Aller au contenu principal

« Les 25 meilleures années sont une grande victoire syndicale »

Interview de Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA.

Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA.
Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA.
© Actuagri

Le 1er février, les sénateurs ont adopté la loi permettant aux agriculteurs de ne retenir que les 25 meilleures années dans le calcul de leur retraite. Une « grande victoire » pour Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA, notamment en charge des questions sociales.

Le vote de cette loi vous satisfait-il ?
Oui, très clairement. Ce vote est l'aboutissement de vingt ans de combat et il était temps que cette injustice soit réparée. En effet, dans de nombreux autres secteurs d'activité similaires à l'agriculture, c'est-à-dire celui de travailleurs non-salariés, les 25 années sont la règle. Chez les artisans, commerçants et industriels, cette moyenne des 25 meilleures années est en vigueur depuis le... 1er janvier 1973. Il y a 50 ans. Je tiens ici à saluer le formidable travail réalisé par les équipes de la FNSEA qui ont porté ce dossier et réalisé un important travail de fond. C'est d'ailleurs grâce à lui que le Parlement s'est prononcé à l'unanimité sur cette réforme. Je salue à ce titre le soutien des députés Julien Dive et André Chassaigne et celui des sénatrices Pascale Gruny et Catherine Deroche pour le travail accompli pour le vote de cette réforme.

Quand cette mesure entrera-t-elle en vigueur et quels en sont les avantages pour les agriculteurs ?
Elle entrera en vigueur le 1er janvier 2026 mais nous travaillons actuellement à ce que ce délai puisse être raccourci au 1er janvier 2025. Il reste trois mois au Gouvernement pour présenter un rapport sur la mise en oeuvre de ce nouveau mode de calcul des retraites. Ne garder que les 25 meilleures années va effacer du calcul de la retraite agricole toutes les mauvaises années qui auront pu être liées à différents événements de la vie de l'exploitation : les problèmes sanitaires (tuberculose, grippe aviaire, etc.), les accidents climatiques (sécheresse, grêle, inondations, gel., etc.) et bien d'autres. Plus concrètement, si l'on s'appuie sur les scénarios établis dans un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales de 2012, ne retenir que les 25 meilleures années permettra aux agriculteurs de gagner entre 200 et 250 euros de plus par mois. Ce qui est loin d'être négligeable.

Cette réforme de la retraite agricole s'inscrit-elle dans celle plus globale de celle des retraites actuellement discutée au Parlement ?
Oui et non. Tout d'abord non, dans le sens où la loi sur les 25 meilleures années a déjà été votée et qu'il n'y a pas lieu de revenir dessus. Oui dans le sens où maintenant le combat continue dans la loi de réforme générale. Nous avons, sur ce sujet, plusieurs chantiers en cours. Tout d'abord celui de la prise en compte des carrières longues. Nous pensons que ceux qui ont démarré leur métier avant 21 ans et qui ont une carrière complète de 43 ans, avec la totalité de leurs trimestres, peuvent et doivent partir plus tôt. Ensuite, il faut que les promesses du candidat Macron lors de la présidentielle se traduisent dans les faits. Je fais allusion aux 1 200 euros par mois pour une carrière complète. Il faut que cette retraite minimum s'applique à toutes les catégories : anciens exploitants, conjoints, conjointes etc. Aujourd'hui le compte n'y est pas. Beaucoup trop de nos anciens sont encore en-dessous du minimum vieillesse. Ce n'est pas acceptable. Un autre combat nous tient à coeur : « l'aide au passage de relais ».

C'est-à-dire ?
Ce dispositif permet à des agriculteurs en mauvaise santé ou en situation de mal-être de partir cinq ans avant l'âge de la retraite en cédant leur exploitation à un jeune agriculteur. Ce futur ancien exploitant pourrait ainsi bénéficier de 85 % du Smic pendant cette période et une prise en charge de ses cotisations retraite. Cette aide au passage de relais aurait le mérite d'effectuer cette transmission d'exploitation dans la douceur. C'est en effet aux âges de la retraite et de la transmission que les situations de mal-être et les suicides sont les plus fréquents. Nous demandons depuis de longs mois une expérimentation à hauteur d'une dizaine de dossiers par département.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière