Aller au contenu principal

Pas un secteur animal n’est épargné dans le département

En amont de la manifestation du 26 mars, les élus FDSEA témoignent des difficultés des éleveurs.

Chantal Cor (en haut à gauche), Marc Chabannier (en haut à droite), Christian Guy (en bas à gauche) et Joël Piganiol (en bas à droite).
Chantal Cor (en haut à gauche), Marc Chabannier (en haut à droite), Christian Guy (en bas à gauche) et Joël Piganiol (en bas à droite).
© P. O.
On a cru un temps que le repli de la production européenne dans un certain nombre de filières animales allait signer une embellie pour l’élevage, bovin notamment. C’était sans compter sur un retournement des marchés des matières premières, et notamment des céréales, et des méfaits, pour l’heure indirects dans le Cantal, d’un moucheron. Coincés entre une chape de charges et une volonté des pouvoirs publics de limiter la hausse du prix du panier de la ménagère, les éleveurs ne voient aujourd’hui guère d’issue à une crise amplifiée par une forme d’embargo italien sur l’export de broutards. Et si on a plus récemment entendu les éleveurs hors-sol alerter leur filière, l’opinion et l’État, pas un pan de l’élevage cantalien n’est aujourd’hui épargné.

“Beaucoup parlent d’arrêter”

Marc Chabannier, responsable de la section ovine à la FDSEA, est pessimiste : “Les moutonniers ont tiré la sonnette d’alarme dès 2006. Depuis, nous avons multiplié les actions, sans résultat. Seuls quelques éleveurs, déjà en difficulté et/ou jeunes agriculteurs, ont bénéficié d’une aide, mais cela ne changera pas grand-chose. C’est de plus en plus dur : nous rationnons l’aliment et gardons plus longtemps les agneaux. Même notre foin est de mauvaise qualité, compte tenu des conditions climatiques de l’été dernier”. Joël Piganiol, membre de la section bovins viande de la FDSEA, est lui très inquiet des conséquences de la décision italienne de conditionner l’import d’animaux à une vaccination contre la FCO : “Il y a un risque d’engorgement du marché quand les premiers broutards vaccinés vont sortir. D’habitude, mes veaux arrivent quand le marché est plutôt bon, ce ne sera pas le cas cette année”. Un marasme qui s’ajoute à des niveaux de charges inégalés : “Coût de l’aliment, du fuel, des engrais, tout cela pénalise nos trésoreries. C’est d’autant plus grave pour les exploitations qui ont investi et qui font déjà les frais de subventions ou de prêts bonifiés en retard ou pas honorés du tout”. Au-delà de cette crise, Joël Piganiol ne voit d’autre issue pour l’élevage que celle d’une évolution foncière de la Pac : “On fonde beaucoup d’espoirs sur le Livre blanc du Massif central. Sans un basculement des aides vers l’élevage, nous serons à l’aube de grosses difficultés”. 

“L’élevage doit pouvoir répercuter les hausses de charges”

Pour le représentant des producteurs de porcs à la FDSEA, Christian Guy, “c’est l’effet conjugué de l’inflation des charges d’alimentation et de la chute du prix du cadran qui étouffe l’élevage porcin du Massif”. Il explique que les éleveurs hors-sol de la région achètent l’essentiel de leurs aliments, dont les cours ont grimpé de près de 50 % depuis juillet 2007. “Nous perdons aujourd’hui 25 centimes d’euro par kilo vendu, chiffre-t-il. Il faudrait un cadran à 1,6 euro / kg pour équilibrer la production. Ce qui importe aujourd’hui, c’est de pouvoir répercuter la hausse de nos charges sur le prix de nos produits”, insiste-t-il. Le constat dressé par Chantal Cor, responsable de la section laitière, est aussi sombre. “Nous sommes frappés par la décision italienne sur le marché des petits veaux laitiers”, explique-t-elle. “Nous avions la chance d’avoir une filière spécifique de veaux croisés, destinés à l’engraissement en Italie, qui s’écroule avec des prix qui sont passés à moins de 150 euros le veau”, détaille-t-elle. Une tourmente qui affecte les éleveurs du Nord-Est cantalien mais aussi l’ensemble du marché du veau laitier. “Les délais imposés pour la vaccination conduisent à des veaux qui auront quatre mois à leur sortie !”. Et la remontée du prix du lait n’y changera pas grand-chose : “La hausse est mangée par la flambée des céréales et du fuel”. Et les producteurs laitiers risquent eux aussi d’être pénalisés par la mauvaise qualité des fourrages 2007. 

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière