Aller au contenu principal

Les Fermiers d'Or : une reconnaissance de toute une année de travail

À Sembadel, le Gaec Les abeilles de l'abbaye s'apprête à participer au concours régional "Fermier d'Or". Un challenge qui valorise le travail de ces apiculteurs.

Emmanuel et Véronique avec l'un de leur deux fils sur une parcelle de prairie fleurie.
Emmanuel et Véronique avec l'un de leur deux fils sur une parcelle de prairie fleurie.
© HLP

Les 18, 19 et 20 septembre prochains, se tiendra à Clermont-Ferrand, le concours régional "Fermier d'Or" 2018 organisé par la Chambre régionale d'agriculture Auvergne Rhône-Alpes et coordonné par la Chambre d'agriculture de Haute-Loire à l'échelle de notre territoire. Une occasion pour l'ensemble des producteurs fermiers de notre région de présenter leurs produits et de se faire-connaître. À Sembadel, les associés du Gaec Les abeilles de l'Abbaye, Emmanuel Coudert et sa compagne Véronique Seguy, présenteront leur miel de montagne, dans la catégorie apiculture.

Première participation en 2010
Emmanuel Coudert est en quelque sorte un habitué du concours "Fermier d'Or" puisque sa première participation remonte à 2010, deux ans après son installation en individuel, suite à la reprise de l'exploitation familiale en 2008. Depuis, cet apiculteur a participé à plusieurs reprises à ce concours et il entraîne à présent dans cette aventure, sa compagne Véronique, au sein de leur Gaec.
À chacune de ses participations, l'exploitation a toujours remporté un prix (premier ou deuxième prix). De belles récompenses qui valorisent le travail accompli par ces apiculteurs et qui fidélisent leur clientèle.
«Fermier d'Or permet de faire connaître nos produits et notre Gaec à l'échelon régional aujourd'hui élargi à Rhône-Alpes. C'est aussi une façon de comparer son miel à celui d'autres producteurs. Même si on sait que notre miel est très apprécié, car nous avons de bons retours de la part de nos clients, le fait d'obtenir un prix est une reconnaissance régionale» explique Emmanuel.
La participation du Gaec au concours est visible sur les produits eux-mêmes ; des macarons "Fermier d'or" à coller sur les produits, un diplôme et un trophée attestent des prix obtenus. Persuadée que ses clients sont sensibles à ce genre de visuels sur les étals des marchés ou à la ferme, pour Véronique Seguy, ces visuels contribuent à fidéliser ses clients.

Des portes s'ouvrent...
«Notre participation au Fermier d'Or nous a ouvert des portes !» indique Emmanuel Coudert qui, une année s'est vu ouvrir gratuitement les portes du Salon de l'Agriculture à Paris. Une belle opportunité qui lui a permis d'élargir son carnet de clientèle.
«Peut-être que certains producteurs s'interrogent sur l'intérêt de participer à ce concours alors  que toute leur production est vendue. Or ce concours apporte beaucoup plus, en terme de rencontres et d'échanges avec d'autres producteurs et surtout une reconnaissance de notre travail au quotidien» a expliqué Véronique.
Pour cette édition 2018, Emmanuel et Véronique présenteront, au jury composé de consommateurs, 2 pots de 500g de miel de montagne ; miel qui sera acheminé par les services de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire sur les lieux du concours. «Parmi les miels recueillis sur l'ensemble de nos ruchers, nous avons choisi celui qui nous semblait le plus adapté aux critères du concours. Ce n'est donc pas forcément celui que l'on préfère !».

350 ruches d'abeilles noires d'Auvergne
Ces apiculteurs disposent de 350 ruches Dadant habitées par des abeilles de race noire d'Auvergne ; une race locale adaptée à la montagne. La localisation des ruches sur le canton de la Chaise-Dieu, sur des parcelles louées ou en propriété, permet au Gaec de  produire différentes sortes de miels (miels de sapin, fleurs sauvages de montagne, tilleul, framboisier, acacia). Les quantités produites sont très variables selon la météo : «les récoltes (réalisées de mai à septembre) oscillent entre 800 kg et 4,5 tonnes selon les années».
Côté débouchés, Emmanuel et Véronique commercialisent du miel et des bougies en cire d'abeilles en vente directe, sur les marchés du secteur et à la ferme. Ils font également en sorte de répondre à la forte demande de leurs clients en propolis et en essaims (une soixantaine vendus en 2018 à des particuliers). Le couple projette à présent d'élargir sa gamme de produits en fabriquant de l'hydromel, une boisson issue de la fermentation d'eau et de miel que peu de producteurs proposent encore à ce jour.
Le Gaec produit aussi du foin et des céréales bio vendues à Celnat.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière