Aller au contenu principal

Sécheresse
Le Préfet mesure l'impact de la sécheresse sur l'exploitation de 2 jeunes agriculteurs

Le 10 août dernier, avant les orages de cette semaine, FDSEA et JA avaient invité Monsieur le Préfet sur une exploitation à St Privat du Dragon. 

Au milieu d'un champ de maïs, les professionnels montrent la réalité 
de la situation.
Au milieu d'un champ de maïs, les professionnels montrent la réalité 
de la situation.
© HLP

La Haute-Loire est placée en intégralité, depuis le 10 août, en Alerte renforcée face à une situation de sécheresse qualifiée par beaucoup d'"historique" au vu de son ampleur et de sa durée. Ce même jour, les responsables professionnels de la FDSEA, des JA et de la Chambre d'Agriculture de Haute-Loire, rencontraient Éric Étienne Préfet, accompagné de Jean-Pierre Chaput et Bertrand Dubesset de la Direction Départementale des Territoires, sur l'exploitation du Gaec du Pré Rond (lire en page 04) à St Privat du Dragon. L'objet de cette visite sur le terrain, était de sensibiliser le représentant de l'État à la réalité de cette sécheresse et à ses conséquences dramatiques pour l'élevage sur le département. Ce fut aussi l'occasion pour la profession d'aborder tous les points d'actualité.

C'est la présidente des JA43 qui ouvrait les débats en illustrant la situation : "dans chaque pâture, il y a une tonne à eau et un râtelier pour apporter des fourrages aux animaux". Et Claude Font président de la FDSEA poursuivait : "Il est important, Monsieur le Préfet, que vous veniez au contact des éleveurs confrontés à une situation comme cela…". Et d'ajouter : "… il faut apporter des solutions aux agriculteurs, pour garder un minimum de capacité à produire dans nos fermes et ce pour toutes les productions".

D'entrée, Éric Étienne, bien conscient de la situation résume : "on (Ndlr : le département) est durement touché", et apporte son soutien au monde agricole : "on vous accompagnera, avec la DDT et la Chambre d'agriculture". 

Il s'est montré particulièrement attentif aux propos des 2 jeunes associés du Gaec émeline et Maxime Deberle, au vu de leur récente installation "je regrette cette situation pour votre première année d'installation…".

Tout le département est sec

De nombreux responsables syndicaux, venus de différents secteurs du département, et des agriculteurs du coin ont fait le point sur la situation de leur canton. À l'unanimité, tous reconnaissent des conditions similaires à St Privat avec des pertes de fourrages et céréales allant de 50 % a minima et jusqu'à 70 voire 80 %. Situations localement aggravées par des épisodes de grêle. Sur le plateau volcanique, "on est cramés" lance un agriculteur. Pour les maïs, les prévisions donnent 1 à 2 TMS/ha contre 14 en 2021. Sur le secteur du Mézenc, même son de cloche avec en sus "on paye les conséquences du rat taupier" avec des prairies déjà impactées avant même la sécheresse. Dans le Brivadois, "les retenues collinaires sont vides. Les maïs affichent 2 à 3 TMS/ha et même irrigués, ils sont très irréguliers". Sur le secteur de Siaugues, "seuls les maïs semés tôt s'en sortent un peu mieux"… Bref, tout le département est concerné par cette sécheresse.

Lors de cette visite de terrain, les agriculteurs ont reconnu que les solutions envisagées pour pallier cette sécheresse étaient quasi inexistantes et néanmoins trop onéreuses. Décapitaliser n'est pas pour les professionnels une alternative satisfaisante car elle hypothèque la pérennité des élevages. Acheter du fourrage est dissuasif par les prix et par le manque de disponibilité puisque la sécheresse touche la France entière ou presque. Autre problème, les prairies sont tellement "grillées" que les animaux ne peuvent plus pâturer. Qu'en sera-t-il cet automne si elles ne redémarrent pas ?

Yannick Fialip, président de la Chambre départementale d'agriculture a demandé au Préfet de veiller à faire accélérer les choses pour que le dossier de la Haute-Loire soit rapidement prêt en prévision du Comité national du 19 octobre. La profession s'est engagée à travailler sur les bilans fourragers afin de chiffrer les pertes sur l'ensemble du département.

Appel au bon sens…

Les responsables professionnels ont également alerté Monsieur le Préfet et les services de la DDT quant à la réglementation concernant les SIE. Ils en ont appelé au bon sens… Semer des SIE et garder un couvert durant une période réglementaire, est une obligation au vu de la conditionnalité pour toucher l'acompte sur les aides PAC. Or, il est inutile de semer quand la terre est sèche. "Semer dans ces conditions, c'est jeter notre argent par la fenêtre" ont-ils expliqué. FDSEA et JA ont donc demandé un assouplissement de ces règles… La réponse du Préfet a été de demander un report de quelques jours pour semer les SIE ; réponse accueillie avec circonspection de la part des agriculteurs qui doutent de la pertinence au vu de la situation.

Les professionnels ont profité du déplacement du représentant de l'État pour lui faire part de plusieurs sujets d'actualité qui viennent encore peser sur les trésoreries des exploitations et sur le moral des agriculteurs (dégâts de gibiers, hausse des prix des intrants et prix du lait trop bas…).

Dimanche prochain, lors de la Finale départementale de labour, la présidente des JA de Haute-Loire Laurine Rousset et le président de la FDSEA Claude Font ne se priveront pas de rappeler tous ces dossiers à l'occasion de la traditionnelle rentrée syndicale.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière