Aller au contenu principal

« Le prix est à portée de main : Éleveurs, allez le chercher ! »

Fort d’une conjoncture favorable, le collectif du berceau des races à viande appelle les éleveurs à ne rien lâcher sur les prix.

De gauche à droite : Michel Joly, Christian Bajard, Patrick Bénézit et Bruno Dufayet.
De gauche à droite : Michel Joly, Christian Bajard, Patrick Bénézit et Bruno Dufayet.
© sc

« Si le tarif n’est pas au diapason de la réalité du marché, gardez vos bêtes ». C’est en substance le message que martèlent depuis plusieurs semaines les responsables des sections bovines départementales et régionales. Fort d’un manque de disponibilités manifeste qui semble toucher toutes les catégories d’animaux accéléré par la décapitalisation du cheptel, d’une consommation qui progresse, et de fourrages récoltés en quantité grâce à une météo favorable, la roue est en passe de tourner pour les éleveurs allaitants. « Quels que soient les indicateurs de marché analysés, ceux-ci sont se révèlent être au beau fixe depuis le début de l’année 2021 sur le secteur de la viande bovine », analyse Christian Bajard, coordinateur du Berceau des races à viande du grand Massif central. Et de mentionner pêle-mêle les trois grands marchés : la consommation en viande bovine française (+4 % sur le premier trimestre 2021 vs 2020), la demande dans les diverses catégories d’animaux qui augmente et des débouchés à l’export en vif bien orientés (+6 % vers l’Italie et +10 % vers l’Espagne, au 31 mai 2021/2020).

Une augmentation indispensable face à la hausse des charges
« Les planètes sont alignées pour que les prix augmentent. À chaque éleveur de s’emparer chaque semaine des prix de marchés pour négocier à la hausse », estime Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine. Les centimes gagnés au fil de semaine sont d’autant plus nécessaires que les éleveurs subissent une hausse du coût des matières premières impressionnante, de l’ordre de 10 à 15 % sur certains produits. Du jamais vu depuis 2014 ! « Sur le terrain, même si les granges sont pleines et que les ensilages qui viennent de démarrer sont plutôt encourageants, le moral est plombé par cette augmentation des charges », témoigne Valérie Imbert de la section bovine de l’Aveyron.

« C’est à l’éleveur de proposer son prix à l’acheteur et non l’inverse »
Pour Christian Bajard, cette augmentation des charges doit rendre les éleveurs encore plus combattifs, et ce légitimement : « Tout le monde veut de la viande française. Nous sommes dans une situation extrêmement favorable. Le marché du broutard a démarré timidement en mai-juin, aujourd’hui, il y a plus de tension pour autant les prix n’augmentent pas suffisamment. Si le prix n’est pas au niveau, les éleveurs doivent attendre d’autant que cette année, nous avons de la marchandise pour nourrir les animaux. Les prix devraient monter plus vite, dans les autres pays en Allemagne par exemple ça explose. Il faut se battre. La dynamique est là ». Un sentiment partagé par Guillaume Gauthier de la section bovine de Saône-et-Loire, à condition que les éleveurs reviennent au centre de la discussion. « C’est bien à l’éleveur de proposer son prix à l’acheteur en s’appuyant sur des réalités tangibles de marché et non l’inverse ». La loi Besson-Moreau adoptée en juin dernier par les députés mais encore en discussion au Sénat, devrait apporter de l’eau au moulin de la négociation des éleveurs. En effet, elle donne du sens à la contractualisation : une fois définis par contrat d’un minimum de trois ans avec l’entreprise qui achète les produits, ces prix ne seront plus négociables. Ceux-ci prendront mieux en compte les coûts de production des agriculteurs à partir d’« indicateurs » établis par les interprofessions. « L’éleveur ou l’organisation de producteurs aura l’obligation de proposer le contrat, aujourd’hui on prend ce qu’on veut bien nous donner. C’est un changement profond que doivent saisir les éleveurs », se félicite Joël Piganiol, président de la FDSEA du Cantal.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière