Aller au contenu principal

Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique remplacent un tracteur ou complètent un gros chargeur télescopique dédié aux travaux lourds.

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
© JCB

Les ventes de chargeurs télescopiques ont à nouveau dépassé les 5 000 unités en 2023, preuve que l’engouement pour ces engins de manutention ne faiblit pas. Si les gros modèles de plus de 4 tonnes de capacité et 7 mètres de hauteur de levage ont le vent en poupe, les engins plus modestes (inférieurs à 4 t et 7 m) ont aussi progressé.
Dans cette catégorie, figurent notamment les chariots télescopiques compacts et ultracompacts. Ces appareils, qui répondent en premier lieu à des contraintes d’accès aux bâtiments, sont aussi plébiscités pour d’autres raisons, en remplacement d’un tracteur avec chargeur ou d’un valet de ferme articulé. Avec l’agrandissement des structures, ils viennent également en complément d’un gros télescopique, qui est dédié aux travaux lourds.
 

Des performances de levage préservées


Les compacts s’identifient à leurs dimensions réduites, généralement une hauteur et une largeur avoisinant les deux mètres. Ils proposent des performances de levage pas très éloignées des télescopiques « standards », avec des capacités aux alentours de 2,5 tonnes et des hauteurs approchant les 6 mètres. La plupart de ces appareils se contentent d’un moteur de 75 chevaux, économique aussi bien en termes de consommation que d’investissement, compte tenu des normes antipollution moins sévères jusqu’à ce niveau de puissance. Ce dernier est amplement suffisant pour les travaux de manutention sur la ferme, auxquels ces télescopiques sont majoritairement dédiés. Il est en revanche peu adapté aux travaux de traction sur route, la plupart de ces machines compactes étant d’ailleurs équipées d’une transmission hydrostatique, dont la vitesse est limitée à 25-30 km/h.
 

Une cabine plus accessible


En parallèle des utilisateurs habituels, que sont par exemple les éleveurs de volailles impactés par la hauteur de leurs bâtiments, les télescopiques compacts séduisent les éleveurs bovins qui souhaitent remplacer un tracteur avec chargeur frontal cantonné à la manutention. Passer au télescopique leur donne accès à un engin plus maniable, avec de meilleures capacités de chargement, notamment en hauteur, tout en gagnant en confort d’utilisation, grâce à la cabine basse de ces appareils compacts. Ce dernier point est un argument majeur pour bon nombre d’éleveurs, qui montent et descendent de leur machine plusieurs fois par jour. À noter d’ailleurs, que la plupart des modèles compacts bénéficient de la même taille de cabine que les plus gros, offrant ainsi des prestations similaires sur le plan du confort et de l’ergonomie.
 

Un remplaçant du tracteur chargeur


Avec son petit moteur, le télescopique compact a aussi l’avantage de moins consommer qu’un tracteur, qui fait généralement une centaine de chevaux. Pour couronner le tout, en restant sous la barre des 100 000 euros, il pourra même se montrer moins cher qu’un tracteur avec chargeur. Attention toutefois, il faudra bien garder à l’esprit que l’on abandonne la polyvalence du tracteur en choisissant cet engin de manutention. Autre limite de ces appareils compacts, l’implantation assez basse de leur cabine peut impacter la visibilité sur la droite. Un temps d’adaptation sera parfois nécessaire pour les habitués du tracteur chargeur.
 

De l’ombre aux valets de ferme


La catégorie des ultracompacts s’est largement étoffée ces dernières années. Ces chargeurs télescopiques mesurant moins de 2 mètres de haut et 1,60 mètre de large, répondent aux besoins des bâtiments les plus exigus. Ils concurrencent les valets de ferme, en proposant, à gabarit identique, une capacité et surtout une hauteur de levage supérieures (jusqu’à 1,5 tonne et 4,50 mètres). Leur direction à quatre roues directrices est également plus sécurisante que l’articulation des chargeuses. Attention toutefois à la stabilité de ces automoteurs très étroits, lorsqu’on empile des balles à 4 mètres de haut… Ces petits engins sont aussi appréciés pour la frugalité en carburant de leurs motorisations de 25 à 50 ch. En revanche, leur transmission hydrostatique limitée entre 20 et 30 km/h et leurs petites roues les rendent inadaptés aux trajets routiers. La cour de ferme et les bâtiments sont leurs seuls terrains de prédilection.
 

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière