Aller au contenu principal

CULTURES
Les moissons battent leur plein

Les moissons ont débuté en Limagne où orges et colzas ont été récoltés. C'est désormais au tour des blés de rejoindre les silos tandis que les maïs sont en pleine floraison.

 

Les moissons ont débuté et offrent pour l'instant des rendements satisfaisant en orges et blé tandis que ceux du colza traduisent le manque d'eau hivernal.
Les moissons ont débuté et offrent pour l'instant des rendements satisfaisant en orges et blé tandis que ceux du colza traduisent le manque d'eau hivernal.
© M. Comte

Le top départ des moissons a été donné il y a une grosse semaine en commençant par les orges et les colzas en Limagne. C'est désormais au tour des blés d'être battus malgré des pailles encore vertes. « Ce n'est pas le top pour la récolte de la paille mais c'est plutôt bon signe, ça veut dire qu'il y a de la marchandise au-dessus » précise Yoan Ginestière, conseiller agronomie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme. En effet, les premiers échos de rendement laissent présager une bonne campagne 2023. Les conditions climatiques de ces derniers jours ajoutent de la qualité aux grains mais surtout aux travaux de récoltes réalisés sur des sols portants. Seul ombre d'incertitude, le retour des pluies annoncé pour ce milieu de semaine qui risque de faire chuter les poids spécifiques.

Premiers retours

Les orges et colzas ont été moissonnés dans la plaine de la Limagne. Les premières estimations de rendement sur la céréale à paille font état « d'une très bonne récolte voire même exceptionnelle dans certains secteurs ; entre 50 q/ha et 80q/ha». Du côté des colzas, le bilan provisoire est plus mitigé avec « de très mauvais rendements et de très bons dans d'autres secteurs ». Il faut avouer que la culture a bien moins fleuri au printemps que les années précédentes. « Pourquoi ? Je ne saurais dire si c'est le froid ou variétal » explique Yoann Ginestière. Le conseiller agronomique pense toutefois que les attaques virulentes d'altises et de mélighètes ne sont pas étrangères à ces résultats bien moyens.
Les moissons du blé débutent et devraient être largement entamées cette fin de semaine. Les premières estimations donnent un rendement « bon voire très bon ».

Les maïs sur de bonnes bases

Quant au maïs semence, les castrations ont bien débuté et devraient être à leur pic ce 14 juillet. Ce lundi 10 juillet, date de rédaction de cet article, « un peu plus de 10% de la surface totale était castrée » témoigne Régis Rougier, président du syndicat des producteurs de maïs semence. La culture renoue cette campagne avec des dates de castration habituelles contrairement aux deux années précédentes où elles étaient plus précoces d'une dizaine de jours. Les producteurs croisent désormais les doigts pour éviter les grosses chaleurs lors de la floraison puisque au-delà de 35°C, le pollen devient infertile.
À cette heure, la météo actuelle profite pleinement à la culture. « Le maïs est sur de bonnes bases » souligne Régis Rougier. Les orages successifs ont profité aux plantes et aux sols retardant et limitant jusque-là, le recours à l'irrigation. « Naussac ne fait pas de lâchers. Le débit de l'Allier est assuré par les eaux de ruissellements uniquement et donc l'irrigation aussi. Nous espèrons le maintien de cette situation pour le mois de juillet car, dès que le débit de l'Allier diminuera, nous devrons nous attendre à des restrictions. » Toutefois, ces épisodes plus ou moins violents ont engendré des dégâts sur déjà un peu plus de 300 hectares dont « plus d'une cinquantaine qui sont détruits ou seront abandonnés ». Ces derniers s'additionnent aux hectares perdus face aux attaques virulentes de taupins au printemps. « Une parcelle de 12 hectares a été complètement ravagée » explique Régis Rougier avant d'ajouter « la somme des surfaces perdues est bien plus importante puisqu'on peut observer dans certaines parcelles, des ronds nus de tout maïs ». La fraîcheur printanière a défavorisé la croissance rapide du maïs contribuant à ces destructions. « En l'absence de solutions phytosanitaires, nous sommes dans une impasse agronomique totale. »

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière