Aller au contenu principal

Recherche
Lyon, capitale mondiale des sciences animales

Du 26 août au 1er septembre, la ville accueille plusieurs événements internationaux dédiés à la recherche animale.
L’intérêt scientifique pour le sujet ne semble pas affecté par les controverses sur l’élevage et la consommation de viande, au contraire.

à Lyon, du 26 août au 1er septembre, auront lieu : le 74e congrès 
de la Fédération européenne des sciences animales (EAAP), le congrès 
de l’association mondiale des sciences animales (WAAP) -qui se tient 
tous les cinq ans- et le congrès annuel d’Interbull.
à Lyon, du 26 août au 1er septembre, auront lieu : le 74e congrès 
de la Fédération européenne des sciences animales (EAAP), le congrès 
de l’association mondiale des sciences animales (WAAP) -qui se tient 
tous les cinq ans- et le congrès annuel d’Interbull.
© © DR

La ville de Lyon s’apprête à accueillir 2 200 scientifiques du monde entier venus débattre des progrès obtenus ces dernières années dans le domaine des sciences animales. Les congressistes participeront à plusieurs manifestations organisées conjointement dans la capitale des Gaules du 26 août au 1er septembre : le 74e congrès de la Fédération européenne des sciences animales (EAAP), le congrès de l’association mondiale des sciences animales (WAAP) -qui se tient tous les cinq ans- et le congrès annuel d’Interbull, association internationale dédiée au contrôle de performance des bovins.
« Le nombre de participants et d’interventions atteint cette année des niveaux records », observe Jean-François Hocquette, directeur de recherche à l’INRAE et président du comité de pilotage de ces congrès joints. L’événement, coorganisé par INRAE, l’association française de zootechnie (AFZ) et France Génétique Élevage accueillera à lui seul 1 800 participants uniquement pour l’EAAP contre 1 300 à 1 500 habituellement. Pas moins de 1 100 interventions orales sont attendues lors des différentes sessions quotidiennes dont le nombre (96) est également supérieur aux éditions précédentes. « Cela témoigne de l’intérêt persistant pour la question de l’élevage, notamment des défis qu’il va devoir relever », relève l’organisateur de la manifestation dont le thème choisi est « changement climatique, biodiversité et durabilité globale des systèmes de production animale ».
Le thème de la durabilité constituera en effet la trame de nombreuses présentations, toutes espèces confondues, de la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre des bovins à la consommation d’eau, en passant par l’utilisation des terres. Il sera par exemple question de « tolérance génomique aux conditions climatiques difficiles chez les bovins de boucherie » dans le cadre d'un programme de croisement, de l’adoption par les producteurs « de pratiques agricoles intelligentes sur les pâturages américains », de « l’atténuation de l'impact des conditions chaudes sur les truies en lactation par la distribution de repas ou d'aliments » ou encore « des effets de la sélection pour l'efficacité alimentaire sur l'empreinte carbone du lait ».

Des thèmes émergents
Les progrès scientifiques de ces dernières années mais aussi l’évolution des comportements des consommateurs ont fait émerger de nouveaux thèmes. Les avantages et inconvénients de la sélection génomique seront ainsi observés sous différents angles. Plusieurs sessions seront consacrées à la production d’insectes, principalement à destination de la nutrition animale. Un nombre croissant d’interventions portera sur la production avicole et l’aquaculture. Enfin, signe des temps, une session entière sera consacrée aux alternatives aux produits animaux traditionnels, qu’il s’agisse des substituts de viande ou de la “viande de culture“.
La séquence lyonnaise se terminera en beauté puisque l’INRAE, l’ISARA, l'organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique (le CSIRO) et l'AFZ organiseront le 1er septembre 2023 en marge du congrès un atelier exceptionnel intitulé “Food and Feed for the Future“, parrainé par le programme de recherche de l'OCDE “Systèmes agricoles et alimentaires durables“.
En présence d’une douzaine d’intervenants de six pays, les différentes facettes de l'alimentation du futur (algues, insectes, viande de culture, FoodTech, mais aussi transition agroécologique et perception par les consommateurs) seront abordées.
 

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière