Aller au contenu principal

Le Plan protéines gagne 20 millions d’euros supplémentaires

Annoncé le 1er décembre 2020, par le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, le plan protéines commence à se préciser, notamment dans son volet « agroéquipement » et son volet « structuration des filières ». Ce plan a été validé par le conseil d’administration de FranceAgriMer le 28 avril.

Graines de lupin.
Graines de lupin.
© Jérôme Chabanne

Victime de son succès, le plan protéines va voir son budget abondé de 20 millions d’euros supplémentaires et peut-être plus, a-t-on appris le 28 avril d’une source proche du ministre de l’Agriculture. Déjà doté de 100 millions d’euros (M€), ce plan sera abondé d’une enveloppe supplémentaire de 20 M€ dans son volet agroéquipement. En effet, le guichet unique ouvert au mois de janvier pour accompagner les investissements sur les agroéquipements (agroécologie et protéines végétales) ont très vite été fermés, FranceAgriMer ayant reçu près de 1 200 demandes. C’est pourquoi un deuxième guichet ouvrira « le 17 mai pour satisfaire les dossiers qui n’ont pas été retenus en janvier et pour accueillir de nouvelles demandes », a indiqué le ministère dans un communiqué. Cependant, le doublement de l’enveloppe à un total de 40 M€ ne suffira pas à satisfaire l’ensemble des demandes répertoriées en janvier dernier et qui, selon le ministère de l’Agriculture, s’élève à environ 60 millions. C’est pourquoi un troisième dispositif est à l’étude. Il s’appuierait toujours sur les critères de culture, récolte et séchages d’oléagineux et de protéagineux. Mais contrairement aux deux premiers qui ont privilégié la formule « Premier arrivé, premier servi », ce troisième volet, qui sera déployé au second semestre, devrait s’appuyer sur les critères de sélection plus performants. Le montant global de l’enveloppe qui pourrait être alloué n’est pas encore connu. FranceAgriMer* sera chargé de préciser les matériels qui seront éligibles.

Mesure toujours ouverte
Concernant l’appui à la filière protéines végétales dotée d’une budget de 55 millions d’euros, « 90 dossiers ont été déposés. Ils représentent environ les trois quarts de l’enveloppe globale », dit-on au cabinet du ministre de l’Agriculture. D’ores et déjà, une quarantaine sont finalisés et devraient être validés dans le courant du mois de mai. Cet appel à projets comprend deux volets : un volet collectif « qui s’adresse à des opérateurs économiques indépendants et portant ensemble un projet structurant : approvisionnement, production, commercialisation, transformation etc. Il est aussi doté d’un volet individuel et s’adresse à tout opérateur économique réalisant des investissements matériels aval et répondant aux objectifs de logistique post-récolte ou de transformation à destination de l’alimentation humaine et animale ». « La mesure est toujours ouverte », a indiqué un conseiller.

Légumineuses : 440 000 ha en 2030
D’une manière plus globale, ce plan protéines s’inscrit dans le plan de relance agricole doté d’1,2 milliard d’euros. Un plan vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines et par conséquent à « lutter contre la déforestation importée » a rappelé un proche du ministre. Ce plan entend également améliorer l’autonomie alimentaire des élevages français et augmenter la production de protéines végétales à destination de l’alimentation humaine. Le ministère ambitionne notamment de doubler la surface de légumineuses d’ici à 2030 pour passer de 4 % de la surface agricole utile (220 000 ha en aujourd’hui) à 8 % (440 000 ha) avec un objectif intermédiaire de +40 % des surfaces (308 000 ha) d’ici à 2022.
Enfin, « ce Plan protéines pourra être abondé par des financements additionnels à travers le Plan d’investissement d’avenir et BPI France », avait précisé Julien Denormandie lors de sa présentation le 1er décembre dernier. C’est toujours le cas confirme-t-on au ministère.
* En marge du conseil d’administration de FranceAgriMer du 28 avril, le ministre a proposé une enveloppe de 2 millions d’euros dédiée aux sursemis.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière