Aller au contenu principal

Machinisme
Les CUMA mettent le semis direct à l’honneur

La fédération régionale des CUMA d’Auvergne-Rhône-Alpes présente trois types de semoirs directs (à dents, à disques et TCS). La Chambre d’Agriculture en profite pour mener des expérimentations agronomiques.

Depuis trois ans, la fédération régionale des CUMA d’Auvergne-Rhône-Alpes organise avec les Chambres 
départementales d’agriculture une caravane de démonstration de matériels.
Depuis trois ans, la fédération régionale des CUMA d’Auvergne-Rhône-Alpes organise avec les Chambres 
départementales d’agriculture une caravane de démonstration de matériels.
© © Léa Durif

Chaque année depuis trois ans, la fédération régionale des CUMA d’Auvergne-Rhône-Alpes organise avec les Chambres d’agriculture une caravane de démonstration de matériels. En 2021 et 2022, les thématiques abordées concernaient l’épandage du lisier en automoteur et le semis sur prairie productive. « Les sujets sont toujours choisis en concertation avec les CUMA et agriculteurs élus départementaux, en phase avec les problématiques rencontrées sur le terrain » détaille Damien Gayet, chargé de mission agroéquipement à la FR CUMA AuRA. Cette année, la caravane s’est arrêtée dans la Drôme, la Loire et le Puy-de-Dôme, pour présenter des matériels permettant de pratiquer le semis direct. 
 

Intérêts du semis direct


À cette occasion, les équipes de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme ont tenu à intégrer une dimension expérimentale à la démonstration avec l'objectif à terme d’évaluer l’impact du semoir sur le rendement final des parcelles semées. Dans le Puy-de-Dôme, « le semis direct intéresse de plus en plus de monde, et un certain nombre d’agriculteurs ont déjà franchi le pas » rapporte Yoann Ginestière, conseiller agronome à la Chambre d’agriculture. Et pour cause, « en Limagne, 35 000 hectares de blé sont implantés chaque année dont 16 000 sont précédés par des cultures de maïs ». Sur ce territoire, 90% des parcelles sont composés à 40% d’argile. De ce fait, la majorité des céréaliers rencontre des problématiques communes, à savoir des terres difficiles à travailler en conditions humides et des fenêtres d’intervention de plus en plus courtes sur des exploitations de plus en plus grandes. En diminuant (voire en supprimant) le travail du sol, la pratique du semis direct permet de réduire le temps passé au champ et les charges liées à la mécanisation (carburant, entretien des machines…). Par ailleurs, il limite le phénomène d’érosion, contribuant ainsi à conserver le sol, « qui est le premier outil de production des céréaliers » souligne le conseiller agronomique. Toutefois, la suppression du labour implique d’avoir un sol déjà bien structuré, et pose la question de la gestion alternative des adventices.
 

Expérimentations agronomiques


Le 26 octobre dernier, la demi-journée de démonstration organisée à Bouzel par la FD CUMA du Puy-de-Dôme a sonné le coup d’envoi d’expérimentations menées par la Chambre d’agriculture. Pendant un an, les conseillers quantifieront les différentes composantes de rendement (levée, nombre d’épis, etc) des parcelles, ensemencées avec des grains de blé fournis par Limagrain. Une étude comparative permettra d’évaluer l’impact des six semoirs testés sur trois types de parcelles : la première déchaumée superficiellement, la deuxième passée au broyeur, et la troisième en couvert végétal. « L’idée est de tester la polyvalence des semoirs dans différentes situations, pour aider au mieux les agriculteurs lors de l’implantation du blé » explique Yohann Ginestière.

*CIPAN : culture intermédiaire piège à nitrate.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière