Aller au contenu principal

Les élus de terrain sont “nos yeux et nos oreilles“

Christian Gouy président du Comité départemental MSA pour la Haute-Loire invite tous les ressortissants de ce régime social, à se mobiliser pour cette échéance.

Christian Gouy est élu MSA Haute-Loire, président du comité départemental 43, et membre du bureau de la FDSEA 43.
Christian Gouy est élu MSA Haute-Loire, président du comité départemental 43, et membre du bureau de la FDSEA 43.
© HLP

Pouvez-vous nous parler de la MSA Auvergne ?
Christian Gouy président du Comité départemental 43 : La MSA Auvergne c’est près de 197 000 ressortissants au régime agricole dont 102 000 salariés et 95 000 exploitants ou retraités agricoles.
C’est 764 millions d’euros de prestations sociales versées en Auvergne hors retraites agricoles.
C’est également 21 000 familles bénéficiant de prestations familiales.
C’est aussi un guichet unique, c’est-à-dire un seul interlocuteur de la naissance à la fin de vie. Cela ne dit peut-être pas grand-chose à tout un chacun, mais quand on a jamais eu à faire à l’URSSAF pour un salarié, à la CPAM pour la couverture maladie ou à la CAF pour les allocations familiales… on ne peut pas se rendre compte de l’efficacité du guichet unique et de sa simplicité dans notre quotidien. La MSA tient à une relation de service de proximité avec en Haute-Loire 1 site et 8 permanences ou points relais.

Les électeurs vont voter pour un délégué cantonal. Pourquoi et quel est son rôle ?
En Auvergne ce sont 720 délégués cantonaux élus avec légitimité par les agriculteurs, les retraités et les salariés du département. Ce sont des maillons indispensables. Ils sont «les yeux et les oreilles de la MSA» pour détecter ou faire remonter des problématiques locales. Pour nous, au niveau départemental ou à l’échelon régional, ils nous permettent de rester proches du terrain et des problématiques locales.
Ils ont la liberté d’entreprendre ou de faire émerger des projets locaux comme la journée de protection santé et sécurité au travail.
N’oublions pas également que, parmi ces délégués, seront élus nos représentants départementaux et régionaux qui auront à cœur -je l’espère- d’agir sur la politique sociale de notre MSA Auvergne. Rappelons que pour la Haute-Loire ce sont 500 000 € qui ont été distribués à quelques 700 ressortissants pour des prises en charges de cotisations sociales en lien avec des accidents de la vie, des difficultés structurelles d’exploitation ou suite à des aléas comme la sècheresse de cette année sur une partie du département. Même si on voudrait toujours faire plus, c’est valorisant pour un élu de pouvoir venir en aide dans des moments difficiles.

En cette période où l’on parle beaucoup des retraites quel est votre ressenti ?
Un agriculteur qui a travaillé toute sa vie pour nourrir la population avec des produits de qualité à prix bas mérite mieux qu’une retraite à 750 € !
Pour moi deux sujets s’opposent : les actifs qui seront plus tard les retraités pour qui la demande d’une retraite à 1 000 € est un minimum à obtenir, et les retraités actuels qui ne doivent pas être oubliés et qui doivent, eux aussi accéder à ce minimum de retraite à 1 000 €. La solidarité nationale doit pouvoir s’opérer par reconnaissance à leur carrière. Mais les négociations sont compliquées comme vous pouvez le constater.

Nous arrivons à la fin de cette année 2019, Quels sont vos vœux à l’aube de ces élections MSA 2020 ?
Votez massivement et n’hésitez pas à faire appel aux services de la MSA et à faire remonter vos besoins et attentes locales à vos élus MSA. En effet, un taux de participation important nous permettra, en tant qu’élus, de montrer le poids et l’attachement que nous apportons à notre régime de protection social qu’est la MSA.
Je souhaite que les élus gardent l’ensemble des pouvoirs dont ils disposent en matière de gestion d’enveloppe sociale régionale par exemple. En effet, la MSA Auvergne dispose d’une enveloppe d’environ 3.5 millions d’euros pour intervenir dans différents domaines tels que la famille, la santé, le logement, les jeunes ou les retraités…
Un des points forts de la MSA est de disposer de travailleurs sociaux qui connaissent parfaitement le milieu agricole et notre territoire. Ils sont là pour accompagner les agriculteurs et les salariés dans les moments difficiles qui peuvent arriver aux cours d’une vie ou d’une carrière professionnelle.
Dire également que les élus sont impliqués en matière de prévention et qu’ils ont la possibilité d’intervenir pour faire émerger des actions dans le domaine de la santé sécurité au travail facilitant le travail dans nos exploitations.
Alors n’hésitez pas à voter et à faire voter tous vos proches, vos voisins. Cela nous permettra de conserver un régime de protection sociale avec un guichet unique. Nos élus de terrain sont «nos yeux et nos oreilles», ce sont eux qui font remonter au niveau départemental, régional voire national, les besoins de nos territoires pour améliorer sans cesse la protection sociale des ressortissants de notre régime social.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière