à trouver un moyen de sauvegarder l’activité. On avait un fichier clients, un repreneur potentiel, la possibilité de monter une structure commerciale… Mais tout ça, il fallait le faire dès l’automne dernier !” Aujourd’hui, ce qui désespère le plus Jean-Marc Pouget quand ses clients viennent aux nouvelles ou quand il pense aux salariés et à la trentaine d’éleveurs “prêts à repartir si quelque chose se remontait”, c’est sans doute l’impression de n’avoir pas fait le maximum pour éviter un immense gâchis…

(1) Vente d’autres produits de terroir issus du territoire (viande de porc, miel, fromages de chèvre,…) avec une marge de 40 %, soit une recette de 60 000 euros.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière